•  

     

     

     

     

     

    Euro-Régions: Bientôt la France n'existera plus !

    Et certains départements seront liquidés !

    Ainsi les Pyrénées Orientales et les Pyrénées Atlantiques

    seront intégrées dans la Catalogne espagnole

    et le Pays Basque espagnol.

    Les Alsaciens ont voté contre la réunion

    du Bas-Rhin et du Haut-Rhin,

    leur volonté est piétinée,

    car il n'y aura qu'une entité peut-être

    avec la Lorraine - en Allemagne ?


    La démocratie n'existe plus !

    Elle est piétinée par la France

    aux ordres de Bruxelles !


     

     

     

    L'UE est notre ennemie,

    sortons-en !

    Par eva R-sistons

    (pseudo de Chantal Dupille)

     

     

    L'UE notre alliée ? De qui se moque-t-on ? Elle ne solutionne pas les problèmes, elle les créée ! Dette publique (article 123), chômage avec les délocalisations inscrites dans le marbre (article 32 et 63), démantèlement du secteur de la Santé (articles 168 et 169), retraites plus tardives avec une durée de cotisation plus longue (articles 5, 121), services publics démantelés (article 106), politique internationale subordonnée aux décisions de l'OTAN (article 42) avec à la clé des guerres illicites et illégales, sans parler de la liquidation des droits sociaux et du Droit du Travail... La pauvreté explose, avec 125.000.000 d'Européens dans le dénuement. Les Euro-Régions détruiront la France (et ses privilèges, comme le droit de véto au Conseil de Sécurité), ainsi les départements des Pyrénées Orientales et des  Pyrénées Atlantiques seront engloutis l'un dans la Catalogne, l'autre dans le Pays Basque ! Et le reste disparait aussi, comme la Nation, l'Etat protecteur, la souveraineté nationale, nos libertés... L'UE 4e Reich décide de notre vie dans les moindres détails, les Parlements de godillots votent les décisions stratégiques comme les mineures imposées par Bruxelles au profit du Grand Capital, des Banques Centrales. Et gare aux récalcitrants ! L'UE a prévu pour eux la peine de mort s'ils s'insurgent.

     

     

    UE-dictature-europe-peuples.jpg

     

     

    Et que dire du MES et du Marché Transatlantique qui sacrifient nos vies aux seuls intérêts tyranniques et voraces des grands groupes industriels et des grandes banques ? L'Europe sera engloutie dans l'Empire américain. Et cette UE est comme je l'ai annoncé en 2008, le tremplin du Nouvel Ordre Mondial totalitaire, fasciste, celui-là même qui soutient les néo-nazis en Ukraine et les terroristes fanatiques en Syrie ou ailleurs.

     

    L'UE de Bruxelles est vraiment une escroquerie. Elle nous promet la croissance, et la crise s'étend. Elle nous assure qu'elle est synonyme de paix, et dans l'OTAN, elle prépare des guerres aussi illicites et illégales que celle de Yougoslavie, hier, pouvant nous mener à la 3e guerre mondiale. Elle ose dire qu'elle sert l'emploi, alors que le chômage est en pleine expansion. Elle proclame qu'elle est facteur de prospérité, alors que déjà 125 millions de citoyens sont menacés de pauvreté et d'exclusion .  

     

    Tous les Partis politiques promettent de changer l'Europe, mais pour cela il faut l'accord des 28 Etats, ce qui est impossible, donc tous nous mentent. On ne renégocie pas les Traités, on ne rafistole pas une maison bâtie sur des fondements pourris, tôt ou tard elle s'écroule.

     

    Les pays qui ne sont pas ou plus dans l'UE sont ceux qui se portent le mieux, comme la Suisse ou l'Islande. Les médias de désinformation évitent d'en parler !

     

    Peut-on sortir de cette UE ? Oui, via l'article 50. Seul l'expert François Asselineau (UPR) propose clairement, et sur des bases juridiques, la sortie de l'euro, de l'UE, de l'OTAN, et la garantie de la préservation du modèle social français faisant consensus. L'UPR, en pleine expansion grâce à Internet, est un parti démocratique qui rassemble les citoyens quelles que soient leur origine politique, religieuse, sociale (on peut garder son appartenance politique et militer au sein de l'UPR pour la sortie de l'UE malfaisante). Découvrez sans faute les analyses et les vidéos de son Président-Fondateur F. Asselineau pour connaître la réalité de l'UE. Par exemple, "l'Europe, c'est la guerre", l'UE a été créée par les Américains pour servir leurs intérêts, "Qui gouverne la France ?", etc.

     

     

    Nous ne sommes plus en démocatie !

    Ceux qui appellent à sortir de l'UE sont censurés à la TV !

    UE-censure.jpg

     

    Voici la preuve que cette UE est l'ennemie de nos vies.


     

    Quelle est sa finalité ? Herman Van Rompuy le dit le 29 octobre 2010 : "Nous devons protéger la stabilité financière", autrement dit, les intérêts financiers. Jamais ceux des citoyens européens !

     

    Quant à Elisabeth Guigou, elle se demande cyniquement "comment sauver l'Europe de la tyrannie des référendums", autrement dit, des aspirations populaires ! On ne peut être plus clair. D'ailleurs, les Européens consultés ont rejeté le Traité européen, mais Nicolas Sarkozy, et les Elus godillots, ont piétiné la volonté des Français en 2008.

     

    Tout sur cette UE malfaisante dans ma vidéo : http://www.dailymotion.com/video/x1u4v5b_l-union-europeenne-est-un-monstre-sortons-en-r-sistons-video-22_webcam

     

    A bon entendeur !

     

    Eva R-sistons

     

     

    UE-pendaison-copie-1.jpg

     

     

    L'Union Européenne

    est une monstruosité.

     

    Sortons-en !

    Et vite...


    Vidéo de Chantal Dupille

    (pseudo eva R-sistons)

     

    Dans cette vidéo de 50 mn, TOUT est dit !

    IL FAUT LA VOIR ET LA RELAYER !

    L'UE est une escroquerie !

    Et il faut se joindre à l'UPR pour en sortir

    en gardant nos convictions politiques !

     

    ..

     

     

     

     

    Voir aussi :

     

     

     

     

     


     


     Les euro-régions : Allons-nous laisser détruire les nations ?

    http://www.upr.fr/.../euro-regions-allons-nous-laisser...

     


     

     

    UE-dictature-4e-Reich.jpg.

     

     

    Le MES, le mécanisme européen de stabilité

    .

    Union Européenne: La dictature se met en place (Mécanisme Européen de Stabilité)

    http://senor-information.over-blog.com/article-union-europeenne-la-dictature-se-met-en-place-mecanisme-europeen-de-stabilite-86939105.html

     

    http://www.lepartidegauche.fr/actualites/communique/pour-un-referendum-sur-le-grand-marche-transatlantique-23337

     

    Grand-marche-transatlantique_page_01

     

     

    .

    Le Grand Marché Transatlantique

    .

    Le Grand Marché transatlantique - Eva, R-sistons à la crise

    Alerte ! Le grand marché transatlantique prévu pour 2015

    Marché transatlantique,la "théorie du complot" devient ..

    ALERTE ! Bientôt le Grand Marché Transatlantique, menace

     

     

    Voilà le tweet que je propage,

    respectant les opinions de chacun :

    GARDEZ votre appartenance politique, mais avec l'UPR,
    lors du vote UE, tous ENSEMBLE SORTONS DE L'UE !

     

     

    Pour tous les votants de l'Ile De France et de l'étranger,

    vous trouverez les bulletins à imprimer ici

     

    https://www.upr.fr/wp-content/uploads/2010/11/BulletinDeVoteUPR-A4aDecouper-IleDeFrance-FrancaisDeLEtranger.pdf
    pour Nord Ouest
    https://www.upr.fr/wp-content/uploads/2010/11/BulletinDeVoteUPR-A4aDecouper-NordOuest.pdf
    Pour l'Ouest
    https://www.upr.fr/wp-content/uploads/2010/11/BulletinDeVoteUPR-A4aDecouper-Ouest.pdf
    Pour Macif Central ,Centre
    https://www.upr.fr/wp-content/uploads/2010/11/BulletinDeVoteUPR-A4aDecouper-CentreMC.pdf
    Pour l'Est
    https://www.upr.fr/wp-content/uploads/2010/11/BulletinDeVoteUPR-A4aDecouper-Est.pdf
    Pour Sud Est
    https://www.upr.fr/wp-content/uploads/2010/11/BulletinDeVoteUPR-A4aDecouper-SudEst.pdf
    Pour SUud Ouest
    https://www.upr.fr/wp-content/uploads/2010/11/BulletinDeVoteUPR-A4aDecouper-SudOuest.pdf
    Et enfin pour Outre Mer
    https://www.upr.fr/wp-content/uploads/2010/11/BulletinDeVoteUPR-A4aDecouper-OutreMer.pdf

     

     

    UPR-autre-europe.jpg

    •  

     

     

    UPR-Islande.jpg

     

     

    . UPR-changer-UE-avec-asterix.jpg
    .  
    .
    Rappel :
    .
    .
    Dosssier :
    .

     

     



    Régis Chamagne, ancien colonel de l'armée de l'air, chevalier de la Légion d'honneur, officier de l'Ordre national du Mérite et titulaire de la médaille de l'Aéronautique. Il est l'auteur du seul ouvrage de stratégie aérienne en langue française, « L'art de la guerre aérienne » Un livre qui a été couronné par l'Académie des Sciences Morales et Politiques. Régis Chamagne est également responsable national de l'UPR pour les questions de Défense.

     

    .

     

    UPR

    Parti de rassemblement, de la Droite à la Gauche, hors extrêmes, pour une libération nationale et la démocratie

     

    L'UPR EST LE MOUVEMENT DE LIBÉRATION NATIONALE qui rassemble tous les Français afin de faire sortir juridiquement la France de l'euro, de l'Union européenne, et de l'OTAN.
    Biographie
    Étroitement inspiré du Conseil National de la Résistance de 1944, notre Programme de Libération nationale attire des Français de toutes les origines, convictions religieuses et opinions politiques. Il leur propose en effet de sortir de l'UE et de l'OTAN pour rétablir la démocratie, les services publics et la justice sociale et le message universel de la France auxquels ils sont légitimement attachés.

    François Asselineau - Union Populaire Républicaine - Paris ...


    UPR - Le Blog de François Asselineau

     

     


    votre commentaire
  •            

    Boko Haram est un sous-marin de la CIA

    cia

     

    Pour commencer l’auteur constate que Wikileaks a permis d’identifier l’ambassade des USA comme base pour des actes subversifs de grande portée dans le pays, incluant naturellement la mise sur écoute des membres du gouvernement nigérian, mais aussi l’espionage financier de Nigérians de premier plan ainsi que le soutien et le financement de groupes subversifs et le chantage exercé contre des politiciens de premier plan pour les contraindre à agir conformément aux intérêts des USA.


    D’après Wikileaks, l’ACRI a été fondée par les USA pour faire contrepoids à ECOMOG, sous contrôle nigérian (ACRI est l’acronyme d’Africa Crisis Response Initiative et ECOMOG d’Economic Community of West African States Monitoring Group, un groupe du reste moins impliqué dans l’économie que dans la guerre).


    Dans le document Wikileaks, on n’oublie pas de rappeler que dans les années 70 et 80 le Nigéria a soutenu les guerres de libération des pays d’Afrique australe. C’est pourquoi les USA ont fondé l’ACRI, qui a tiré profit des tensions croissantes entre sectes au Nigéria et recruté avec l’aide de la CIA de jeunes islamistes qu’elle a formés au terrorisme dans des bases ad hoc. Un câble états-unien du 29 juin 2009 prédisait l’attentat dévastateur de Boko Haram qui a eu lieu deux mois plus tard. L’Arabie saoudite avait formé des « rebelles » libyens qui à leur tour ont formé des « rebelles » maliens, qui ont formé ceux de Boko Haram.


    Un autre document de Wikileaks a dévoilé que la société d’espionnage SS8 a élaboré un cheval de Troie capable de pénétrer les ordinateurs et téléphones (iPhone, Blackberry, Android etc ), ce qui permet un contrôle minutieux aussi bien des terroristes que du gouvernement nigérian. On a pu ainsi publier sur Internet des données personnelles (adresses, coordonnées bancaires, numéros de téléphone) de politiciens nigérians et même de membres des services secrets, ce qui a naturellement constitué un précieux instrument pour Boko Haram.


    D’ACRI à AFRICOM


    L’ACRI a été fondée en 2004 par George Bush junior pour faire contrepoids à ECOMOG. Un rapport de l’ACRI affirme que sans intervenir le Nigéria pourrait utiliser sa réussite pour établir une Pax nigeriana et supplanter ainsi l’influence des anciennes puissances coloniales, la France et l’Angleterre. Et l’on invitait l’administration US à ne pas permettre que le Libéria, une création états-unienne, tombe aux mains du Nigéria, car cela contrariait les intérêts stratégiques des USA dans le pays et la région.


    Là-dessus le commando africain US, l’AFRICOM, fut créé en 2008. Sa tâche consistait à endiguer l’influence nigériane, mais surtout chinoise.


    Le gros lot pour l’AFRICOM et son projet d’établir une Pax Americana serait bien sûr le Nigéria. Et nous en arrivons à la question de Boko Haram et aussi à la prédiction de l’United States Intelligence Council:  le Nigéria devrait éclater en 2015. Depuis l’attentat d’Abuja, le 1er octobre 2010, le Nigéria vit sous la poigne de fer d’une révolte de plus en plus étendue, caractérisée par un grand nombre d’attentats et attaques qui ont fait beaucoup de victimes et dont Boko Haram endosse la responsabilité.


    Un nombre important de Nigérians prévoient déjà une longue guerre et une partition du pays. La nature apparemment insaisissable de Boko Haram a fait naître beaucoup d’interrogations chez les Nigérians. Pourquoi le groupe n’a-t-il pas de visage et se refuse-t-il à accepter les offres de dialogue du gouvernement ? Comment parvient-il à commettre si facilement ses attentats et pourquoi ne laisse-t-il aucune trace menant jusqu’à lui ?


    Comment surtout un rassemblement haillonneux d’hommes essentiellement sans formation ni expérience a-t-il pu se transformer presque d’un jour à l’autre en une organisation capable de concevoir, fabriquer et poser dans des bâtiments et véhicules des bombes valant des millions de nairas et de commettre des attentats dans plusieurs endroits du pays à la fois ?


    Être capable d’opérations aussi sophistiquées implique de disposer d’un système de commandement et de contrôle qui, malgré tous les efforts pour le garder caché, ne le restera pas toujours. Mais comment Boko Haram a-t-il pu anéantir tous les efforts conjugués des forces de sécurité pour découvrir et empêcher ses activités ?


    La GREENWHITE Coalition a découvert que Boko Haram était un sous-marin de la CIA coordonné par l’ambassade US.


    Depuis longtemps, la CIA a installé le long des frontières perméables du Tchad, du Niger et du Cameroun des camps d’endoctrinement et de formation. Des adolescents pauvres, désorientés et déboussolés y sont formés à la révolution au nom d’Allah, pour  instaurer au Nigéria impie un ordre islamique juste.

    Les officiers de la CIA impliqués dans ce projet se tiennent prudemment dans l’ombre et laissent le travail concret dans les camps à des surveillants originaires du Proche-Orient spécialement recrutés à cet effet. Après plusieurs mois de formation: endoctrinement, maniement d’armes, tactiques de survie, techniques de surveillance et de fuite, les jeunes attendent, prêts à intervenir, la prochaine phase des opérations. Celle-ci consiste à se familiariser avec les prochains objectifs déjà élaborés à l’ambassade. Si ce sont des bâtiments qui sont visés, les armes et le matériel requis sont conservés dans des demeures sûres.

     

    Ce n’est ni un hasard ni de la voyance de la part du National Intelligence Council des USA s’il fixe à 2015 la partition du Nigéria. L’objectif de la campagne de déstabilisation est calculé de façon à affaiblir le Nigéria par une crise intérieure insaisissable d’ici à 2015, date des prochaines élections.

    D’ici là le climat de méfiance sera tel au Nigéria que les élections, ou n’auront pas lieu, ou conduiront à un effondrement total. L’État sera alors mûr pour une intervention militaire et une partition.


    boko-haram

     

     

    Terence P. MacCulley, ambassadeur des USA au Nigéria

     

    C’est un des meilleurs diplomates des USA et dans le jargon du Secrétariat d’État aux affaires étrangères une « old Africa hand ». Savez-vous que Terence P.MacCulley, actuel ambassadeur US-américain au Nigéria, est l’un des architectes de l’Africa Crisis Response Initiative (ACRI), qui a sapé la position du Nigéria dans l’ECOMOG ?


    Savez-vous que le second emploi de l’ambassadeur McCulley est celui de coordinateur de la politique étrangère d’AFRICOM, position qui lui permet de favoriser au plan diplomatique l’entrée de l’AFRICOM au Nigéria ?


    Savez-vous aussi que son principal mandat d’ambassadeur au Nigéria est de coordonner les activités de l’administration US en utilisant la couverture commode de l’ambassade ?


    Savez-vous que le rapport secret de l’United States National Intelligence Council relatif à la désintégration du Nigéria, qui n’a été dévoilé qu’en partie, contient dans sa version intégrale tous les détails du projet US-américain pour atteindre ce but ?

     

    Ainsi que tous les détails de l’attentat contre le bâtiment de l’ONU à Abuja, sur ses exécutants et son mode opérationnel.

     

    Vous devriez connaître aussi la véritable mission des prétendus experts étrangers venus « enquêter » sur l’attentat. Sont-ils vraiment venus faire cette enquête et fournir les détails de leurs découvertes aux autorités nigérianes, ou bien plutôt supprimer les preuves pour dissimuler les véritables commanditaires de l’action ?


    Nous fournirons les détails concernant la situation et l’adresse des demeures sûres au Nigéria dans le prochain rapport de la Greenwhite Coalition.

    La Greenwhite Coalition


    Comme son nom l’indique, elle a choisi les couleurs du drapeau nigérian pour défendre les intérêts supérieurs de la nation nigériane contre les projets des USA visant à détruire notre pays.


    Dans les jours et mois qui viennent la Greenwhite Coalition informera par plusieurs voies légales l’opinion publique nigériane afin d’empêcher que notre pays passe sous la botte US-américaine. Cet article est le premier de toute une série.


    Nous mettons les USA en garde ; nous ne permettrons pas que nos femmes deviennent des veuves et nos enfants des orphelins comme en Irak et ailleurs. Nous ne voulons pas devenir une nation de réfugiés réduits à attendre l’aide de prétendues ONG humanitaires. Le Nigéria doit prendre sa place au soleil.


    Source: Réseau International

     

    .
     

    NIGERIA : des grosses fortunes américaines finances Boko Haram
    .
    .

    votre commentaire
  •  

     

     

    La (ou le) lauréate de l'Eurovision

     

    Conchita-robe.jpg

     

     

     

    Sans surprise, c'est la candidate autrichienne Conchita Wurst qui a écrasé la compétition. Cette femme à barbe à la plastique parfaite, âgée de 25 ans et qui porte au civil le nom de Tom Neuwirth, a totalisé 290 points. Sa chanson "Rise Like a Phoenix", était kitsch comme il le fallait, vaguement idiote, bien chorégraphiée, et savait surfer sur le genre, ses théories et ses outrances.


    Si l'on veut être aimable et constructif, avouons que Tom Neuwirth, qui a suscité l'hostilité dans certains pays d'Europe de l'Est, a conquis le public non seulement par son extravagance mais aussi son talent musical.


    http://www.lepoint.fr/culture/eurovision-conchita-wurst-l-emporte-la-france-est-derniere-11-05-2014-1821240_3.php

     

     

     

    Conchita-BD-2.jpg


     

    En plein enregistrement de vidéos, j'avais juste écrit trois tweets AVANT la soirée de l'Eurovision : 

     

    "Ce monde orwellien se met peu à peu en place. Il passe par la PMA, le Gender, un monde unisexe. La femme à barbe équivoque nous y prépare"


    "L'Europe est tombée sur la tête. Le favori de l'Eurovision est une femme barbue, monstre hybride. Le modèle occidental, celui du Nouvel Ordre Mondial, est un repoussoir !"


    "Jadis, la femme barbue était une curiosité de cirque, aujourd'hui dans notre monde déchu elle va remporter l'Eurovision dédié au NWO, non ?"

     

     

    Eva R-sistons


    eva r-sistons@rsistons

    Jadis la femme barbue était une curiosité de cirque, aujourd'hui elle va remporter l'Eurovision dédié au NWO, non ? @mansan_man


    @rsistons Tu as vu juste une fois de plus en route pour le NWO c'est Attali qui va être content :-)

     

     

     

    ....

     

    Voici, entre autres, le retour du Christ "Conchita".

    L'horreur en images !

    Et voyez comme nos enfants vont être perturbés

    avec des Lego Conchita,

    ou des BD aux créatures désormais asexuées !

    Le Nouvel Ordre Mondial frappe très fort...

    Trop fort ! (eva R-sistons)


     

     

    Conchita.jpg

     

     

     

     

    Conchita-2-Jesus-revient.jpg.

     

     

     

    Conchita-Sissi.jpg

    ...

     

     

    Conchita-lego.jpg

     

     

    La plupart de ces images sont issues du tempsreel.nouvelobs,

    ce faux canard de gauche vrai pion du Nouvel Ordre Mondial !

     

     

    Conchita-BD.jpg

     

     

    L'humanité asexuée à venir...

    L'abomination est en marche !

     

     

    .

    Conchita-double.jpg...

     

     

    Et ça continue !


     

     ·  Ça va se compliquer lorsqu'ils demanderont aux filles

    de venir au lycée avec une barbe de 3 jours

     

    Lycées: l’académie de Nantes demande aux garçons de se mettre en jupe le 16 mai

     

    http://etudiant.lefigaro.fr/les-news/actu/detail/article/lycees-l-academie-de-nantes-demande-aux-garcons-de-se-mettre-en-jupe-le-16-mai-5320/

    .

     

     

     

    Entre autres mesures pour lutter contre les discriminations, les filles mais aussi les garçons sont invités à venir au lycée en jupe. Une mesure qui fait débat.


     

    Tous en jupe au lycée. Telle est l’idée de la journée «ce que soulève la jupe», qui aura lieu dans 27 lycées de l’académie de Nantes le 16 mai prochain. Inscrite noir sur blanc dans un communiqué de l’académie, la mesure ne fait pas l’unanimité, c’est le moins que l’on puisse dire.


    Il s’agit d’une initiative «100 % lycéenne» insiste l’académie, l’action ayant été imaginée et proposée par les élus au conseil de vie lycéenne pour lutter contre les discriminations. Reste qu’elle est soutenue par l’académie, et donc de facto par le ministère de l’Education nationale. Le rectorat est en effet libre de valider ou non les projets présentés dans le cadre des conseils académiques de vie lycéenne.

    Des parents «pas tous au courant»

    Cette journée d’action du 16 mai n’est pas la première édition de cette initiative surprenante. Une manifestation similaire a déjà eu lieu, sans faire de vague, le 12 avril 2013. Déjà, les garçons étaient invités à venir en jupe au lycée, et différentes actions (cafés citoyen, débats…) étaient organisés dans les établissements scolaires. 20 lycées de l’académie avaient alors répondu à l’appel.


    «Je n’ai eu aucun retour négatif, à l’inverse, des éléments positifs sont remontés, des élèves racontant que même certains professeurs masculins s’étaient prêté au jeu l’année dernière en venant en jupe» déclare Elisabeth Costagliola, responsable de la Fédération des parents d’élèves de l’enseignement (PEEP). Avant d’ajouter que ces retours sont néanmoins «limités», les parents n’étant «pas tous au courant».

     

     

    Mais cette année, l’action fait débat. «Cela pouvait être rigolo l’année dernière, quand il s’agissait d’un cas isolé» lâche Olivier Vial, président de l’UNI. «Maintenant, on généralise ces mesures gadgets» ajoute-t-il. En 2014, 7 lycées supplémentaires prendront part à cette journée visant à «lutter contre le sexisme et la discrimination». Et d’autres académies réfléchissent à instaurer un dispositif similaire.

    «Provocation utile» ou «grand n’importe quoi»?

    «Au nom de l’égalité, on fait n’importe quoi, estime Olivier Vial. L’action se veut inspirée de la journée de la jupe, mais là c’est l’inverse. Le propos était de permettre aux filles d’assumer leur féminité dans des environnements où c’était parfois difficile. Là, on nie l’identité féminine et masculine.» Avant d’ajouter, qu’à «quelques semaines du bac», «ce n’est ni le lieu ni le moment».


    «Provocation utile» selon Elisabeth Castigliola ou «grand n’importe quoi» selon Olivier Vial, les avis restent mitigés… Reste encore à savoir combien de garçons montreront effectivement leurs jambes ce jour là, le communiqué indiquant également proposer le port d’un autocollant déclarant «je lutte contre le sexisme, et vous?» Une manière peut être moins engageante de participer…


    La rédaction vous conseille

    http://etudiant.lefigaro.fr/les-news/actu/detail/article/lycees-l-academie-de-nantes-demande-aux-garcons-de-se-mettre-en-jupe-le-16-mai-5320/


    JRE, théorie du genre, farida Belghoul, alain Escada, idéologie du genre

    Entretien avec Farida Belghoul

    Contre l’idéologie du genre, une seule solution :

    Le redressement de la France !

    Le 25 mars 2014

    Entretien réalisé par Nicolas Gauthier.

     

    Ce dimanche, vous étiez à Cologne pour soutenir vos homologues allemands. Comment cela s’est-il passé ?


    Mille personnes présentes environ sur la place de la cathédrale de Cologne. La pluie, le vent et une manif LGBT vociférant des insanités en notre direction. Des grands-parents, des parents très remontés, déterminés. Des interventions allemandes donnant le détail des séances de sexualisation précoce en classe. Des témoignages atroces. Des délégations françaises de cinq villes : Paris, Lyon, Lille, Nancy, Mantes-la-Jolie. J’étais aux côtés de Béatrice Bourges (Printemps français) et d’Alain Escada (Civitas). Nous avons été très applaudis. J’ai proposé une convergence des peuples européens pour sauver les enfants. Avec l’association allemande « Les parents inquiets », nous partageons le même constat (le retrait des enfants est un moyen sûr et efficace) et la même détermination : il faut se battre, et se battre ensemble. La prochaine Journée de retrait de l’école pour interdire l’idéologie du genre dans les programmes scolaires est pour le 31 mars 2014. J’appelle toutes les familles de France à y participer. Je rappelle que la JRE est une action légale. Par définition, une action légale n’est donc pas une action radicale. On en saura plus en allant sur notre page Facebook.


    Certains de ces parents, ayant retiré leurs enfants de l’école pour les protéger de séances de sexualisation précoce en classe, ont été condamnés à des amendes, puis à des peines de prison. Ça va un peu loin, non ?


    Oui, très loin. Et cela nous guette en France, dans tous les pays européens et sur tous les continents. Le projet est mondial. « Vaincre ou mourir » n’est pas une devise que j’ai choisie au hasard… Nous n’avons pas le choix. Il faut vaincre… ou nos enfants seront sacrifiés. La victoire est possible mais il nous faut, pour l’atteindre, surmonter les clivages et les peurs.(..)

     

    En 1968, on hurlait dans les rues : « Une seule solution, la révolution ! » Aujourd’hui, en 2014, il faut clamer : « Une seule solution, la résurrection [de la France] ! »

     

    http://www.bvoltaire.fr/faridabelghoul/lideologie-du-genre-seule-solution-le-redressement-de-la-france,54401

     

     


    votre commentaire
  • ,

     

    banques-cartel-a-table-copie-1.jpg

     

     

     

     

    " Le mal n'a besoin pour progrésser

    que de l'inaction des gens de bien .

    Edmund Burke "

     

     

    http://www.reloveutions-nous.com/wwwreloveutions-nouscom-article-134le-triomphe-francais-ou-le-nouvel-ordre-mondial

     



     

     

    Tous les pouvoirs sont désormais le fait de minorités agissantes, parmi lesquelles la caste des grands nantis de la planète est de loin la plus dévastatrice car c'est elle qui ordonne a toutes les autres. La caste des grands nantis, c'est cette minucule frange de la population mondiale qui dispose a elle seule de 98% des richesses de la planète alors qu'elle ne représente que 2% à 3% de la population mondiale soit environ 140 à 210 millions d'individus. De plus, elle a via de grands groupes d'envergure planétaire, le contrôle total de l'offre.

     

     

     


     

     

     


    ..

     

     

    .


    votre commentaire
  •  

    Découvrez le brillant sketch pro-palestinien que vous ne verrez pas à la télévision française

     

    Découvrez le brillant sketch pro-palestinien que vous ne verrez pas à la télévision française

    Pépite. Un groupe de rap australien a réalisé un audacieux clip humoristique pour dénoncer le traitement israélo-américain de la question palestinienne.

    Le 30.04.2014 à 15h46

    Souvent présenté comme le summum de l’impertinence audiovisuelle, le Petit Journal de Canal+, animé par Yann Barthès (un admirateur du criminel de guerre Tony Blair), ne diffusera probablement jamais les images que vous allez voir. 

    Il faut désormais se tourner vers le web pour découvrir des artistes véritablement subversifs en matière d’humour politique. Tel est le cas de Juice Rap News: apparu sur la Toile en octobre 2009, ce groupe australien -fondé par Hugo Farrant et Giordano Nanni- s’est depuis distingué par ses productions brocardant, avec verve et poésie, l’actualité géopolitique.


    Le jeudi 24 avril, leur site dénommé Juice Media a mis en ligne une vidéo consacrée au . Invités spéciaux du clip: Norman Finkelstein, politologue américain (qui fut l’auteur d’un célèbre ouvrage relatif à l’exploitation de la mémoire du par la mouvance ) et le groupe de rap palestinien DAM.


    Panamza vous propose d’apprécier par vous-même la liberté de ton d’un sketch inimaginable -en l’état actuel- dans la production audiovisuelle hexagonale, plus encline à censurer la critique radicale du régime de Tel Aviv.


    (Nota bene: après avoir lancé la lecture, cliquez sur le carré gris rayé -situé en bas de l’image- pour obtenir les sous-titres français).


    HICHAM HAMZA  

     

    http://reseauinternational.net/decouvrez-brillant-sketch-pro-palestinien-verrez-pas-television-francaise/

    .

     


     


    votre commentaire
  •  

     

    La vérité sur nos dirigeants :

    Valls, Sarkozy, Le Pen 

     

     

    Valls-inquietant-parlement.jpg

     

     

     

     

     

    Le vrai visage de notre premier ministre Manuel Valls

     

    Un père qui n'a jamais fui le franquisme

    comme il le prétend auquel cas il serait né en France.

    Une mère suissesse qui s'est enrichie

    grâce à l'or colonial. 

    Lié à Israël que depuis 2008,

    avant engagé aussi fortement

    à la cause Palestinienne.

    Un menteur né.

     

     

     

    Valls-fuhrer-copie-1.jpg

     

     

     

          En moins de trois ans, Manuel Valls est passé de l’anonymat (5,6% lors de primaire socialiste de 2011) à Matignon. L’histoire de Manuel Valls est une espèce de bluff très largement reconstruit.


    Issu de la plus haute bourgeoisie catalane par son père et d’une famille suisse enrichie dans le trafic de l’or par sa mère, ce fils d’un célèbre peintre catalan nullement anti-franquiste a grandi dans un milieu huppé, dans une maison située en face de l’île Saint-Louis. Ce qui lui a permis defréquenter le gratin des beaux-arts mais aussi de la politique. Dès ses 18 ans, alors qu’il n’était même pas encore naturalisé français, il a passé un accord secret, appelé « pacte de Tolbiac », avec deux camarades au très brillant avenir : Stéphane Fouks, aujourd’hui pape des communicants socialistes et responsable du Conseil représentatif des institutions juives de France, et Alain Bauer, ancien Grand Maître du Grand Orient de France et ponte de la sécurité urbaine. Son ascension doit beaucoup à ces deux hommes, avec lesquels il est demeuré étroitement lié.


    Le nouveau Premier ministre est aussi l’incarnation même du nouveau Parti socialiste tel que défini par son think tank Terra Nova : un pur apparatchik rompu aux jeux d’appareil, à la fois« boboïsé »social-démocrate modéré en apparence mais surtout haineux vis-à-vis de ses adversaires politiques, prêt à toutes les compromissions avec les milieux sarközystes recentrés, libéral rallié au mondialisme, à l’européisme, au métissage et au multiculturalisme. Ce que d’aucuns pourraient appeler l’« after-socialisme » ou socialisme « à l’eau de rose ». Il est bien évidemment membre du club d’influence Le Siècle, mais aussi du groupe mondialiste de Bilderberg. Semblable aux néo-cons américains, en général venus de l’extrême gauche, il est également un soutien fanatique d’Israël, pays avec lequel il s’est déclaré « éternellement lié ». Mais on ignorait jusqu’à présent complètement que jusqu’en 2008 au moins, Manuel Valls était très clairement pro-palestinien.


    C’est cet ombrageux Catalan qui se voit évidemment trôner en 2017 ou 2024 à la présidence de la République.

     


     

    Valls-et-israel.jpg


    Table des matières


    Introduction
    Manuel Valls par lui-même et par les autres
    L’entourage familial de Manuel Valls
    Issu de la grande bourgeoisie conservatrice catholique catalane
    Un père nullement « réfugié anti-franquiste »
    Une famille maternelle enrichie par l’exploitation de l’or colonial
    La misère : grandir dans une maison du Marais, face à l’île Saint-Louis
    Une seconde femme très ambitieuse
    Un pur apparatchik de la politique
    Le « pacte de Tolbiac »
    Marginaliser le PCF et les gauchistes avec l’alliance socialistes-lambertistes
    Initié franc-maçon très jeune
    De Rocard à Hollande en passant par Jospin
    Membre des cénacles mondialistes
    Évry, ou la « petite république vallsienne »
    Manuel Valls, Israël et la communauté juive
    Manuel Valls, ministre de l’Intérieur
    Place Beauvau
    Son équipe rapprochée
    Une action catastrophique
    La répression de La Manif pour tous
    La haine des nationaux
    Alain Soral et Dieudonné, ennemis publics numéros 1

     

    Encadrés


    Les Petits snobismes de Manuel Valls
    Avec l’affaire Dieudonné, Manuel Valls met en place les principes d’une quasi-dictature

     

     

    Valls-expression-dure.jpg

     

    Annexes


    Manuel Valls, descendant de marranes des Baléares ?
    Alain Bauer, Grand Maître de la franc-maçonnerie, de l’influence et de la sécurité
    Stéphane Fouks, le « communicant » strauss-kahnien
    Manuel Valls sur Radio Judaïca Strasbourg, le 17 juin 2011
    Circulaire anti-Dieudonné du ministre de l’Intérieur (Manuel Valls) aux préfets de police


    > Ouvrage à paraître aux éditions Facta le 25 avril 2014, 

     

    http://www.wikistrike.com/article-le-vrai-visage-de-manuel-valls-123435086.html#fromTwitter

     

    .

     

    JPEG - 40.3 ko


    Opération Sarkozy : Comment la CIA

    a placé un de ses agents

    à la présidence

    de la République française

    Nicolas Sarkozy doit être jugé à son action et non pas d’après sa personnalité. Mais lorsque son action surprend jusqu’à ses propres électeurs, il est légitime de se pencher en détail sur sa biographie et de s’interroger sur les alliances qui l’ont conduit au pouvoir. Thierry Meyssan a décidé d’écrire la vérité sur les origines du président de la République française. Toutes les informations contenues dans cet article sont vérifiables, à l’exception de deux imputations, signalées par l’auteur qui en assume seul la responsabilité.

     

    Suite ici :

     

    Opération Sarkozy : comment la CIA a placé un de ses agents

     

     

     

     

    Les vrais Le Pen

     

     

     

    Le rôle secret du FN !

    Voici un petit résumé de l’histoire du FN.

    Son financement via la secte Moon,

    arrière boutique de la CIA en Corée du sud.

    La mise en avant orchestrée par Mitterrand

    ainsi que l’utilité de ce parti pour légitimer

    tout le système démocratique Français !

     http://www.agoravox.tv/actualites/politique/article/le-role-secret-du-fn-43315

     

    Quelques rappels historiques sur le FN

    (vidéo plus courte que celle du Rôle secret du FN).

    Il n'est pas fait mention des financements

    de la secte Moon cependant, dommage.

    https://www.youtube.com/watch?v=y9uIQVZZU2U

     


    JM Brewski : Faites juste un petit travail intellectuel:
    Si demain Marine est présidente,

    elle n'aura pas la majorité a l'Assemblée

    donc elle devra "cohabiter" avec l'UMP.

    Un vote pour le FN n'est donc pas un vote de contestation,

    puisqu'au final on se retrouve avec Copé (ou un autre)

    à Matignon et une politique Ultra-liberale...

    https://www.facebook.com/upr.francoisasselineau?sk=wall&filter=2

     

     

    Le FN a toujours été méprisant envers les classes populaires.

    Il fait des promesses juste pour arriver au pouvoir ! (Ch. D)

     

     

     

    Libérons la France !

     

     

     

    valmy-france.jpg.

     

    .


    votre commentaire
  •  

     

    Les médias mentent en permanence,

    il faut le savoir ! Et ils font de la propagande

    contre nos intérêts,

    pour l'UE avec par ex l'ignoble Cohn-Bendit,

    pour les guerres contre les Etats souverains

    (Lybie, Syrie, Yougoslavie, Irak etc),

    pour l'austérité qu'ils nous imposent, etc...

    eva R-sistons

     

     

     

    Russie-guerre-best-copie-1.jpg.
    Photo qui prouve que la Russie veut la guerre !!!
    trouvée ici :
    .

    http://www.islametinfo.fr/2013/10/05/video-russie-poutine-futur-prix-nobel-de-la-paix/

     

    Déjà en 1950, la Russie était visée !

    Document d'époque cité par F. Asselineau

    .OTAN-bases-US-par-PC-vers-1950.jpg

     

     

    MeRdia de désinformation, de propagande.


    Nobs-Russie.jpg

     

    .

    Russie-prix-nobel-paix.jpg

     

    La Russie est le meilleur atout pour la Paix

     

    Par Chantal Dupille (eva R-sistons)

     

     

    Propagande de guerre honteuse, à laquelle se prêtent les médias français asservis aux Puissances atlantistes. A Kiev, on accuse la Russie de vouloir la 3e guerre mondiale. Aussitôt la télévision et la Presse reprennent ces fausses rumeurs, ces accusations sans le moindre fondement.

     

    Je le dis, et je le répète clairement : Aucun pays au monde ne tient tant à la paix que la Russie. Car aucun pays au monde n'a autant souffert de la guerre : Plus de vingt millions de morts pour la seule Russie lors de la seconde guerre mondiale, par exemple, et puis Moscou détruite, ses villages aussi, et les récoltes....

     

    Au prix de sacrifices démesurés, la vaillante Russie a vaincu l'armée de Napoléon et celle d'Hitler, elle a libéré le monde du nazisme hitlérien.

     

    Quand on a subi tant d'atrocités, on ne veut plus de guerre. Comme l'Allemagne, d'ailleurs.

     

    La Russie de Poutine est encerclée par les bases de l'OTAN, elle fait tout pour se protéger et protéger les Pro-Russes, en tentant notamment de retrouver une partie de son espace vital, de sa liberté. Mais elle milite pour un monde multipolaire, et elle refuse de s'ingérer dans les affaires des autres, contrairement à l'Occident impérialiste. En Crimée, elle a défendu ses terres, sa base navale, son peuple qui l'a appelée à l'aide. Avec à la clef aucun mort, et un référendum démocratique. Et l'Occident belliciste l'accable de reproches ! Il ne tolère pas qu'elle défende ses intérêts, ses frères de sang, les espaces qui lui restent. L'Occident a tous les droits, la Russie aucun ! Et pour gagner l'Opinion, il travestit la réalité, ment, inverse les rôles. C'est infâme !

     

    Et si la guerre mondiale n'a pas commencé, aujourd'hui, c'est grâce à la Russie qui a stoppé net l'élan meurtrier des Etats-Unis en interceptant les deux premiers missiles lancés sur Damas en 2013, missiles qui devaient être le signal de l'entrée en guerre d'une France au service des intérêts d'Israël. C'est aussi la Russie qui a proposé que la Syrie rende ses armes chimiques, pour apaiser la situation.

     

    Oui, la Russie qui a tant souffert de la guerre fait tout pour l'éviter et l'éviter au monde. La campagne de propagande mensongère à son encontre est un des grands scandales de notre temps; Elle doit sans cesse être dénoncée, au nom de la vérité !

     

    Il est temps de démasquer les imposteurs, et de révéler au monde la réalité : L'Occident prépare en coulisses la 3e guerre mondiale pour masquer son effondrement économique, imposer au monde sa domination, et au passage, provoquer une dépopulation à grande échelle. C'est tout simplement monstrueux !

     

    Les mensonges des dirigeants et des médias atlantistes sont intolérables, comme l'inversion constante des rôles.

     

    J'ose le dire: La Russie, aujourd'hui, est le meilleur atout pour la paix. Et si comme le Général de Gaulle en avait eu la vision, l'UE et la Russie scellaient leur union, une union équilibrant la puissance des Anglo-Saxons, alors la paix aurait réellement avancé...

     

    Meci Jean-Pierre Chevènement d'avoir, aujourd'hui, rétabli l'honneur de la France. Et rappelé son devoir !

     

    Vive la paix ! Vive la Russie ! Honte à l'Occident menteur, prédateur, criminel !

     

    Chantal Dupille (eva R-sistons)

     

    TAGS : Russie, Poutine, guerre mondiale, Crimée, Ukraine, De Gaulle, Chevènement, UE, atlantiste, Etats-Unis, Israël, Kiev, Moscou..

     

    En 1812 la Russie compte 900 000 hommes dans son armée de terre, donc avait plus d’un million d’hommes mobilisés. (Wikipedia)

     

    Campagne de Russie 1812

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Guerres_napol%C3%A9oniennes#Campagne_de_Russie_1812

     

    L’empereur Napoléon Ier et ses maréchaux à la bataille de la Moskowa (ou bataille de Borodino) WIKIPEDIA
    Les Français à Moscou
    Articles détaillés : Campagne de Russie (1812) et Prise de Moscou.

    En 1812, Napoléon envahit la Russie pour obliger le tsar à maintenir le Blocus continental et éloigner la menace d’une invasion de la Pologne par la Russie. La Grande Armée (650 000 hommes dont 270 000 Français) franchit le Niémen le 23 juin 1812. La Russie proclame la Grande guerre patriotique alors que Napoléon avait proclamé la seconde guerre polonaise. Mais, contrairement aux attentes des Polonais, qui fournissent presque 100 000 hommes, Napoléon évite de faire des concessions à la Pologne, les repoussant aux négociations avec la Russie. Soit volontairement, soit par crainte d’affronter sur le champ de bataille Napoléon, les Russes reculent et pratiquent la politique de la terre brûlée, jusqu’à la bataille de la Moskowa, le 7 septembre. Cette bataille sanglante force les Russes à se retirer, et Moscou est prise et mise à sac le 14 septembre. Alexandre Ier refuse de négocier, et Napoléon, sans espoir de victoire décisive, est forcé de faire retraite et d’abandonner Moscou, lorsque son gouverneur, le prince Rostopchine, l’incendie. Avec la Retraite de Russie, la Grande Armée perd 370 000 hommes (en comptant les pertes lors des batailles) et 200 000 soldats sont faits prisonniers. En novembre, seuls 90 000 hommes franchissent la Bérézina. Napoléon doit de plus abandonner son armée pour retourner à Paris, où le général Malet a tenté un coup d'État, et pour préparer la défense de la Pologne. La situation de l’Empereur n’est alors pas si critique qu’il y paraît. Les Russes avaient perdu 400 000 hommes, et leur armée était aussi épuisée. Mais leurs lignes de ravitaillement étaient plus courtes, et ils pouvaient renouveler leurs effectifs plus rapidement que la France. (Wikipedia)

     

     

    ... // Vidéo Barbarossa : L'invasion de l'U.R.S.S

    apocalypse.france2.fr

     

    Russie-guerre-offensive-40.jpg

     

     

    À la fin de 1942, au moment où l'Allemagne, l'Italie et le Japon ont atteint le zénith de leur puissance expansive, leurs forces subissent en Russie, en Afrique et dans le Pacifique des coups d'arrêt que l'avenir révélera décisifs.

    4.1. Ultimes poussées de l'Axe en URSS et en Afrique

    La bataille de Stalingrad (novembre 1942-février 1943)

    La victoire de l'armée soviétique devant Moscou est suivie dans les deux camps par une période de relative accalmie, mise à profit par l'URSS pour réorganiser ses armées et transférer de nombreuses usines de guerre en direction de l'Oural, en Sibérie et au Turkestan.

     

    La guerre sur le front russe, 1943La guerre sur le front russe, 1943

     

    Le 5 avril 1942, Hitler fixe à la Wehrmacht les objectifs de sa prochaine offensive, qui visera la Volga, le Caucase et son pétrole. Retardée par une action de l'Armée rouge au sud de Kharkov (mai), elle débouche le 28 juin en direction de Voronej, pivot à la boucle du Donets, tandis que capitule Sébastopol après un siège de 250 jours.


    Le front russe est percé sur 500 km, et, après la chute de Rostov (23 juillet), les Allemands se lancent vers le Caucase, entrent à Maïkop, plantent le drapeau à croix gammée au sommet de l'Elbrous (21 août) ; ils sont bloqués dans la région du Terek à 120 km de la Caspienne, mais à 600 km de Bakou.

    Au même moment, la VIe armée (→ Paulus) franchit le Don à Kalatch, atteint la Volga (20 août) et conquiert du 1er au 15 septembre une grande partie de la ville de Stalingrad.


    Alors que Hitler croit tenir la victoire, débouche le 19 novembre la contre-offensive soviétique qui, encerclant l'armée de Paulus, la contraint à capituler le 2 février 1943.


    Cette première grande défaite allemande a un énorme retentissement : toute une armée a été détruite après avoir perdu 250 000 hommes à cause de l'entêtement du Führer, ce qui a pour effet de dresser contre lui nombre de chefs militaires. L'Armée rouge a pris l'initiative des opérations ; elle ne l'abandonnera plus jusqu'à Berlin.

     

    Pour en savoir plus, voir l'article bataille de Stalingrad.

     

     

    5.4. La Wehrmacht refoulée de la Volga au Dniestr (1943-1944)

    Si, en 1943, les alliés anglo-saxons ont obtenu des résultats décisifs en Afrique et en Italie, ils n'y ont immobilisé qu'une très faible partie de la Wehrmacht. Les trois quarts du potentiel militaire allemand s'appliquent encore au front soviétique, où, au cours de la même année, la victoire va aussi définitivement changer de camp.


    Au nord, la prise de Schlüsselburg par les Soviétiques (12 janvier) dégage Leningrad ; celles de Viazma et de Rjev (mars) refoulent la Wehrmacht à 250 km de Moscou, mais c'est au Sud qu'ont lieu les actions décisives.


    Au lendemain du désastre de Stalingrad (février 1943), les Allemands, chassés du Caucase comme de la boucle du Don, doivent abandonner Rostov, Koursk et Kharkov (qui est reconquis en mars par Manstein). Le 5 juillet 1943, l'échec de la double offensive blindée allemande (Manstein-Kluge) sur le saillant de Koursk signifie la perte désormais irréversible de l'initiative par la Wehrmacht sur le front de l'Est.


    Le 12, l'offensive soviétique de Rokossovski sur Orel est la première d'une série de coups de boutoir sur Kharkov, Briansk et Smolensk qui mènent à la fin de septembre l'Armée rouge sur le Dniepr : il sera largement franchi en novembre, malgré la réaction de Manstein à Jitomir.

    Refusant tout répit à Hitler, Staline déclenche dès le 18 décembre 1943 la campagne d'hiver : au Nord, la Wehrmacht est refoulée de 200 km sur Narva et Pskov (janvier 1944) ; au Sud, Vatoutine, Koniev, Malinovski et Tolboukhine portent leurs forces sur le Boug (février) et le Dniestr (mars), tandis que Joukov entre en Galicie polonaise, atteint Tchernovtsy et Kovel et menace Lvov.


    Le 15 avril, après la prise d'Odessa et de Ternopol, le front se stabilise : l'Ukraine est totalement libérée, les Soviétiques sont à la porte des Balkans ; Sébastopol tombe le 9 mai ; seuls les pays Baltes et la Russie blanche (actuelle Biélorussie) sont encore aux mains de la Wehrmacht.

     

    Pour en savoir plus, voir l'article guerre germano-soviétique.

     

    http://www.larousse.fr/encyclopedie/divers/Seconde_Guerre_mondiale/122570

     

    .

     

    Famille regardant sa maison détruite, 1er septembre 1943.

    Wikipedia

     

    WIKIPEDIA - Pertes militaires alliées sur le front de l'Est122
    Forces soviétiques
      Total morts Tués/disparus Faits prisonniers Prisonniers morts en captivité
    URSS 10 600 000 6 829 437123 5 200 000 3 300 000
    Pologne 24 000 24 000 Inconnu Inconnu
    Roumanie 17 000 17 000 80 000 Inconnu
    Bulgarie 10 000 10 000 Inconnu Inconnu
    Total 10 651 000 6 927 204 + partisans morts 5 280 000 3 300 000

     

     

     

    Soldats soviétiques tués dans la poche de Kholm, janvier 1942.

     

     

     

     

    WIKIPEDIA Pertes militaires de l'Axe sur le front de l'Est121

    Forces de l'Axe
      Total morts Tués/disparus Faits prisonniers Prisonniers morts en captivité
    Allemagne 4 300 000 4 000 000 3 300 000 374 000
    Citoyens soviétiques ayant rejoint l'Allemagne 215 000+ 215 000 1 000 000 Inconnu
    Roumanie 281 000 81 000 500 000 200 000
    Hongrie 300 000 100 000 500 000 200 000
    Italie 82 000 32 000 70 000 50 000
    Total 5 178 000+ 4 428 000 5 450 000 824 00

     

     

     

    Fosse commune de prisonniers de guerre soviétiques massacrés par les Allemands, camp de concentration de Dęblin, Pologne, date inconnue. Wikipedia
    Image.

    Image.
    Image

     




    Image


    La bataille de Stalingrad désigne les combats du 17 juillet 1942 au 2 février 1943, pour le contrôle de la ville éponyme, aujourd'hui Volgograd, entre les forces de l'Union des républiques socialistes soviétiques et celles du Troisième Reich et de ses alliés. Ils incluent l'approche de la ville par les armées de l’Axe, les combats urbains pour sa conquête à partir de septembre, puis la contre-offensive soviétique, jusqu'à l'encerclement et la reddition des troupes allemandes. L'ensemble de ces combats, dans et hors de la ville, se sont étendus sur un peu plus de six mois et ont coûté la vie à environ 750 000 combattants1 et à 250 000 civils parmi six nations, ce qui en fait une des batailles les plus meurtrières de l'histoire.

    Avec la bataille de Moscou, en décembre 1941, et la bataille de Koursk, en juillet 1943, elle constitue l'une des grandes défaites de l'armée allemande et est considérée comme un tournant stratégique majeur de la Seconde Guerre mondiale. Elle reste dans les mémoires pour l'âpreté des combats urbains, n'épargnant ni civils ni militaires, ainsi que pour son impact psychologique et symbolique.


    La capitulation de l’armée de von Paulus à Stalingrad, le 2 février 1943, marqua, pour l’opinion publique mondiale, un tournant militaire décisif,mais qui ne fut pas le premier.

    Cette victoire trouve son origine dans les préparatifs de l’URSS à la guerre allemande jugée inévitable : le dernier attaché militaire français en URSS, Palasse les estima à leur juste valeur.
    Contre son ministère (de la Guerre), acharné à faire barrage aux alliances franco-soviétique et tripartite (Moscou, Paris, Londres) qui eussent contraint le Reich à une guerre sur deux fronts, cet observateur de l’économie de guerre soviétique, de l’armée rouge et de l’état d’esprit de la population affirma dès 1938 que l’URSS, dotée d’« une confiance inébranlable dans sa force défensive », infligerait une sévère défaite à tout agresseur. Les revers japonais dans les affrontements à la frontière URSS-Chine-Corée en 1938-1939 (où Joukov se fit déjà remarquer) confirmèrent Palasse dans son avis : ils expliquent que Tokyo ait prudemment signé à Moscou le 13 avril 1941 le « pacte de neutralité » qui épargna à l’URSS la guerre sur deux fronts.


    Après l’attaque allemande du 22 juin 1941, le premier tournant militaire de la guerre fut la mort immédiate du Blitzkrieg.
    Le général Paul Doyen, délégué de Vichy à la commission d’armistice, l’annonça ainsi à Pétain le 16 juillet 1941 : « Si le IIIème Reich remporte en Russie des succès stratégiques certains, le tour pris par les opérations ne répond pas néanmoins à l’idée que s’étaient faite ses dirigeants.

    Ceux-ci n’avaient pas prévu une résistance aussi farouche du soldat russe, un fanatisme aussi passionné de la population, une guérilla aussi épuisante sur les arrières, des pertes aussi sérieuses, un vide aussi complet devant l’envahisseur, des difficultés aussi considérables de ravitaillement et de communications.

    Sans souci de sa nourriture de demain, le Russe incendie au lance-flamme ses récoltes, fait sauter ses villages, détruit son matériel roulant, sabote ses exploitations ».

    Ce général vichyste jugea la guerre allemande si gravement compromise qu’il prôna ce jour-là transition de la France du tuteur allemand (jugé encore nécessaire) au tuteur américain, puisque, écrivit-il, « quoi qu’il arrive, le monde devra, dans les prochaines décades, se soumettre à la volonté des États-Unis.

    » Le Vatican, meilleure agence de renseignement du monde, s’alarma début septembre 1941 des difficultés « des Allemands » et d’une issue « telle que Staline serait appelé à organiser la paix de concert avec Churchill et Roosevelt ».


    Le second tournant militaire de la guerre fut l’arrêt de la Wehrmacht devant Moscou, en novembre-décembre 1941, qui consacra la capacité politique et militaire de l’URSS, symbolisée par Staline et Joukov.

    Le Reich mena contre l’URSS une guerre d’extermination inexpiable jusqu’à sa retraite générale à l’Est, mais l’armée rouge se montra capable de faire échouer les offensives de la Wehrmacht,
    en particulier celle de l’été 1942 qui prétendait gagner le pétrole (caucasien).
    Les historiens militaires sérieux, anglo-américains notamment, jamais traduits et donc ignorés en France, travaillent plus que jamais aujourd’hui sur ce qui a conduit à la victoire soviétique, au terme de l’affrontement commencé en juillet 1942, entre « deux armées de plus d’un million d’hommes ». Contre la Wehrmacht, l’Armée rouge gagna cette « bataille acharnée », suivie au jour le jour par les peuples de l’Europe occupée et du monde, qui « dépassa en violence toutes celles de la Première Guerre mondiale, pour chaque maison, chaque château d’eau, chaque cave, chaque morceau de ruine ».

    Cette victoire qui, a écrit l’historien britannique John Erickson

    « mit l’URSS sur la voie de la puissance mondiale »,
    comme celle « de Poltava en 1709 [contre la Suède] avait transformé la Russie en puissance européenne ».


    La statistique générale des morts de la Deuxième Guerre mondiale donne de 26 à 28 millions de morts soviétiques (les chiffres ne cessent d’être réévalués) sur environ 50, dont plus de la moitié de civils

    Les plus vieux d’entre nous savent, même quand ils ne sont pas historiens, que Stalingrad a donné aux peuples l’espoir de sortir de la barbarie hitlérienne.

    À compter de cette victoire,

    « L’espoir changea de camp, le combat changea d’âme. »





    A voir absolument

    Réalisateur:
    Costelle, Daniel
    Producteur:
    Guillaud, Jean Louis ; Turenne, Henri de
    Participant:
    Simonov, Constantin Mikhailovitch ; Kielmansegg, Johan Adolf von ; Joukov, Gueorgui Konstantinovitch ; Ludnikov, Ivan ; Choumilov, Mikhaïl


    Le meilleur documentaire sur Stalingrad (et j’en ai lu et vu beaucoup)
    Avec les témoignages des russes et soldats allemands qui ont survécu a l’apocalypse

    1 million de mort 750 000 combattants1 et à 250 000 civils

    1 ….. https://www.youtube.com/watch?v=DSJWTvA7sxc
    2 ..…https://www.youtube.com/watch?v=DO7cx50fIng
    3….....https://www.youtube.com/watch?v=22dz8odZh5Y 9mm 45 la haine
    4…… https://www.youtube.com/watch?v=KFJgCz4W84c 8mm 10 ,(16 mm 50 )
    5….…https://www.youtube.com/watch?v=lQ9Mb6rL2Xs




    EXTRAORDINAIRE…..POIGNANT… TERRIBLE

    STALINGRAD MASSENGRAD, C’EST A DIRE FOSSE COMMUNE (16 mm 50)

    1 million de mort


    Image
    http://forum.spirit-modelcar.com/viewtopic.php?f=121&t=2737.

     

     

     

     

    Relations internationales : Poutine impose de nouvelles règles du jeu

    Sergueï Lavrov : « Toutes ces années, nos partenaires occidentaux nous ont menti »


    Echos de Russie pour compenser la désinfo - 7 mythes sur la Russie de Poutine

     


    Que reste-t-il des Droits de l’homme en Ukraine ?

    .

     

    On vous ment aussi sur l' Iran.

    Ce pays ne menace personne,

    mais les USA, l'Occident, oui :

     

     

     


    Iran_versus_USA_attaques_d_autres_pays-99b0d.jpg

     

     

    On tente de faire oublier aux Portugais

    leur glorieuse Révolution des Oeillets !

     

     

     

    portugal-pas-revol-oeillets.jpg

     

    .

    Alerte !

    Nos manuels scolaires

    vont être défigurés !

     

    DeGaulle-imperialisme-US.jpg

     

    L'Histoire revisitée par le Nouvel Ordre Mondial

    par eva R-sistons (Chantal Dupille)

       

        Le Nouvel Ordre Mondial americano-sioniste avance sans bruit, mais très vite. Dans tous les domaines. Et pour gagner du terrain, il doit convaincre dès le plus jeune âge. Ainsi, les enfants du futur devront apprendre à lire, à compter, à se demander s'ils sont nés garçon ou fille, et connaître du passé de la France ce qui ne les conduira surtout pas à réfléchir et à se révolter.


        On sait que le cinéma surtout hollywoodien modèle les esprits, mais on sait moins que les manuels scolaires doivent conditionner. Et comme le Nouvel Ordre Mondial n'aime pas les pages glorieuses de la France exaltant la grandeur du pays, ses traditions, ou ses révolutions, l'Histoire sera non plus chronologique, mais thématique. Adieu donc Jeanne d'Arc libérant la France des Anglais, ou De Gaulle prêchant pour une France souveraine, indépendante, pro Russe, pro Chinoise, pro Arabe, méfiante envers les Américains, les Anglais, les Juifs "dominateurs et fiers". Il ne faut surtout pas que nos chérubins soient subjugués par la Révolution Française, la Commune, Jaurès, De Gaulle, etc. A la place, on leur vantera les bienfaits de l'Europe de la paix, de l'union des peuples, de l'ouverture des frontières, des Marchés procurant emploi, croissance, prospérité et autres balivernes. Et bien sûr, on leur apprendra que le moment le plus important de l'histoire de l'humanité, est la Shoah. Bref, au lieu de découvrir l'Histoire de leur pays, les enfants auront une tête dûment conditionnée pour accepter la Pensée Unique relayée à la télévision, dans la Presse, au cinéma, ou via le futur Télé-Enseignement.


       Cette histoire-là, on va l'accepter ? Non, on fera des histoires, on réclamera le retour à un apprentissage sérieux, honnête, chronologique.


       Savoir ce qui se trame, c'est déjà dire non !


       Eva R-sistons (Chantal Dupille)

     

     

     


    votre commentaire
  •  

     

    http://fr.sott.net/article/13446-Le-prochain-traite-europeen-consacrerat-il-le-grand-marche-transatlantique

     

    GMT-consequences.jpg

     

     

     

    TAFTA, TTIP, PTCI… Ce qui se trame derrière ces sigles et dans les négociations secrètes entre l’Union européenne et les États-Unis, c’est la liquidation progressive du pouvoir des États et des citoyens face aux multinationales. Il est urgent de n’en rien ignorer.

     

    Comment ça s’appelle ?

    APT (Accord de partenariat transatlantique), TTIP (Transatlantic Trade and Investment Partnership), PTCI (Partenariat transatlantique sur le commerce et l’Investissement) TAFTA (Trans Atlantic Free Trade Agreement) tout à la fois. Le diable se loge dans les acronymes et la confusion sert les promoteurs de l’opération.

    Certains opposants réfutent la notion de partenariat et préconisent l’appellation Grand marché transatlantique (GMT), qui a le mérite d’être explicite.

    Qu’est-ce que c’est ?

    Un traité de libre-échange actuellement en négociation (depuis juillet 2013) entre l’Union européenne et les États-Unis, qui vise en principe à abaisser les droits douaniers, mais cherche surtout à unifier un grand marché transatlantique (voir ci-dessus). C’est le dernier épisode en date d’un processus d’intégration mis à l’agenda depuis l’éclatement du bloc de l’Est, ayant pour objectif l’harmonisation des législations, des réglementations et des normes – avec des arrière-pensées géopolitiques, comme le souci de contrecarrer l’expansion économique de la Chine.

    Est-ce qu’on nous cache tout ?

    Presque tout. C’est en secret qu’en juin 2013, Le Conseil de l’UE (chefs d’État et de gouvernement) a confié un mandat de négociation à la Commission européenne. Et c’est aussi sans aucun contrôle possible de la part des parlementaires européens, ni aucune consultation des citoyens. Sans grande mobilisation médiatique non plus, le débat est donc largement escamoté, ce qui arrange grandement les promoteurs du GMT.

     

    Reçu du M' PEP

    C’est grave ?

    Oui, très grave.

    D’accord, mais plus précisément ?

    En résumé, le GMT aboutirait à un dramatique abandon de souveraineté de la part des États, au profit d’un pouvoir accru des entreprises multinationales. Le gigantesque marché unique attendu d’un futur traité serait aussi défini comme une instance supranationale dont les règles auront vocation à s’aligner (par le bas) en faveur d’un maximum de libéralisation et de dérégulation, et à se substituer aux législations et aux instances nationales, privant celles-ci de leur pouvoir de décision et les populations de tout moyen de contrôle démocratique.

    L’abaissement des droits de douane est-il un prétexte ?

    Pour une large part, dans la mesure où ils sont d’ores et déjà très réduits entre les deux zones (2% en moyenne)… sauf pour certains secteurs comme l’agriculture, dans lesquels les États-Unis ont tout intérêt à voir s’effacer les absurdes réticences européennes à l’encontre de la viande aux hormones, des poulets désinfectés au chlore, des OGM ou des pesticides. Dans ce domaine, l’abandon des législations de l’UE, protectrices pour les consommateurs, conduirait à la généralisation du modèle intensif d’agriculture et d’élevage, avec des conséquences sanitaires et environnementale incalculables.

    D’ailleurs, s’agit-il seulement de droits de douane ?

    Non, bien sûr : les "obstacles" à la "liberté" du commerce désignent aussi les barrières réglementaires (ou "barrières non-tarifaires"). Justement, le mandat de la Commission se donne pour objectif « d’éliminer les obstacles inutiles au commerce et à l’investissement y compris les obstacles non tarifaires existants ». L’harmonisation attendue pourra ainsi affecter, au-delà des biens marchands, le secteur des services et par extension les législations du travail jugées trop protectrices, mais aussi s’étendre au champ de la propriété intellectuelle, de la protection des données personnelles et à des domaines comme l’éducation et les autres services publics. Seule la culture, après intervention du gouvernement français, est exclue du périmètre – et encore partiellement, puisque cette exclusion ne concerne que l’audiovisuel, et temporairement puisqu’il s’agit d’une simple suspension.

    L’objectif global est-il donc d’inféoder les États et les citoyens aux intérêts privés du commerce international ?

    Bingo. En plaçant les traités internationaux au-dessus des législations nationales, le commerce international se livre à une vaste opération de destruction de la souveraineté juridique des États, qui permet déjà aux grandes entreprises d’attaquer ces derniers. C’est ainsi que la société américaine Lone Pine Resources réclame 250 millions de dollars d’indemnité au gouvernement canadien, dont le moratoire sur la fracturation hydraulique pour l’exploitation des gaz de schiste contreviendrait à la liberté d’entreprendre garantie par l’ALENA (accord de libre-échange entre la Canada, les États-Unis et le Mexique). Les exemples de ce genre abondent, comme celui de cette société suédoise qui demande près de 4 milliards d’euros à l’Allemagne pour avoir décidé de sortir du nucléaire (voir aussi la vidéo ci-dessous). Les litiges de ce genre se règlent devant des tribunaux arbitraux indépendants des justices nationales, et le mandat de la Commission européenne vise à établir un mécanisme arbitral "investisseur-État" qui se substituerait aux juridictions démocratiques.

    Heureusement, le Parti socialiste au pouvoir ne peut cautionner un tel processus de dumping social, fiscal et environnemental, conduisant à aggraver les délocalisations, le démantèlement de la protection sociale et des services publics, l’abandon de la souveraineté démocratique des peuples au profit des intérêts privés, n’est-ce pas ?

    Ah ah ah. Au nom de la lutte contre le protectionnisme et des dogmes libéraux en vigueur, l’ancienne ministre du Commerce extérieur Nicole Bricq s’est faite l’ardente défenseure des négociations, et le PS ne craint pas de se ranger aux côtés de l’UMP dans ce combat. François Hollande a même déclaré à Barack Obama que rien ne s’opposait à « aller vite » dans ce dossier.

    Le combat est-il perdu d’avance ?

    Bien sûr que non. Le texte final devra être adopté, à l’horizon 2016, par le Parlement européen et le Conseil de l’UE, avant d’être ratifié dans chaque pays. Il faut se souvenir de la mise en échec de l’AMI (Accord multilatéral sur l’investissement) à la fin des années 90, et de l’Accord commercial anti-contrefaçon (ACTA) à la fin de la décennie suivante. Un vaste front d’organisations et de partis s’oppose au projet, notamment au travers du collectif Stop TAFTAplusieurs collectivités se sont déclarées "zones hors Partenariat transatlantique de commerce et d’investissement". La prise de conscience s’étend et laisse une chance de ne pas abandonner le dossier aux lobbies. Ah, et puis des élections européennes ont bientôt lieu, donnant une occasion de se mobiliser, aussi bien au cours de la campagne qu’au moment du vote.

    P.S.

    Vidéo de Corporate Europe Observatory (CEO).

    Cliquez sur l’icône en bas à droite pour afficher les sous-titres français.

    http://youtu.be/spBdTcaY3_Q

     

     

    (Reçu du M'PEP)

     

     

     

    Dracula contre les peuples Le titre de ce livre peut apparaître violent et exagéré. Il dit pourtant la nature exacte du projet de grand marché transatlantique pour lequel œuvrent, dans l’opacité la plus totale, dirigeants nord-américains et européens.

    Patrick Le Hyaric révèle ici l’historique et [...]

     

    Lire la suite

     

     

    .

    Tout ce qu'on ne vous a pas dit

    sur l'UE et l'euro :

     

    François ASSELINEAU - L'Ame de la France - Entretien ..

     

     

     



     

    pouvoir.jpg


    votre commentaire
  •  

     

    *

    100 sites pour consommer sans posséder

    100 sites pour consommer sans posséder

    Alimentation, autopartage, troc… voici une liste d’initiatives françaises de consommation collaborative.

     

    (Publiée une première fois en Juin 2011 et actualisée trente fois depuis)


    Voici une première tentative (à ma connaissance) de création d’une liste d’initiatives françaises (ou ayant des activités en France) pouvant se rapporter à la Consommation Collaborative. Même si cette liste vise une certaine exhaustivité, elle est évidemment incomplète et des précisions mériteraient d’être apportées pour mettre en lumière les différences entre les services. Le parti pris a été d’inclure des initiatives se situant aux limites de la consommation collaborative mais qui méritaient d’être mises en avant pour l’innovation sociale qu’elles représentent. N’hésitez pas à me dire ce que vous pensez de ce parti pris d’ailleurs.

    Cette liste a été établie de manière collaborative avec le collectif OuiShare

     

    Alimentation

    Achat groupé direct au producteur
    Don / Vente de produits issus de son jardin
    Colunching
    Cours de cuisine collaboratifs

    Votre propre menu à la carte d’un restaurant

    Recevez / Allez manger chez des locaux

    Petits plats fait maison
    Rencontres et partage culinaire
    Jardinage

    Location/Revente/Don/Echange/Troc/Envoi de biens matériels

    Location d’objets entre particuliers

    Location d’espace de stockage

    Location de machines à laver entre voisins

    Location d’outils

    Echange/Troc d’objets
    Echange définitif de maisons
    Troc dynamique
    Vide-Dressing
    Troc de fringues

    Recycler vos propres vêtements

    Prêt d’objets

    Livres
    Don d’objets
    Envoyer ses lettres et colis entre particuliers

    Transport

    Location de voitures entre particuliers
    Autopartage
    Covoiturage

    Location de Camping Car

    Location de bateaux
    Covoiturage de colis
    Transport adapté, partagé et insertion
    Parking chez l’habitant
    Partage d’informations sur le stationnement

    Communauté d’écomobilité

    Location de voitures et utilitaires à 1 euro

    Voyages

    Location de logement chez l’habitant
    Couchsurfing
    Vivre des expériences de tourisme avec des locaux
    Organisation de voyage collaboratif
    Partage d’expériences de voyage
    Echange de Maisons

     

    Echange d’appartements entre étudiants

    Accessoires et cadeaux

    Tous types d’artisanat
    Location de sacs à main et accessoires de mode
    Location de lunettes

    Location d’équipement pour enfants

    Location de jouets
    Location d’équipement

    Finance collaborative

    Financement collaboratif de projets (Crowdfunding)
    Prêt entre particuliers

    Echange / Troc de services

    Se rendre service à proximité

    Garde d’animaux entre particuliers

    Communautés

    Echange / Troc de Compétences
    Echange de biens et de services entre entreprises

    Education Collaborative

    Suivez les cours d’un expert : « l’université 2.0″

    Suivez les cours d’un mentor par vidéo-bulle

    Habitat

    Colocation

    Contruction d’habitat participatif
    Voisinage

    Achat de maison à plusieurs

    Coworking et Partage de Bureaux

    Partage de bureaux

    Espaces de coworking

    Recyclage

    Partage de gestes et idées écologiques

    Plateforme BtoB

    Réseau social

    http://www.wikibusterz.com/100-sites-pour-consommer-sans-posseder/


    votre commentaire
  •  

    israel-a-tous-les-droits.jpg

     

     

     


    votre commentaire
  •  

    http://fr.sott.net/article/13446-Le-prochain-traite-europeen-consacrerat-il-le-grand-marche-transatlantique

     

    GMT-consequences.jpg

     

     

     

    TAFTA, TTIP, PTCI… Ce qui se trame derrière ces sigles et dans les négociations secrètes entre l’Union européenne et les États-Unis, c’est la liquidation progressive du pouvoir des États et des citoyens face aux multinationales. Il est urgent de n’en rien ignorer.

     

    Comment ça s’appelle ?

    APT (Accord de partenariat transatlantique), TTIP (Transatlantic Trade and Investment Partnership), PTCI (Partenariat transatlantique sur le commerce et l’Investissement) TAFTA (Trans Atlantic Free Trade Agreement) tout à la fois. Le diable se loge dans les acronymes et la confusion sert les promoteurs de l’opération.

    Certains opposants réfutent la notion de partenariat et préconisent l’appellation Grand marché transatlantique (GMT), qui a le mérite d’être explicite.

    Qu’est-ce que c’est ?

    Un traité de libre-échange actuellement en négociation (depuis juillet 2013) entre l’Union européenne et les États-Unis, qui vise en principe à abaisser les droits douaniers, mais cherche surtout à unifier un grand marché transatlantique (voir ci-dessus). C’est le dernier épisode en date d’un processus d’intégration mis à l’agenda depuis l’éclatement du bloc de l’Est, ayant pour objectif l’harmonisation des législations, des réglementations et des normes – avec des arrière-pensées géopolitiques, comme le souci de contrecarrer l’expansion économique de la Chine.

    Est-ce qu’on nous cache tout ?

    Presque tout. C’est en secret qu’en juin 2013, Le Conseil de l’UE (chefs d’État et de gouvernement) a confié un mandat de négociation à la Commission européenne. Et c’est aussi sans aucun contrôle possible de la part des parlementaires européens, ni aucune consultation des citoyens. Sans grande mobilisation médiatique non plus, le débat est donc largement escamoté, ce qui arrange grandement les promoteurs du GMT.

     

    Reçu du M' PEP

    C’est grave ?

    Oui, très grave.

    D’accord, mais plus précisément ?

    En résumé, le GMT aboutirait à un dramatique abandon de souveraineté de la part des États, au profit d’un pouvoir accru des entreprises multinationales. Le gigantesque marché unique attendu d’un futur traité serait aussi défini comme une instance supranationale dont les règles auront vocation à s’aligner (par le bas) en faveur d’un maximum de libéralisation et de dérégulation, et à se substituer aux législations et aux instances nationales, privant celles-ci de leur pouvoir de décision et les populations de tout moyen de contrôle démocratique.

    L’abaissement des droits de douane est-il un prétexte ?

    Pour une large part, dans la mesure où ils sont d’ores et déjà très réduits entre les deux zones (2% en moyenne)… sauf pour certains secteurs comme l’agriculture, dans lesquels les États-Unis ont tout intérêt à voir s’effacer les absurdes réticences européennes à l’encontre de la viande aux hormones, des poulets désinfectés au chlore, des OGM ou des pesticides. Dans ce domaine, l’abandon des législations de l’UE, protectrices pour les consommateurs, conduirait à la généralisation du modèle intensif d’agriculture et d’élevage, avec des conséquences sanitaires et environnementale incalculables.

    D’ailleurs, s’agit-il seulement de droits de douane ?

    Non, bien sûr : les "obstacles" à la "liberté" du commerce désignent aussi les barrières réglementaires (ou "barrières non-tarifaires"). Justement, le mandat de la Commission se donne pour objectif « d’éliminer les obstacles inutiles au commerce et à l’investissement y compris les obstacles non tarifaires existants ». L’harmonisation attendue pourra ainsi affecter, au-delà des biens marchands, le secteur des services et par extension les législations du travail jugées trop protectrices, mais aussi s’étendre au champ de la propriété intellectuelle, de la protection des données personnelles et à des domaines comme l’éducation et les autres services publics. Seule la culture, après intervention du gouvernement français, est exclue du périmètre – et encore partiellement, puisque cette exclusion ne concerne que l’audiovisuel, et temporairement puisqu’il s’agit d’une simple suspension.

    L’objectif global est-il donc d’inféoder les États et les citoyens aux intérêts privés du commerce international ?

    Bingo. En plaçant les traités internationaux au-dessus des législations nationales, le commerce international se livre à une vaste opération de destruction de la souveraineté juridique des États, qui permet déjà aux grandes entreprises d’attaquer ces derniers. C’est ainsi que la société américaine Lone Pine Resources réclame 250 millions de dollars d’indemnité au gouvernement canadien, dont le moratoire sur la fracturation hydraulique pour l’exploitation des gaz de schiste contreviendrait à la liberté d’entreprendre garantie par l’ALENA (accord de libre-échange entre la Canada, les États-Unis et le Mexique). Les exemples de ce genre abondent, comme celui de cette société suédoise qui demande près de 4 milliards d’euros à l’Allemagne pour avoir décidé de sortir du nucléaire (voir aussi la vidéo ci-dessous). Les litiges de ce genre se règlent devant des tribunaux arbitraux indépendants des justices nationales, et le mandat de la Commission européenne vise à établir un mécanisme arbitral "investisseur-État" qui se substituerait aux juridictions démocratiques.

    Heureusement, le Parti socialiste au pouvoir ne peut cautionner un tel processus de dumping social, fiscal et environnemental, conduisant à aggraver les délocalisations, le démantèlement de la protection sociale et des services publics, l’abandon de la souveraineté démocratique des peuples au profit des intérêts privés, n’est-ce pas ?

    Ah ah ah. Au nom de la lutte contre le protectionnisme et des dogmes libéraux en vigueur, l’ancienne ministre du Commerce extérieur Nicole Bricq s’est faite l’ardente défenseure des négociations, et le PS ne craint pas de se ranger aux côtés de l’UMP dans ce combat. François Hollande a même déclaré à Barack Obama que rien ne s’opposait à « aller vite » dans ce dossier.

    Le combat est-il perdu d’avance ?

    Bien sûr que non. Le texte final devra être adopté, à l’horizon 2016, par le Parlement européen et le Conseil de l’UE, avant d’être ratifié dans chaque pays. Il faut se souvenir de la mise en échec de l’AMI (Accord multilatéral sur l’investissement) à la fin des années 90, et de l’Accord commercial anti-contrefaçon (ACTA) à la fin de la décennie suivante. Un vaste front d’organisations et de partis s’oppose au projet, notamment au travers du collectif Stop TAFTAplusieurs collectivités se sont déclarées "zones hors Partenariat transatlantique de commerce et d’investissement". La prise de conscience s’étend et laisse une chance de ne pas abandonner le dossier aux lobbies. Ah, et puis des élections européennes ont bientôt lieu, donnant une occasion de se mobiliser, aussi bien au cours de la campagne qu’au moment du vote.

    P.S.

    Vidéo de Corporate Europe Observatory (CEO).

    Cliquez sur l’icône en bas à droite pour afficher les sous-titres français.

    http://youtu.be/spBdTcaY3_Q

     

     

    (Reçu du M'PEP)

     

     

     

    Dracula contre les peuples Le titre de ce livre peut apparaître violent et exagéré. Il dit pourtant la nature exacte du projet de grand marché transatlantique pour lequel œuvrent, dans l’opacité la plus totale, dirigeants nord-américains et européens.

    Patrick Le Hyaric révèle ici l’historique et [...]

     

    Lire la suite


    votre commentaire
  •  

    La France modelée par le CRIF conduit à la France franquiste de Valls


    La dictature qui rôde

    Par Eva R-sistons


     

    .
    Sur le C dans l'Air du 3 avril 2014, une réplique m'a interpellée. Dans cette émission de faux débats (car les invités sont interchangeables, tous européistes, libéraux, atlantistes, etc), un intervenant évoque la réforme des territoires. Le 7 avril 2013, par référendum l'Alsace a dit non à la fusion des collectivités territoriales, elle a refusé que les conseils généraux et le conseil régional ne fassent qu'un : "Il faudra alors faire la réforme de façon institutionnelle... Manuel Valls sera tout indiqué pour cela".

    .

    Il faudra donc accepter, de gré ou de force, ce que le Nouvel Ordre Mondial exige. Nicolas Sarkozy le dit clairement: "Le NWO, on y viendra qu'on le veuille ou non". Et ce qu'il veut, c'est la réforme des territoires. Toujours dans le même sens, d'ailleurs, celui de la concentration, des mégapoles, de la rentabilité à tous prix, des économies, des collectivités "puissantes"... et tant pis pour nos villages, nos petits paysans, nos paysages, nos territoires, nos départements - et au risque du chômage et de la désertification. Concentration, gigantisme, puissance... encore et toujours !

    .

    Mais les Français sont réticents. L'Alsace a montré l'exemple : Elle n'a pas voulu de la réforme des territoires ! Une réforme, d'ailleurs, qui mènera directement non seulement à la mort de nos territoires, et plus largement de la Nation, mais à la mise en place d'une Europe des Régions, dans laquelle les plus nantis seront dorlotés, et eux seuls.

    .

    On se souvient que Nicolas Sarkozy, appuyé sur un Parlement de godillots, a imposé le Traité Européen dont les citoyens ne voulaient pas. Demain, la réforme des territoires qui bouleversera absolument tout, sera également imposée. De gré, ou de force. Comme le Grand Marché Transatlantique qui nous enchaînera. C'est ce qui s'appelle la dictature !

    .

    Un référendum est par excellence l'instrument de la démocratie. Il est donc craint par les Dirigeants, puisque la volonté populaire peut faire obstacle aux décisions choisies. Comment faire ? Ne plus jamais recourir aux référendums, d'abord. Ensuite, imposer les réformes. Et lorsque l'intervenant de C dans l'Air dit qu'il "faudra agir de façon institutionnelle", cela veut dire par décrets, tout simplement. Ou avec les godillots du Parlement. Ou encore subtilement, comme pour le Gender déjà à l'école, via par exemple circulaires ou amendements. Bref, le peuple, on s'en fout. D'ailleurs, les meRdias plaident pour le Parti Unique (dictatorial, donc), ou un pouvoir de technocrates aux ordres, comme en Italie, non élu. Le 4e Reich, nous y sommes déjà...

    .

    Et pour imposer ce dont nous ne voulons pas, comme par voie institutionnelle la réforme des territoires, il faudra quelqu'un de sans scrupules, n'ayant aucun souci des intérêts des Français de par ses origines étrangères et son appétit du pouvoir, et surtout autoritaire, si autoritaire qu'il s'apparente plus à un autocrate, à un despote, à un dictateur, à un Fuhrer... qu'à un démocrate. Suivez mon regard... Et les Bilderberg créèrent Manuel Valls, le futur Franco Français !

    .

    Les nazis n'ont pu réaliser leurs projets, mais en s'enfuyant Outre-Atlantique, en Argentine par exemple, ils ont essaimé... et poursuivi en Europe leur rêve totalitaire. Une Europe déjà si fasciste, qu'elle soutient naturellement les putschistes de Kiev, en partie nazis. La boucle est bouclée...

    .

    Non, pas tout à fait. Il manquait en France un personnage pour tout imposer de gré ou de force à un peuple rebelle, c'est Valls qui fut choisi. Le Nouvel Ordre Mondial terrifiant passera par lui...

    .

    Pour le malheur des Français, de la démocratie, et des générations futures.

    .

    La dictature se met en place...

    .

    Eva R-sistons

    .

     

    Valls-fuhrer-copie-1.jpg

     


    Les derniers articles sur un blog que j'aime relayer,

    car on fait tout pour l'occulter:

    Ce que les médias ne nous disent pas... tiens donc !

    .

    UE nazie fond bleu

     

    Nouveau gouvernement :

    Plus ça change et plus c’est la même chose

    http://www.upr.fr/actualite/france/nouveau-gouvernement-ca-change-cest-meme-chose

     

    marionettes-hollande

     

     

    .

     

    valls-bilan-negatif.jpg
    .

    CANTONA

    .


    votre commentaire
  •  

     

    Un sayan nommé Cohn-Bendit...

     

    cohn-bendit-copie-1.jpg

    Dany le faux Rouge

    et le vrai Sayan

    par eva R-sistons


     

    Il débarqua à Paris en mai 68. Et se fit connaître comme agitateur-meneur. J'ai écrit un post sur "Dany le Rouge", voici quelques années, pour indiquer qu'il avait été le fossoyeur de Charles de Gaulle. Envoyé par le pays de son coeur, Israël, qui détestait le Général souverainiste. .

     

    Chassé de France, il devint Green en Allemagne, et l'on découvrit aussi qu'il avait un faible pour les petites filles... Puis il revint dans notre pays, pour s'occuper cette fois des Verts qui sous son influence, devinrent verdâtres, rose pâle, sociaux-démocrates, ultra européistes et va-t-en guerres.

     

    Aujourd'hui, il annonce s'éloigner de la politique; Pour s'occuper de foot, et surtout des médias ! En France, ils chérissent les sayanim et les... pédophiles. Et comme l'Europe est discréditée, Cohn-Bendit sera chargé de la défendre surtout parmi les jeunes. En faux Rouge et vrai Européiste atlantiste ! L'affreux rouquin utilisera sa faconde pour ramener les jeunes brebis égarées (par le FN ou l'abstention) dans l'enclos de l'Europe des banksters.

    .

    Autre atout pour les Maîtres du monde, le faux anar et vrai sayan plaide pour le Nouvel Ordre Mondial dont personne ne veut. Mais avec un talent qui peut convaincre... alors, on le voit partout, Presse, TV, radio... il se démultiplie pour la bonne cause des Bilderberg !

    .

    Et ce grand ami de la France continue de faire entendre sa voix : Ici pour demander qu'elle renonce à Strasbourg pour le Parlement européen, là pour suggérer à notre pays de renoncer à sa voix à l'ONU. Au cas, sans doute, où un nouveau Général de Gaulle s'en serve ?

    .

    Ne cherchez pas: Il a tout pour plaire aux Maîtres du Monde, par son zèle, et au bon peuple, par son allure sympa et par sa grande gueule.

    .

    Qu'attend-on pour renvoyer le bonhomme en Allemagne ?

    .

    Si toutefois elle veut encore de lui...

    .

    Eva R-sistons

     

     

    08:09 Écrit par Eva R-sistons dans Politique française | Lien permanent | Commentaires

     

    Savez-vous qui est Daniel Cohn-Bendit ? Un grand libéral, aussi ! Voye cette vidéo avec des exemples concrets.

    Et c'est parce qu'il est champion de la mondialisation et de l'Europe libérale, champion des guerres néonconservatrices et du Nouvel Orde Mondial pervers (à l'instar du Nouvel Observateur, par ex), qu'il est exhibé dans les médias et encensé en haut lieu ! Quelle imposture ! eva R-sistons


     

    VIDEO A VOIR ABSOLUMENT, courte

     

    http://mai68.org/spip/spip.php?article364

    Savez-vous qui est Daniel Cohn-Bendit ?

     

     

    .

     


    votre commentaire
  •  

     

    collon-michel-israel-agresseur.jpg 

     

    Voir plus loin que le bout de notre nez ?

     

    Les médias n’y tiennent pas, on se poserait trop de questions, y compris sur les médiamensonges.
    Mais si on veut comprendre un conflit comme l’Ukraine, nous devons
    absolument le mettre en perspective, le voir sur la longue durée.

     

    Les médias nous disent que l’Europe et les Etats-Unis réagissent à des
    manifestations, mais en réalité,

    l’Ukraine est une cible depuis plus de vingt ans.

     

    Michel Collon nous éclaire sur les stratégies dont on ne parle pas :


     

     

    .
    .
    Sur ce site,

    .

    .

    Qui sont les nazis

    au sein du gouvernement ukrainien ?


     

    Le gouvernement ukrainien, issu du coup d'État, a été reconnu par les puissances occidentales. Il comprend plusieurs membres d'organisations explicitement nazies, dont trois leaders qui se sont illustrés en réalisant de fausses images d'agression et de torture pour convaincre l'opinion publique occidentale de la cruauté du président démocratiquement élu, Viktor Ianoukovytch. Le secrétaire adjoint du Conseil de sécurité nationale revendique ses relations avec Al-Qaïda.


    Le coup d'État, organisé par la CIA, à Kiev a porté au pouvoir un gouvernement représentant des oligarques et de groupes extrémistes. Parmi ses membres, on relève la présence de plusieurs leaders nazis. C'est la première fois depuis la Seconde Guerre mondiale que des politiciens se référant directement au IIIe Reich arrivent au pouvoir en Europe. 

    Deux de ses membres revendiquent des relations avec l'Émirat islamique du Caucase du Nord, une organisation liée à Al-Qaïda, selon les Nations Unies. Et l'un d'entre eux est parti combattre la Russie dans ce cadre. 

    Trois de ses membres ont participé à des opérations d'intoxication en jouant aux victimes du régime démocratique de Viktor Ianoukovytch. 

    1-4248-15c90.jpg

    Andriy Parubiy (Андрій Парубій) 

     Secrétaire du Conseil national de Sécurité et de Défense (organe qui chapeaute le ministère de la Défense et les Forces armées). 
    Co-fondateur du Parti national-socialiste d'Ukraine (avec Oleh Tyahnybok). 

    1_4249_50ff6.jpg

    Dmytro Yarosh (Дмитро Ярош) 

    Sécrétaire adjoint du Conseil national de Sécurité et de Défense (organe qui chapeaute le ministère de la Défense et lesForces armées). 
    Leader de Stepan Bandera Treezoob et du Secteur de Droite.

    1_4250_8035c.jpg

    Yarosh s'est battu en Tchétchénie aux côtés des islamistes. Le 1er mars 2014, il a appelé à l'aide l'émir du Caucase du Nord, Dokka Umarov (Доку Умаров) considéré par les Nations Unies comme un membre d'Al-Qaïda. 

    Dans la fausse vidéo, réalisée par Andriy Kozhemyakin avec Andrei Dubovik jouant le rôle du méchant policier, il jouait le pauvre militant que l'on humilie dans la neige [1]. 

    1_4251_0a5ab.jpg

    Oleksandr Sych (Александр Сыч) 

    Premier ministre adjoint. 
    Membre du Parti de la Liberté (Svoboda/Свобода). Militant anti-avortement (même en cas de viol). 

    1_4260_c9cb2.jpg

    Ihor Tenyukh (Игорь Тенюх) 

    Ministre de la Défense 
    Bien que son appartenance formelle au Parti de la Liberté (Svoboda/Свобода) ne soit pas certaine, il participe à leurs réunions. Formé aux États-Unis, il dirigea les manœuvres conjointes de l'Ukraine et de l'Otan. Durant la guerre de Géorgie (2008), il organisa le blocus de Sébastopol et fut nommé amiral en second de la flotte. Sa nomination comme ministre de la Défense a convaincu la Marine ukrainienne de ne pas reconnaître le nouveau gouvernement et de hisser le pavillon russe. 

    1_4252_2d8d3.jpg

    Serhiy Kvit (Сергей Квит) 
    Ministre de l'Éducation 
    Membre du Parti de la Liberté (Svoboda/Свобода). 

    1_4253_2b732.jpg

    Andriy Mokhnyk (Андрей Мохник) 
    Ministre de l'Écologie et des Ressources naturelles. 
    Membre du Parti de la Liberté (Svoboda/Свобода). 

    1_4254_acd75.jpg

    Ihor Shvaika (Игорь Швайка) 
    Ministre de la Politique agricole et de l'Alimentation 
    Membre du Parti de la Liberté (Svoboda/Свобода). 

    1_4255_3af84.jpg

    Dmytro Boulatov (Дмитрий Булатов) 
    Ministre de la Jeunesse et des Sports 
    Membre d'Autodéfense ukrainienne (UNA-UNSO). 
    Il a prétendu avoir été enlevé, avoir été séquestré et horriblement torturé du 22 au 31 janvier 2014. Il partit alors en Allemagne pour y être soigné, sans avoir rencontré de journalistes. Cependant, le ministre des Affaires étrangères Léonid Kojara déclara que l'homme se portait bien et qu'il s'agissait d'une mise en scène.

    1_4256_b8e8f.jpg

    En définitive, il revient un mois plus tard en excellente forme. 

    1_4257_3a0a8.jpg

    Oleh Makhnitsky (Олег Махницкий) 
    Procureur général d'Ukraine 
    Membre du Parti de la Liberté (Svoboda/Свобода). 

    1_4258_0bf25.jpg

    Tetiana Tchornovol (Татьяна Черновол) 
    Présidente de la Commission nationale anti-corruption 
    Membre d'Autodéfense ukrainienne (UNA-UNSO). 
    Elle a prétendu avoir été violemment agressée par des inconnus le 25 décembre 2013. Cependant, le ministre de l'Intérieur a dénoncé une mise en scène et accusé les cinq agresseurs arrêtés d'être des nervis de Vitali Klitschko. Cet événement relança le mouvement de protestation qui s'essoufflait.

    1_4259_2fed2.jpg

    Note 

    [1] « Fausses images en Ukraine », Réseau Voltaire, 6 février 2014.

     

     

    http://www.voltairenet.org/article182426.html

     

    http://www.wikistrike.com/article-qui-sont-les-nazis-au-sein-du-gouvernement-ukrainien-122810721.html..

     

    .

    Néo-nazis Ukraine.

    .

    L’Union Européenne et les USA

    complices du fascisme ukrainien

    http://www.mondialisation.ca/lunion-europeenne-et-les-usa-complices-du-fascisme-ukrainien/5371191

    .

     

    Ukraine : Le ton monte entre les Etats-Unis et la Russie !

    Mardi, 04 Mars 2014 [Section :  Communications du PAS]

    Le président russe Vladimir Poutine, et son homologue américain Barack Obama.Le président russe Vladimir Poutine, et son homologue américain Barack Obama.Ukraine : Le ton monte entre les Etats-Unis et la Russie !

     

     

    Les menaces proférées contre Moscou, par le secrétaire d'Etat américain John Kerry, en raison de sa position lors des derniers événements en Ukraine et en Russie, sont inacceptables, selon Sergueï Lavrov, ministre russe des Affaires étrangères. John Kerry a mis en garde le président russe Vladimir Poutine, affirmant qu'il « pourrait ne pas avoir de G8 à Sotchi » et que Moscou risquait l’« isolement économique et des sanctions » internationales.


    L'Ukraine connaît des troubles depuis novembre 2013, lorsque le président Viktor Ianoukovitch s'est abstenu de signer un accord d'association avec l'Union européenne en faveur de liens plus étroits avec la Russie.


    Le ministre russe des Affaires étrangères a fustigé les dirigeants politiques occidentaux qui ont encouragé les putschistes à renverser, par la force, le pouvoir légitime en Ukraine. Selon Sergueï Lavrov, « le Secrétaire d'Etat américain recourt à des clichés de la guerre froide et propose de punir la Russie au lieu de ceux qui ont fomenté le coup d'Etat », précisant que « ceux qui cherchent à présenter la situation comme une agression, en brandissant la menace de sanctions et de boycotts sont ceux qui ont encouragé avec constance et persévérance, les forces politiques qui leur sont proches à des ultimatums et à refuser tout dialogue ! »


    Le 1er mars, le Conseil de la Fédération russe (équivalent du Sénat) a approuvé à l'unanimité et dans le respect des accords russo-ukrainiens, la demande du président Vladimir Poutine de déployer des troupes dans la région autonome de Crimée du sud de l'Ukraine (péninsule russophone et pro-russe), dans le but de protéger les populations civiles d’Ukraine. Ce déploiement est autorisé en raison de la menace pesant sur les citoyens ukrainiens russophones et sur le contingent militaire russe présent dans la république autonome ukrainienne de Crimée. Il est une riposte aux actions de la « bande nazie » (radicaux ukrainiens), à laquelle les opposants ukrainiens ont eu recours et qui compte dans ses rangs, selon des médias sionistes, 5 soldats de réserve israéliens !


    S’adressant à la tribune du Conseil des droits de l'homme à Genève le 03 mars, le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov a appelé les partenaires occidentaux à renoncer à leurs calculs géopolitiques et à placer les intérêts de l'ensemble du peuple ukrainien au-dessus de tout.


    Selon Finian Cunningham, spécialiste américain des affaires internationales, « Obama accuse d’ingérence son homologue russe alors que c’est précisément l’ingérence illégale et secrète américaine, depuis quelques mois, qui a piétiné toute souveraineté ukrainienne ! », ajoutant que la crise actuelle en Ukraine a toutes les caractéristiques de l'ordre du jour secret de Washington pour un changement de régime, le même ordre du jour poursuivi contre la Syrie, allié arabe de la Russie… Il est question de déstabiliser la Russie.


    Les Etats-Unis reprochent à la Russie la situation actuelle de l'Ukraine, feignant d’ignorer leur complicité dans la déstabilisation de ce pays ! Il est facile de voir derrière la crise ukrainienne, la main de l’USraël et de ses alliés, qui cherchent à mettre à genou la Russie. Le mode opératoire est le même qu’en Syrie et au Venezuela, avec la volonté de détruire la Russie et tout pays qui résiste à l’hégémonie atlantiste. Le Parti Anti Sioniste appelle les internautes à ne pas tomber dans le piège des médias ayant pignon sur rue et qui, divulguent l’information comme le souhaitent ceux qui les financent…

     

    Parti Anti Sioniste

    © www.partiantisioniste.com/communications/1852
    http://www.partiantisioniste.com/communications/ukraine-le-ton-monte-entre-les-etats-unis-et-la-russie-1852.html
    .
    .

     

     
    Ukraine: Jusqu’où Poutine peut-il aller? | Armée et Défense | Scoop.it
    .
    .
    • La Crimée et le Droit

      7 mars 2014, par Comité Valmy
      La Crimée et le Droit
      Par Jacques Sapir
      7 mars 2014
      Les événements ont tendu à s’accélérer avec la décision prise par l’assemblée de la République autonome de Crimée de demander son rattachement à la Russie. Les autorités russes sont clairement embarrassées par cette proposition, qui pourrait les mettre en porte-à-faux vis-à-vis de la communauté internationale. D’un autre côté, il est clair que cette proposition joue sur la corde sensible de la solidarité avec les populations. Une manifestation de (...)

    • rubon29.jpg

      Déclaration du Comité Valmy

      L’agression de la Russie via l’Ukraine par le bloc occidentaliste euro-transatlantique menace la paix mondiale, dont le maintien dépend de la détermination de Vladimir Poutine.
      Comité Valmy

      7 mars 2014, par Comité Valmy
      Urmas Paet et Catherine Ashton ou la nécessité d’enquêter sur les snipers de Kiev
      L’agression de la Russie via l’Ukraine par le bloc occidentaliste euro-transatlantique menace la paix mondiale, dont le maintien dépend de la détermination de Vladimir Poutine. Le Comité Valmy a dénoncé les graves provocations du camp euro-transatlantique contre le gouvernement souverain et légitimement élu de l’Ukraine. Organisée par les dirigeants étatsuniens soutenus par leurs satellites européens, cette nouvelle (...)

     

     

    ZiFOLYv.jpg

    Provocation à Kiev?

    5 mars 2014
    Par Jacques Sapir

    Breaking News

    C’est ainsi que l’on appelle une information urgente, et celle-ci pourrait bien l’être. Le site ZeroHedge[1] a mis en ligne une conversation téléphonique entre Mme Catherine Ashton (représentant l’UE) et le Ministre des Affaires Étrangères de l’Estonie quant à l’origine des snipers qui ont fait une partie des morts lors des manifestations de la place Maidan à Kiev qui ont conduit à l’éviction du Président légal, M Ianoukovitch. On peut y entendre (la conversation est en anglais) :

    Paet: Toutes les évidences montrent que les personnes qui ont été tuées par des snipers des deux côtés, les policiers et les personnes dans les rues, que c’était les mêmes snipers tuant ces personnes des deux côtés…Des photos montrent que ce sont les mêmes pratiques, le même type de balles, et il est très troublant que maintenant la nouvelle coalition, ils ne veulent pas faire une enquête sur ce qui c’est exactement passé. Ainsi il y a maintenant une compréhension de plus en plus forte que derrière ces snipers il n’y avait pas Ianukovitch mais quelqu’un de la nouvelle coalition.

    Ashton: Je pense que nous voulons une enquête. Enfin, je n’avais pas saisi cela, c’est intéressant. Gosh.

    Paet: Cela discrédite déjà la nouvelle coalition.

    Ceci est extrêmement grave. Cette fuite, confirmée par ailleurs par le Ministère des Affaires Étrangères de l’Estonie[2], indique que ce sont bien des provocations organisées par des personnes dans le camps de manifestants, qui ont abouti à créer l’émotion nécessaire pour forcer le Président Ianoukovitch au départ. Ces provocations sont responsables de dizaines de morts. On discerne alors mieux la trajectoire de ce qui s’est déroulé. Après l’accord du 21 février 2014, certains dans le camp des anti-Ianoukovitch ont décidé de passer en force, et dans ce but ont organisé des provocations criminelles, qui ont été relayées par la presse dans les pays de l’UE et aux Etats-Unis. On comprend mieux, dans ce contexte, l’inquiétude qui s’est rapidement propagée dans l’Ukraine de l’Est et du Sud, conduisant aux manifestations pro-Russes de la fin de semaine dernière. Très clairement cela établit aussi que autant le début du mouvement avait bien était démocratique, autant ce qui s’est passé à Kiev relève d’un coup d’état et non d’une « révolution ». Les citoyens des pays de l’UE sont donc en droit d’exiger des comptes à Mme Ashton et à leur gouvernement et précisément :

    1. Est-il vrai que Mme Ashton a été informée de ces événements et qu’est devenue l’enquête ?
    2. Pourquoi l’UE ne veut elle pas faire de commentaire à ce sujet ou même de démenti ?
    3. Que savaient les responsables de la diplomatie française ? Il est urgent que la commission des affaires étrangères se réunisse dans les plus brefs délais et entende le Ministre à ce sujet.
    4. Une enquête doit donc être faite dans les plus brefs délais, par une commission indépendante. En attendant il faut suspendre tout contact entre les pays de l’UE et le nouveau pouvoir de fait en Ukraine.

    http://russeurope.hypotheses.org/2051

    crimee-ukraine.jpg

    Ukraine-gazoducs.jpg

    .

     

     

    .


    ..

    L’Ukraine et le Bloc atlantiste halluciné

    L’Ukraine et le Bloc atlantiste halluciné

     

    .

     

     

    .


    votre commentaire
  • Voir plus loin que le bout de notre nez ?

     

    Les médias n’y tiennent pas, on se poserait trop de questions, y compris sur les médiamensonges.
    Mais si on veut comprendre un conflit comme l’Ukraine, nous devons
    absolument le mettre en perspective, le voir sur la longue durée.

     

    Les médias nous disent que l’Europe et les Etats-Unis réagissent à des
    manifestations, mais en réalité, l’Ukraine est une cible depuis plus de vingt ans.


    Michel Collon nous éclaire sur les stratégies dont on ne parle pas :


    votre commentaire
  •  

    La Propagande de Guerre

    & Les Média Mensonges

     

    ..
    .

    Bienvenue pour cette nouvelle édition du journal télévisé de La Voix de la Russie. Ce rendez-vous hebdomadaire en français vous présente les actualités russes, françaises et internationales sous l’angle de la réinformation. Contrairement à une vision tronquée et manichéenne de l’information délivrée par le mainstream médiatique français, nous nous efforcerons de vous faire percevoir que la vérité n’est jamais toute entière du même côté…

    Au sommaire de cette édition du 24 février 2014 :

    Publié par : http://www.prorussia.tv/

     

    .

     

     

    2 passionants articles !


    Géopolitique du conflit ukrainien :

    Le dessous des cartes




    crimee-ukraine.jpg

    L’Ukraine, ou la révolution qui swingue

    Le nouveau plan américain de domination

    Venezuela : énième tentative de déstabilisation…

    Les ministres de la défense réunis à Bruxelles
    La nouvelle stratégie de guerre de l’OTAN

    L’Union Européenne et les USA complices du fascisme ukrainien

    Sotchi et Poutine à la noce, l’histoire secrète des Jeux Olympiques

    Comment l’OTAN a creusé sous l’Ukraine

     

    (crédit : ministère russe de la Défense)

    (crédit : ministère russe de la Défense)

     

    .

     

    Syrie : La guerre de trop pour l’Occident !!

     

     

     

     

    Le complexe militaro-industriel américain: 

    .

     

    etats-unis-compkexe-militaro-industriel.jpg

     

    001-1007135133-Pax-Americana


    14 févr.

    Le Venezuela de nouveau dans la mire des putschistes

     

    Venezuela: 3 morts et 66 blesses par la violence de la droite à Caracas

     

    24 février 2014 

    25 vérités sur les manifestations au Venezuela

    Salim LAMRANI

    Photo : en matière de propagande, la droite ne connaît pas de limites...

    Comme en 2002, l’opposition radicale, incapable de prendre le pouvoir par les urnes, multiplie les actions violentes dans le but de rompre l’ordre constitutionnel.

    1. Nicolas Maduro, Président légitime du Venezuela depuis avril 2013, fait face à une opposition puissante, soutenue par les Etats-Unis, qui aspire à reprendre enfin le pouvoir qu’elle a perdu en 1998.
    2. Ayant perdu les élections présidentielles d’avril 2013 par une différence de 1,59%, l’opposition a dans un premier rejeté les résultats électoraux pourtant avalisées par les plus importantes institutions internationales, de l’Union européenne à l’Organisation des Etats américains en passant par le Centre Carter, et a exprimé sa colère au cours de violences qui ont coûté la vie à onze militants chavistes.
    3. Néanmoins, la faible marge séparant le candidat de l’opposition Henrique Capriles du vainqueur Nicolás Maduro a galvanisé la droite, motivée par la perspective d’une reconquête du pouvoir. Elle a donc fait des élections municipales de décembre 2013 un enjeu stratégique.
    4. Contre toute attente, les élections municipales se transforment en plébiscite pour le pouvoir chaviste qui remporte 76% des mairies (256) contre 23% (76) pour la coalition MUD qui a regroupé toute l’opposition.
    5. Démoralisée par ce sérieux revers, voyant la perspective d’une reconquête du pouvoir par la voie démocratique une nouvelle fois s’éloigner – les prochaines élections étant les législatives de décembre 2015 –, l’opposition s’est décidée à reproduire le schéma d’avril 2002 qui avait débouché sur un coup d’Etat militaire et médiatique contre le président Hugo Chávez.
    6. Dès janvier 2014, le secteur radical de l’opposition est passé à l’action. Leopoldo López, leader du parti Voluntad Popular, qui avait déjà participé au coup d’Etat d’avril 2002, a lancé un appel au soulèvement à partir du 2 février 2014 : « Nous voulons aux Vénézuéliens lancer un appel au soulèvement […]. Nous appelons le peuple vénézuélien à dire ‘ça suffit’ […]. A partir de maintenant, nous discuterons d’un objectif : ‘La sortie ! Comment sortir de ce désastre’ ? ».
    7. Le 2 février 2014, lors d’une manifestation, Leopoldo López désigne le pouvoir comme le responsable de tous les maux : « Les pénuries dont nous souffrons aujourd’hui sont le fait d’un coupable. Ce coupable est le pouvoir national ».
    8. Le 2 février 2014, Antonio Ledezma, figure de l’opposition et maire de la capitale Caracas, a également lancé un appel au changement : « Cela fait 15 ans que ce régime promeut la confrontation. Aujourd’hui commence l’unité dans la rue de tout le Venezuela ».
    9. Maria Corina Machado, députée de l’opposition a lancé un appel à mettre fin à la « tyrannie » : « Le peuple du Venezuela a une réponse : ‘Rébellion ! Rébellion ! ». Elle a clairement lancé un appel à la rupture de l’ordre constitutionnel : « Certains disent que nous devons attendre les élections dans quelques années. Est-ce que ceux qui n’arrivent pas à alimenter leurs enfants peuvent attendre ? Est-ce que les fonctionnaires, les paysans, les commerçant, a qui on ôte leur droit au travail et à la propriété peuvent attendre ? Le Venezuela ne peut plus attendre ».
    10. Le 6 février, suite à une manifestation de l’opposition, un groupe d’une centaine d’étudiants masqués attaque la résidence du gouverneur de l’Etat de Táchira, blessant une dizaine de policiers.
    11. La même semaine, plusieurs manifestations de l’opposition se succèdent dans différents Etats et dégénèrent toutes en violences.
    12. Le 12 février 2014, une autre manifestation, orchestrée par l’opposition devant le Ministère Public, et composée d’étudiants des universités privées à Caracas organisés en troupes de choc, est d’une violence inouïe, causant trois morts, près d’une centaine de blessés et des destructions considérables.
    13. Comme lors du coup d’Etat d’avril 2002, les trois personnes décédées ont toutes été abattues d’une balle dans la tête.
    14. Parmi celles-ci, se trouvaient un militant chaviste Juan Montoya et un opposant nommé Basil Alejandro Da Acosta. Selon l’enquête balistique, tous deux ont été exécutés par la même arme.
    15. Les jours suivants, les protestataires, officiellement mobilisés « contre la vie chère et l’insécurité », se sont installés sur la Place Altamira, située dans un quartier huppé de Caracas.
    16. Depuis plusieurs mois, le Venezuela subit une guerre économique larvée orchestrée par l’opposition qui contrôle encore de larges secteurs, avec l’organisation artificielle de pénuries, d’accaparement de denrées et de produits de première nécessité, et de multiplication des actes spéculatifs.
    17. Ainsi, le 5 février 2014, les autorités ont saisi dans l’Etat de Táchira près de mille tonnes de produits alimentaires de première nécessité (riz, sucre, huile, café, etc…) cachés dans des entrepôts. Depuis janvier 2013, plus de 50 000 tonnes d’aliments ont été saisies par les autorités.
    18. Le gouvernement bolivarien a décidé d’agir et de punir les accapareurs et spéculateurs. En novembre 2013, la chaîne Daka de produits électroménagers a été saisie par les autorités qui ont décidé de réguler les prix. En effet, l’entreprise surfacturait ses produits avec plus de 1000% de bénéfice, les rendant inaccessibles pour la majorité des Vénézuéliens.
    19. Désormais, la marge maximum pour les entreprises ne pourra pas dépasser les 30%.
    20. Le Président Nicolás Maduro a dénoncé une tentative de coup d’Etat et a appelé les citoyens à faire front au « fascisme ». « Rien ne nous écartera du chemin de la patrie et de la voie de la démocratie », a-t-il affirmé.
    21. Le 17 février 2014, trois diplomates étasuniens en poste à Caracas ont été expulsés du pays en raison de leur implication dans les événements sanglants. Ils s’étaient réunis avec les étudiants des universités privées afin de coordonner les manifestations, selon les autorités vénézuéliennes.
    22. Le 18 février 2014, Leopoldo López a été arrêté pour sa responsabilité politique dans les manifestations violentes et présenté à la justice.
    23. L’administration Obama a condamné le gouvernement de Caracas pour les violences, sans jamais évoquer la responsabilité de l’opposition qui cherche à réaliser un putsch. Au contraire, le Département d’Etat a exigé la libération immédiate de Leopoldo López, principal instigateur des événements dramatiques qui ont coûté la vie à plusieurs Vénézuéliens.
    24. Les médias occidentaux ont occulté les actes de violence des groupuscules armés (métros et édifices publics saccagés, magasins Mercal – où le peuple se fournit en matières premières alimentaires ! – vandalisés, etc.), tout comme le fait que la télévision publique Venezolana de Televisión a été attaquée avec des armes à feu.
    25. Les médias occidentaux, loin de présenter les événements dramatiques survenus au Venezuela en toute impartialité, ont pris fait et cause pour l’opposition putschiste et contre le gouvernement démocratique et légitime de Nicolás Maduro. Ils n’hésitent pas à manipuler l’opinion en présentant la situation comme un soulèvement populaire massif contre le pouvoir en place, alors que ce dernier bénéficie du soutien de la grande majorité des Vénézuéliens, comme l’illustrent les rassemblements gigantesques en faveur de la Révolution bolivarienne.

    Salim Lamrani

    Opera Mundi

     

    Docteur ès Etudes Ibériques et Latino-américaines de l’Université Paris IV-Sorbonne, Salim Lamrani est Maître de conférences à l’Université de La Réunion, et journaliste, spécialiste des relations entre Cuba et les Etats-Unis.

    Son nouvel ouvrage s’intitule Cuba. Les médias face au défi de l’impartialité (Paris, Editions Estrella, 2013) et comporte une préface d’Eduardo Galeano.

    http://www.amazon.fr/Cuba-m%C3%A9dias-face-d%C3%A9fi-limpartialit%C3%A9/dp/2953128433/ref=sr_1_1?s=books&amp ;ie=UTF8&qid=1376731937&sr=1-1


    Contact : lamranisalim@yahoo.fr

    Page Facebook : https://www.facebook.com/SalimLamraniOfficiel


    http://www.mondialisation.ca/25-verites-sur-les-manifestations-au-venezuela/5370657
    .

    Venezuela : coup de projecteur sur les zones d’ombre médiatiques

    Que se passe-t-il au Venezuela ?

    Ukraine et Venezuela : même combat ?

    La solidarité avec le Venezuela n’est pas à la hauteur requise.

    Venezuela : c’est l’opposition qui est anti-démocratique (Roar Mag)

    Venezuela : Communiqué de la plateforme de solidarité avec les pays de l’ALBA

     


    votre commentaire
  • ,

    Constitution européenne :
    Des annexes inquiétantes...

     .

     


     

    La Constitution européenne offre des libertés en trompe-l'oeil et prépare le terrain à une dérive totalitaire et policière de l'Europe par le biais "d'annexes" ignorées du public et dont les médias ne parlent jamais. Ces annexes vident de son contenu la "Charte des droits fondamentaux" incluse dans la constitution et censée garantir les droits de l'homme en Europe. Le droit européen étant au-dessus des lois nationales, ces limitations s'appliqueront à tous les pays européens...

     

     

    La Constitution et sa version "simplifiée" (le traité de Lisbonne) contiennent de nombreuses annexes dont le rôle est d'indiquer de quelle façon les différents articles doivent être interprétés et appliqués.

     


    Ces annexes font juridiquement partie de la Constitution:

     

    article IV-442:
    "Les protocoles et annexes du présent traité en font partie intégrante."

     


    De plus, les annexes sont désignées comme référence pour l'interprétation devant éventuellement être faite par un tribunal:

     

    article II-112, 7:
    "Les explications élaborées en vue de guider l'interprétation de la Charte des droits fondamentaux sont dûment prises en considération par les juridictions de l'Union et des États membres."

     


    Or, dissimulées parmi ces annexes, on trouve des "explications" qui permettent tout simplement de ne pas appliquer la Charte des Droits fondamentaux (la partie II de la Constitution) dans des cas dont la définition est délibérément floue et extensible.

     

    Ces annexes à la Charte des Droits fondamentaux figurent à l'article 12 de la section A de "l'acte final" de la partie IV, à la fin du texte constitutionnel, à l'abri du regard des nombreux électeurs qui auront abandonné la lecture avant la fin.

     

     

    Peine de mort en cas d'émeute, d'insurrection, ou de "menace de guerre"

    En apparence, la Constitution reconnait le droit à la vie, et interdit la peine de mort:

     

    article II-61
    1. Toute personne a droit à la vie.
    2. Nul ne peut être condamné à la peine de mort, ni exécuté.

     

    Mais dans le paragraphe 3-a de l'article 2 de l'annexe 12 (intitulée "Déclaration concernant les explications relatives à la Charte des droits fondamentaux", section A de l'acte final de la partie IV), on peut lire une "explication" qui limite sérieusement la portée de l'article II-61:

     

    "Les définitions «négatives» qui figurent dans la CEDH doivent être considérées comme figurant également dans la Charte:
    a) l'article 2, paragraphe 2 de la CEDH:
    «La mort n'est pas considérée comme infligée en violation de cet article dans les cas où elle résulterait d'un recours à la force rendu absolument nécessaire:

    a) pour assurer la défense de toute personne contre la violence illégale;
    b) pour effectuer une arrestation régulière ou pour empêcher l'évasion d'une personne régulièrement détenue;
    c) pour réprimer, conformément à la loi, une émeute ou une insurrection
    b) l'article 2 du protocole n° 6 annexé à la CEDH:
    «Un État peut prévoir dans sa législation la peine de mort pour des actes commis en temps de guerre ou de danger imminent de guerre; une telle peine ne sera appliquée que dans les cas prévus par cette législation et conformément à ses dispositions»."

     

    Ces limitations contestables instaurées par la CEDH (Convention Européenne des Droits de l'Homme) se trouvent ainsi constitutionnalisées.

     

    En clair, les droits fondamentaux établis par la Charte ne s'appliquent pas en cas d'insurrection ou d'émeute. Mai 1968, une grève générale, une occupation d'usine ou une manifestation peuvent être assimilés à une insurrection ou une émeute, et peuvent donc servir de prétexte à l'annulation des droits civiques.

     

    La Charte ne s'applique pas non plus en temps de guerre ou en cas de "danger imminent de guerre", ce qui est une définition très subjective et qui ouvre la porte à tous les abus. Demain, un Bush européen (Sarkozy ?) pourrait utiliser comme prétexte une "guerre contre le terrorisme", ou un "danger de guerre" pour ne pas appliquer la Charte.

     

     


    Réquisition de citoyens pour des travaux forcés
     

    On ne peut qu'approuver la Constitution quand on lit:

     

    article II-65
    1. Nul ne peut être tenu en esclavage ni en servitude.
    2. Nul ne peut être astreint à accomplir un travail forcé ou obligatoire.

     

    Trop beau pour être vrai... Et effectivement, les "explications" en annexe précisent que le travail forcé n'est pas interdit si il s'applique à des prisonniers. Les travaux forcés, tels qu'ils se pratiquaient il y a un siècle et tels qu'ils se pratiquent à nouveau aux Etats-Unis, sont donc possibles en Europe avec cette Constitution. N'importe quel citoyen est concerné depuis que les récentes lois répressives permettent d'emprisonner une personne sans jugement et pour une durée indéterminée si elle est soupçonnée de "terrorisme". Il est donc devenu très facile de passer du statut de "citoyen libre" à celui de prisonnier.

     

    Les annexes de la Constitution vont même jusqu'à autoriser la réquisition de citoyens pour un travail forcé dans le cas "de crises ou de calamités qui menacent la vie ou le bien-être de la communauté". Encore une fois, ces conditions sont suffisamment vagues pour être interprétées de façon très extensives par des dirigeants du type Sarkozy ou Bush.

     

    article 5 de l'annexe 12
    "Au paragraphe 2, les notions de «travail forcé ou obligatoire» doivent être comprises en tenant compte des définitions «négatives» contenues à l'article 4, paragraphe 3, de la CEDH:
    N'est pas considéré comme "travail forcé ou obligatoire" au sens du présent article:
    a) tout travail requis normalement d'une personne soumise à la détention dans les conditions prévues par l'article 5 de la présente Convention, ou durant sa mise en liberté conditionnelle;
    b) tout service de caractère militaire ou, dans le cas d'objecteurs de conscience dans les pays où l'objection de conscience est reconnue comme légitime, à un autre service à la place du service militaire obligatoire
    c) tout service requis dans le cas de crises ou de calamités qui menacent la vie ou le bien-être de la communauté;
    d) tout travail ou service formant partie des obligations civiques normales"

     

     


    Emprisonnement arbitraire

    Les "explications" relatives à l'article II-66 (qui affirme que "toute personne a droit à la liberté et à la sûreté") justifient d'ailleurs implicitement la détention sur simple soupçon, ou encore pour des personnes "contagieuses", des "aliénés", des "toxicomanes" ou des "vagabonds":

     

    paragraphe 1 de l'article 6 de l'annexe 12
    "Toute personne a droit à la liberté et à la sûreté. Nul ne peut être privé de sa liberté, sauf dans les cas suivants et selon les voies légales:
    (...)
    c) s'il a été arrêté et détenu en vue d'être conduit devant l'autorité judiciaire compétente, lorsqu'il y a des raisons plausibles de soupçonner qu'il a commis une infraction ou qu'il y a des motifs raisonnables de croire à la nécessité de l'empêcher de commettre une infraction.
    (...)
    e) s'il s'agit de la détention régulière d'une personne susceptible de propager une maladie contagieuse, d'un aliéné, d'un alcoolique, d'un toxicomane ou d'un vagabond;"

     

    Le paragraphe 3 des mêmes "explications" semble néanmoins fixer des limites à la détention arbitraire, mais encore une fois, ces limites sont formulés dans des termes suffisamment imprécis pour laisser toute liberté d'interprétation à un futur régime autoritaire ou policier:

     

    paragraphe 3 de l'article 5 de l'annexe 12
    "Toute personne arrêtée ou détenue, dans les conditions prévues au paragraphe 1.c du présent article, doit être aussitôt traduite devant un juge ou un autre magistrat habilité par la loi à exercer des fonctions judiciaires [c'est à dire par un policier, ou un "juge de proximité" sans aucune formation judiciaire] et a le droit d'être jugée dans un délai raisonnable" [quel délai précisément?...]

     

    paragraphe 4 de l'article 5 de l'annexe 12
    "Toute personne privée de sa liberté par arrestation ou détention a le droit d'introduire un recours devant un tribunal, afin qu'il statue à bref délai [quel délai précisément?] sur la légalité de sa détention et ordonne sa libération si la détention est illégale." [mais compte-tenu des dispositions précédentes, peu de détentions pourront être déclarées illégales, puisque justifiées par la Constitution]

     

     


    Surveillance électronique de la vie privée

    On continue dans le même esprit avec la protection de la vie privée.
    Ainsi, la Constitution semble protéger les citoyens de l'espionnage de leur ligne téléphonique et de leurs courriers électroniques, ou la pose de micros et de caméras au domicile (comme le prévoit la loi Perben en France). Au passage, on s'en étonne un peu car depuis le 11 septembre 2001, la plupart des états européens ont adopté des lois qui officialisent la "big-brotherisation" générale. Si l'on en croit la Constitution, la surveillance électronique des citoyens est interdite, bien qu'il n'y ait aucun recours prévu pour des personnes qui seraient victimes de ces pratiques:

     

    article II-67, 1:
    "Toute personne a droit au respect de sa vie privée et familiale, de son domicile et de ses communications."

     

    Mais les explications en annexe annulent totalement ce droit dans la pratique. Il suffit pour cela que l'intrusion dans la vie privée soient encadrées par la loi, et qu'elles soit nécessaires "à la sécurité nationale" (Bush a montré que ce concept peut être utilisé pour justifier n'importe quoi), "à la sûreté publique", "à la défense de l'ordre" (deux notions très subjectives), "à la prévention des infractions pénales" (de mieux en mieux! cette disposition rend possible des arrestations préventives, comme dans "Minority Report", selon le même principe que les "guerres préventives" de Bush), ou tout simplement lorsque l'espionnage de la vie privée est nécessaire "au bien-être économique du pays" ou encore "à la protection de la morale":

     

    paragraphe 2 de l'article 7 de l'annexe 12
    "Il ne peut y avoir ingérence d'une autorité publique dans l'exercice de ce droit que pour autant que cette ingérence est prévue par la loi et qu'elle constitue une mesure qui, dans une société démocratique, est nécessaire à la sécurité nationale, à la sûreté publique, au bien être économique du pays, à la défense de l'ordre et à la prévention des infractions pénales, à la protection de la santé ou de la morale, ou à la protection des droits et libertés d'autrui."
     

     

    L'article suivant est assorti d'explications absolument incompréhensibles du fait de la multitude de renvois et références à d'autres documents ou traités.

     

    article II-68:
    1. Toute personne a droit à la protection des données à caractère personnel la concernant.
    2. Ces données doivent être traitées loyalement, à des fins déterminées et sur la base du consentement de la personne concernée ou en vertu d'un autre fondement légitime prévu par la loi.
    Toute personne a le droit d'accéder aux données collectées la concernant et d'en obtenir la rectification.

     

    explication à propos de l'article II-68, article 7 de l'annexe 12
    "Cet article a été fondé sur l'article 286 du traité instituant la Communauté européenne et sur la directive 95/46/CE du Parlement européen et du Conseil du 24 octobre 1995 relative à la protection des personnes physiques à l'égard du traitement des données à caractère personnel et à la libre circulation de ces données (JO L 281 du 23.11.1995), ainsi que sur l'article 8 de la CEDH et sur la Convention du Conseil de l'Europe pour la protection des personnes à l'égard du traitement automatisé des données à caractère personnel du 28 janvier 1981, ratifiée par tous les États membres. L'article 286 du traité CE est désormais remplacé par l'article I-51 de la Constitution. Il convient de noter également le règlement (CE) n° 45/2001 du Parlement européen et du Conseil du 18 décembre 2000 relatif à la protection des personnes physiques à l'égard du traitement des données à caractère personnel par les institutions et organes communautaires et à la libre circulation de ces données (JO L 8 du 12.1.2001). La directive et le règlement précités contiennent des conditions et limitations applicables à l'exercice du droit à la protection des données à caractère personnel." [comprenne qui pourra...!]

     

     

    Liberté d'expression et d'information
    L'article II-71 garantit la liberté d'expression et d'information, mais ce droit est limité de la même façon que les précédents articles par les "explications" en annexe. Les restrictions à la liberté d'expression sont autorisées lorsqu'elles sont "prévues par la loi" et qu'elles constituent des mesures nécessaires "à la sécurité nationale, la sûreté publique, la défense de l'ordre et la prévention du crime", à la "protection de la santé ou de la morale".

     

    article II-71:
    1. Toute personne a droit à la liberté d'expression. Ce droit comprend la liberté d'opinion et la liberté de recevoir ou de communiquer des informations ou des idées sans qu'il puisse y avoir ingérence d'autorités publiques et sans considération de frontières.

     

    explication à propos de l'article II-71, article 11 de l'annexe 12
    "L'exercice de ces libertés comportant des devoirs et des responsabilités peut être soumis à certaines formalités, conditions, restrictions ou sanctions prévues par la loi, qui constituent des mesures nécessaires, dans une société démocratique, à la sécurité nationale, à l'intégrité territoriale ou à la sûreté publique, à la défense de l'ordre et à la prévention du crime, à la protection de la santé ou de la morale, à la protection de la réputation ou des droits d'autrui, pour empêcher la divulgation d'informations confidentielles ou pour garantir l'autorité et l'impartialité du pouvoir judiciaire."

     
     


    Clonage humain

    On retrouve le même procédé avec le clônage humain qui semble être interdit par l'article II-63:

     


    article II-3
    1. Toute personne a droit à son intégrité physique et mentale.
    2. Dans le cadre de la médecine et de la biologie, doivent notamment être respectés (...) l'interdiction du clonage reproductif des êtres humains.

     

     

     

    paragraphe 2 de l'article 3 de l'annexe 12
    "Les principes contenus dans l'article 3 de la Charte figurent déjà dans la convention sur les droits de l'homme et la biomédecine, adoptée dans le cadre du Conseil de l'Europe (STE 164 et protocole additionnel STE 168) [encore des renvois à des documents extérieurs pour brouiller les pistes!] . La présente Charte ne vise pas à déroger à ces dispositions et ne prohibe en conséquence que le seul clonage reproductif. Elle n'autorise ni ne prohibe les autres formes de clonage [toutes les autres utilisations possibles du clonage humain sont donc possibles]. Elle n'empêche donc aucunement le législateur d'interdire les autres formes de clonage." [elle n'empêche donc pas non plus le législateur de les autoriser ! ].


    http://www.syti.net/ConstitutionAnnexes.html

     


    Lire aussi :

    http://www.syti.net/Europe.html


    http://www.syti.net/ConstitutionTexte.html

     


    LIENS :

     

    Le texte intégral de la Constitution européenne (format PDF, 2 Mo)

     


    Témoignage d'un revenu du "Oui", et pas n'importe lequel: un membre des cellules de réflexion du premier ministre Jean-Pierre Raffarin. Il raconte aussi "de l'intérieur" comment certaines tactiques ont été élaborées pour décrédibiliser le "Non" en le "ringardisant"

     


    L'évidence du Non Une analyse très complète du projet de Constitution, par Sylvain Petitjean, chargé de recherche au CNRS. Sur le même site, un argumentaire condensé pour les lecteurs pressés.

     


    12 économistes contre le projet de Constitution - à lire absolument !

     


    L'
    appel des résistants et déportés à voter NON à la constitution

     


    Un autre appel à voter Non par les
    plus grands Résistants français, dont Lucie et Raymond Aubrac (format PDF, 200 Ko)

     


    Le
    contre-projet de Constitution proposé par Robert Badinter (l'ancien ministre de la justice de François Mitterrand), avec un texte clair et concis - comme doit l'être une constitution.

     


    Menaces sur le droit du travail par Gérard Filoche, inspecteur du travail et membre du PS

     


    Les liens entre la Constitution et les "
    directives Dracula", appelées ainsi parce qu'elles craignent la lumière...

     


    La propagande massive pour le "oui" et le parti-pris des médias, par l'
    Observatoire français des médias, et sur le site Acrimed

     


    Médias et référendum: la rengaine des béni-oui-oui sur le site du magazine Politis

     


    Le totalitarisme de la pensée unique
    de Maastricht à la Constitution, avec les meilleures citations de l'élite politique et médiatique, à l'unisson pour le oui, car réunis par les mêmes intérêts...

     


    Paroles, paroles Un autre festival de citations des tenants de la pensée unique (politiciens et médias) avec une incroyable arrogance un mépris du peuple qui apparait au grand jour...

     


    "
    Contre la servitude volontaire" Une analyse politique globale, par Michel Onfray. (format PDF)

     


    L'analyse de la constitution européenne par un juriste

    sur le site d'Etienne Chouard, professeur de droit

     


    Pour moi c'est non une série de documents percutants en PDF

     


    L'inventaire complet des
    mensonges des partisans du "oui"

     

    Un résumé cynique et plein d'humour du projet de Constitution

     


    L'
    analyse sémantique de la Constitution européenne (format PDF)

     


    La
    Constitution française, et son préambule, la Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen de 1789

     


    La
    Constitution américaine

     


    La
    Déclaration Universelle des Droits de l'Homme adoptée par l'ONU en 1948

     

    Rappel des mensonges de Maastricht

     



    A l'occasion du référendum français sur le traité de Maastricht qui instituait l'abandon du franc pour l'euro, voici ce que promettaient ceux qui nous demandent aujourd'hui de voter "oui" à la constitution...

     


    Edouard Balladur
    , UMP (droite libérale), dans "Le Monde" (29 avril 1992)
    "Chaque Etat conservera la maîtrise de sa politique budgétaire et fiscale, dans des limites qui ne seront pas plus étroites que celles d'aujourd'hui."

     


    Michel Sapin
    , PS (gauche libérale), dans "Le Figaro" (20 août 1992)
    "J'aimerai convaincre chaque français, chaque lecteur, que le traité d'union européenne se traduira en France par plus de croissance, plus d'emploi, plus de solidarité."

     


    Martine Aubry
    , PS (gauche libérale), discours à Béthune (12 septembre 1992)
    "C'est peut-être sur l'Europe sociale qu'on entend un certain nombre de contre-vérités. Et ceux qui ont le plus à gagner de l'Europe sociale, notamment les ouvriers et les employés, sont peut-être les inquiets sur ces contre-vérités. (...) Comment peut-on dire que l'Europe sera moins sociale demain qu'aujourd'hui? Alors que ce sera plus d'emplois, plus de protection sociale et moins d'exclusion...

     

     

    avis_a_la_population

     

     

    Nous le peuple, servons le pouvoir d’une bourgeoisie, qui au cours des deux derniers siècles a acquis les outils nécessaires à notre soumission : les appareils politiques et le pouvoir militaire, les réseaux médiatiques et leur culture de masse, alimentés par leur exponentiel pouvoir économique. 

     

     

    Non seulement ils contrôlent et organisent nos quotidiens, mais en plus ils nous rançonnent suffisamment pour bâillonner toute velléité d’émancipation, le tout en annihilant notre liberté d’expression. Autrement dit : plus besoin de contrainte par la force aujourd’hui. En effet, affaiblis et divisés, nous consentons de nous-mêmes à ce qui va contre nos intérêts… Nous consentons à notre servitude.

     

    Tous les vecteurs de contestation réels et effectifs nous ont été retirés, banalisant et glorifiant notre impuissance. Il s’agit bien là de méthodes d’un genre nouveau, celle d’une dictature soft, insidieuse et évoluée.

     

     

     

    VOTRE OPINION NE COMPTE PLUS

     


     

    Conformément au caractère diktacratique des élections présidentielles et législatives de 2012, le gouvernement et sa majorité parlementaire ont acquis le droit absolu de régenter vos vies. Ils se sont donc accordés, selon les volontés et diktats de l’Union Européenne, le droit d’augmenter vos impôts et de baisser vos salaires, de privatiser vos services publics et délocaliser vos entreprises, de casser le code du travail et multiplier les emplois précaires, de surcharger les classes de vos enfants et réécrire les manuels scolaires, de s’ingérer militairement dans des pays souverains pour voler leurs ressources… Bref, ils vous gouvernent contre vos intérêts et dépensent votre argent à leur guise, pour le plus grand bonheur des banques !

     

    Désormais, tout français consciencieux et insoumis à la propagande médiatico-politique sera considéré comme un potentiel ennemi public.

     

     

     

    Ne vous posez pas de question : travaillez !

    Ne chercher pas à savoir : divertissez vous !

    Pariez sur l’avenir : endettez-vous !

     

     

     

     

    Telle est notre Diktacratie : un monde généreux et un empire cupide, fait de consommateurs passifs, lobotomisés par un confort précaire qui n’a de valeur que périssable, laissant ainsi le pouvoir à d’autres : Rothschild, Blythe Masters ou Goldman Sachs, qui ont déjà trop et qui veulent encore plus…

     

    Nos salaires sont nos chaînes, la rançon de notre servitude : trop petits pour entreprendre, trop gros pour se rendre compte qu’ils nous asservissent…mais juste assez pour qu’on s’endette. Soit la complémentarité parfaite pour ériger une dictature de l’argent.

      

     

    L’alternative est donc simple : 

      

     

    Soit vous continuez de fermer les yeux, tout en feignant l’indignation pour soulager votre conscience trop sevrée. Soit vous regardez la réalité du monde, en face, avec nous, pour amorcer une véritable révolution.

     

    « À une époque de supercherie universelle, dire la vérité devient un acte révolutionnaire. »  George Orwell.

      

     

    Source : fr.sott.net

     

    http://www.wikibusterz.com/votre-opinion-ne-compte-plus/


    Samedi 12 décembre 2009

     

     

     

    Etats-Unis-nazis.jpg

     

    Pour en finir avec les mythes de transparence

    autour des négociations commerciales UE-US

    http://reseauinternational.net/2014/01/24/pour-en-finir-a...

     

    Presidentielles 2012 Union populaire republicaine.


    votre commentaire
  • quenelle-guide-pour-nuls.jpg
    Propos recueillis par Silvia Cattori en mai 2005 
    Qui veut la peau de Dieudonné ?

    Quand en mai 2005 nous avions rencontré Dieudonné, au plus fort de la tempête qui s’abattait sur lui, il avait, depuis décembre 2003, subi 18 procès … et avait été relaxé 17 fois. Ce qui montrait au minimum que les procès qu’on lui intentait relevaient alors du harcèlement. Nous avions eu en face de nous un homme sensible, heurté par les accusations portées contre lui - suite à un simple sketch - très affecté par la haine de ceux qui appelaient à boycotter ses spectacles, mais qui restait néanmoins tel que lui même très cohérent et pondéré, comme le montre l’entretien reproduit ici. Depuis lors huit années se sont écoulées au cours desquelles les attaques contre lui n’ont jamais cessé et nous posons la question : Dieudonné, n’a-t-il pas été la victime d’un système cruel et sans pitié ? Un homme, qui atteint dans sa dignité, humilié et poussé à bout par ceux qui ont juré sa perte, s’est nourri de ce qu’il a enduré jusqu’à l’excès ? [S.C]

     




    Dieudonné


    Dieudonne_Qui_veut_la_peau_texte.jpg

    Alors que la défense des citoyens devrait être au cœur de la politique, il n’en est rien ; l’État, les élus, participent de la campagne d’intolérance qui frappe actuellement Dieudonné (*). Or, quand tous les pouvoirs se transforment en procureurs en cédant aux pressions d’organisations tribales, ce sont les fondements d’une société démocratique qui sont ébranlés.

    Les affirmations de Proche-Orient Info - un site spécialisé dans la défense des intérêts israéliens - attribuant à Dieudonné des propos qu’il n’a pas tenus, auraient dû être considérées avec précaution par la classe politique. Or celle-ci a cédé aux pressions d’officines qui font constamment peser sur les journalistes, les politiques, les intellectuels, l’accusation du prétendu « antisémitisme ». Dire d’une personne qu’elle est « antisémite », « néo-nazie », « fasciste », « négationniste » - accusations sans fondement dans la grande majorité des cas - est un procédé totalitaire. Ainsi estampillés, lésés financièrement et moralement, même innocentés par les tribunaux, les accusés n’en demeureront pas moins salis, marginalisés, exclus pour le restant de leurs jours.4

     



     

    Silvia Cattori : Dieudonné, depuis notre première rencontre, en novembre 2004 [1], vous êtes l’objet d’attaques. Déjà dix sept procès...


    Dieudonné : Dix huit.

     

    Silvia Cattori : Dix huit tribunaux en une année c’est beaucoup !?


    Dieudonné : Bien sûr, c’est énorme ! On préférerait passer son temps à autre chose. Mais il suffit de penser à Mandela, à Martin Luther King, à Tjibaou, pour se dire, voilà, il y a des causes difficiles. Je ne pense pas que je verrai de mon vivant le résultat de tous les efforts consentis pour parvenir à l’égalité des droits. J’y participe à mon humble niveau. Il n’y a rien de désespérant si on projette son action sur plusieurs générations. On se dit, bon, ça avance un petit peu. Quant aux faits que l’on me reproche, j’ai été relaxé dix sept fois.


    Silvia Cattori : Sur quelle base vous accuse-t-on ?


    Dieudonné : On m’accuse d’avoir offensé la religion juive. Or ce n’est pas du tout un fait religieux que j’ai caricaturé lors de mon sketch en décembre 2003. J’ai caricaturé un fait politique.

    Il y a une telle violence en face, une telle haine ! Une telle férocité ! On m’a harcelé, frappé physiquement. À un moment donné on s’habitue à tout. Puis cela vous donne de l’énergie. On arrive à transformer cette énergie négative en positif, à se servir de toute cette folie, pour rentrer en soi et créer. Si j’ai écrit autant de spectacles en si peu de temps c’est sans doute en partie à cause de toute cette pression qui a pesé sur mes épaules. A un moment donné je dois passer à la phase de l’expression.


    Silvia Cattori : Qui vous accuse plus précisément ?


    Dieudonné : Des représentants du CRIF (Conseil représentatif des institutions juives de France), de l’UEJF (Union des étudiants juifs de France), ... et les journalistes qui travaillent dans la même optique qu’eux. Tout ce que vous dites est passé au crible, pour vérifier s’il y a un mot qui permettrait de porter plainte contre vous.


    Silvia Cattori : Une plainte a été déposée également en Suisse suite aux propos que vous aviez tenus, en février 2004, sur le plateau de la Télévision Suisse Romande…


    Dieudonné : C’est un certain Isaac Cohen qui allègue, entre autre, que j’aurais « accusé l’État juif d’avoir collaboré à un programme d’extermination raciale en Afrique du Sud ». Mais le tribunal de Genève, en Suisse, a rejeté cette plainte.


    Silvia Cattori : Quand, à Alger, vous avez parlé de « pornographie mémorielle » n’avez-vous pas dérapé ?


    Dieudonné : Je crois qu’il n’y a rien d’extravaguant à dire que l’instrumentalisation politique de la souffrance est obscène. Sur le fond je trouve que c’est une bonne formulation. On doit pouvoir parler de pornographie mémorielle quand il y a des abus. Ces termes ne sont pas de moi. S’ils provoquent des réactions contrastées, ouvrons le débat. Parlons de ce qui pose problème. Ne détournons pas les faits.


    Silvia Cattori : Vous sentez-vous l’objet d’une cabale ?


    Dieudonné : Complètement. On m’a prêté des propos que je n’ai pas tenus. On a dit « Dieudonné a dit que la Shoah est une pornographie mémorielle ». Je n’ai jamais dit cela. Je n’ai jamais associé la Shoah à cette phrase. Ce à quoi je me référerais, n’avait évidemment rien à voir avec le passé nazi. C’est insensé de vouloir me prêter des idées qui sont si éloignées de moi.


    Silvia Cattori : Quel intérêt avait le site Proche-Orient info à diffuser une information falsifiée ? Miser sur son effet médiatique tapageur pour transformer l’humoriste en scandale de la République et vous faire taire ?


    Dieudonné : Je crois que c’était un projet de solution finale en ce qui concerne mon existence médiatique. Ils ne peuvent pas me faire taire. Je ne crains rien. Je subis ce chantage pour m’être opposé au lobby sioniste. Ils ont voulu me frapper professionnellement et financièrement. Nous avons porté plainte contre le site Proche Orient info. Je n’ai rien à me reprocher. Quand je regarde mes enfants je me sens bien avec moi. Vous me direz que c’est facile à dire puisque je peux les nourrir.


    Silvia Cattori : Pensez-vous pouvoir sortir gagnant ?


    Dieudonné : J’irai jusqu’au bout de mon parcours d’humoriste. Si je dois m’arrêter à 40 ou 41 ans, ça aura déjà été un temps de pur plaisir. J’ai toujours fais mon métier sincèrement. Si je devais me plier ce ne serait plus le même travail. Faire rire de manière bêtement mécanique, non. J’aime qu’il y ait une réflexion dans l’humour. Sinon je ne m’y retrouve pas. Je crois que je continuerai tant que cela sera possible. J’adore la scène. Mais, s’il le faut, je suis capable de faire autre chose. Si je dois m’autocensurer, renoncer à ma liberté de pensée pour continuer d’exister comme humoriste, cela ne m’intéresse pas.


    Silvia Cattori : Vous paraissez serein, malgré tout. Mais êtes-vous conscient du danger. Que vous êtes pris dans une guerre ?


    Dieudonné : Oui c’est une guerre.


    Silvia Cattori : Ceux qui la mènent, veulent la gagner. Et ils y mettront les moyens.


    Dieudonné : Oui, je sais.


    Silvia Cattori : Comment supportez-vous le fait de savoir que ce sont principalement des journalistes appartenant au lobby pro-israélien, comme Elisabeth Schemla (elle a créé Proche Orient info) et des intellectuels comme BHL, qui sont le plus engagés contre vous ?


    Dieudonné : Je suis vraiment pour eux le diable. Ils ont déclenché une guerre nucléaire contre un moucheron. Un moustique qui peut piquer, mais bon, qui ne tue pas. Ils me font des procès, ils peuvent aller jusqu’à me frapper, ils peuvent me tuer financièrement. Là, ils sont au maximum de ce qu’ils peuvent faire. Pour faire plus, ils doivent passer à quelque chose qui n’est plus légal. Par chance je n’ai quasiment pas de besoins. J’ai un théâtre. Il tourne. Ce qui me donne cette légèreté artisanale qui fait qu’on peut rebondir.


    Silvia Cattori : Dans votre spectacle « 1905 » vous dites « tôt ou tard ils vont me dégommer ». Vous le pensez sérieusement ?


    Dieudonné : Je me dis qu’effectivement, face à toute cette haine, il peut y avoir un ou deux déséquilibrés qui...


    Silvia Cattori : N’avez-vous pas peur de ce qui peut arriver si vous continuez de leur tenir tête ?


    Dieudonné : Non, je n’ai pas peur ; je ne vis pas dans la peur. On m’a déjà frappé, je sais ce que cela signifie. S’ils m’attaquent avec un couteau, cela peut être dangereux. Je m’attends au pire en toute sérénité. La peur est un sentiment qui est en chacun de nous. Il faut lui laisser une petite place. Mais pas la première place. Ce qu’il y a de plus difficile à assumer dans cette guerre, c’est que face à la haine on se trouve constamment pris dans le tourbillon de la défense. Je n’ai jamais répondu aux attaques. Sauf devant les tribunaux ; et sur scène où je puis faire rire de ce vécu.


    Silvia Cattori : Vous avez de l’audace. Car vous parlez de vicissitudes qui ne sont pas visibles aux yeux de tous et font partie du non dit, mais qui deviennent immédiatement palpables dans vos spectacles. Et déclenchent le rire...


    Dieudonné : Je crois que c’est le rôle de l’humoriste. Je n’ai pas de regret par rapport à mon travail. Je l’ai fait honnêtement et sincèrement. Yo soy un hombre sincero. (rire)


    Silvia Cattori : Au travers de cette mise au pilori vous avez enfreint un tabou, ouvert un champ qui dépasse le cadre de la France ; vous avez réussi à rassemblez ceux que des association prétendues « antiracistes », instrumentalisées par le PS, ont elles paradoxalement divisé : beur, black, blanc...la couleur disparaît ; et le sentiment que dans la lutte contre l’injustice, « on est tous des nègres » a fini par prévaloir ? Aussi, le débat autour du film sur l’esclavage et la colonisation, sur lequel vous travaillez, n’a-t-il pas voulu éveiller les consciences de ceux et celles qui sont sensibles à une mémoire coloniale mal assumée ? Autrement dit, n’est-ce pas la voix de l’universalisme laïc que l’on étouffe et que votre dernier spectacle met en débat ?


    Dieudonné : Oui. Cette description me ressemble bien. Ma mère est blanche, mon père est noir. Je n’ai pas de religion. Je suis prédisposé peut être à l’universel de manière naturelle. Cela n’a pas été un problème pour moi d’envisager la fusion avec le reste de l’univers. Je conçois que, pour certains, c’est difficile de quitter le nid douillet du communautarisme. Ca fait peur. Mais c’est la préhistoire de l’humanité, le communautarisme. C’est Néandertal et Cromagnon. Mais voilà, on a peut être une autre destinée que l’affrontement communautariste cyclique.


    Silvia Cattori : A côté des aspects pénibles, n’y a-t-il pas eu des bonnes et belles surprises ?


    Dieudonné : Ah ! Oui, il y a eu des choses formidables. Une chaîne de solidarité, d’amour même, que je ne pouvais même pas imaginer. C’est un bonheur de voir des familles entières qui disent vouloir me protéger.


    Silvia Cattori : Vos spectacles ouvrent-ils en quelque sorte des portes en donnant la clé pour comprendre dans quelles turpitudes le monde politico-médiatique évolue en France ?


    Dieudonné : Oui. C’est important de comprendre à quel point il y a de l’agressivité et de la haine chez ceux qui veulent dominer. De comprendre que le pouvoir rend fou. Et que le pouvoir de l’argent, le pouvoir du monde de la nuit et du spectacle n’est pas quelque chose de brillant.


    Silvia Cattori : Ce monde de la nuit ne vous manque-t-il pas ?


    Dieudonné : Non, non. Ce n’est pas mon univers. Je n’ai jamais habité Paris. J’ai fait trois ou quatre sorties, peut être un peu plus. Non ce monde de la nuit et du spectacle médiatique ne m’attire pas.


    Silvia Cattori : Si je comprends bien, vous aimez vous mettre sur le fil à la façon d’un Don Quichotte...


    Dieudonné : Oui, on commence à m’en parler. La liberté est aussi une histoire de mots, de dialectique. L’autodérision est bénéfique quand le doute s’installe. Un artiste doit pouvoir s’exprimer sans peur. Il y a un public face à lui qui s’interroge, qui a également besoin de cette liberté. Le rire est là pour le libérer de ce qui lui pèse. Je parle de ce rire sincère, qui peut déranger le pouvoir, mais qui est salutaire. Un artiste ne doit pas tricher, ne doit pas s’autocensurer. Si je devais faire de la politique je saurais m’adapter. Mais là je fais mon métier d’humoriste. Le rire a besoin de liberté.


    Silvia Cattori : Vous transmettez par l’humour une critique que les forces progressistes semblent curieusement incapables d’assumer ?


    Dieudonné : L’idée qu’un clown, qu’un humoriste de couleur, puisse ébranler ce pouvoir si écrasant qu’est le sionisme, un pouvoir qui a déjà généré tant d’injustices, n’est pas pour me déplaire.


    Silvia Cattori : La partie n’est pas jouée. Pour l’instant n’est-ce pas vous qui êtes sur le gril ?


    Dieudonné : Ma nature étant ce qu’elle est, je ne peux pas me compromettre, collaborer.


    Silvia Cattori : Qu’entendez-vous par « collaborer » ?


    Dieudonné : Jouer les amuseurs d’État. Les amuseurs asservis au pouvoir.


    Silvia Cattori : Du temps où vous vous étiez la coqueluche des plateaux télévisés ne l’avez-vous pas fait ?


    Dieudonné : Non, j’ai travaillé honnêtement. J’ai fait ce chemin en toute naïveté.

    Silvia Cattori : En toute naïveté ?


    Dieudonné : Oui, en toute naïveté. Par mon parcours j’ai découvert... j’ai vu des choses, tout cela s’est recoupé et voilà, je suis dans la situation que vous savez. Et je ne m’en plain pas. Je crois que je peux continuer quoi qu’il arrive.


    Silvia Cattori : Ces avanies ne vous ont-elles pas révélé une capacité à endurer, à rebondir... ?


    Dieudonné : Ma nature, encore une fois, ce n’est pas de résister, de rendre les coups. Quand je m’investis pour une idée, je le vis comme une libération. Cette expérience me libère des chaînes, des leurres, et l’agressivité de ceux qui veulent me faire taire n’y changera rien. Cela peut paraître étrange. On me frappe. Dans un premier temps j’ai envie de rendre les coups. Mais je ne les rends pas. On me frappe encore et là je ne sens quasiment plus rien. C’est comme si cela ne me concernait plus. Je me sens un peu spectateur et j’ai un peu pitié de ceux qui m’en veulent. En France il y a un aveuglement autour de l’accusation d’antisémitisme.


    Silvia Cattori : C’est une belle posture, mais on ne fait pas une carrière avec ça !


    Dieudonné : Quelle carrière devrais-je faire ? Celle de qui ?


    Silvia Cattori : Celle que peuvent faire les autres humoristes, comme Elie Semoun et Jamel Debbouze...


    Dieudonné : Je ne voudrais pas. Je les trouve formidables. Mais je n’ai pas le courage de me compromettre jusque là. Je n’ai pas cette force.


    Silvia Cattori : Parce qu’il faut se compromettre ?


    Dieudonné : Oui.


    Silvia Cattori : Quand vous voyez ou vous sentez que les choses qui ne sont pas nettes cela vous attriste ?


    Dieudonné : Je ne suis pas de nature triste. Mon entourage vous dirait que je ne suis pas triste. Mais je peux souffrir, être attristé, comme tout le monde.

     

     

    Silvia Cattori : Pleurez-vous parfois ?


    Dieudonné : Oh ! Je pleure comme tout le monde. Je pleure de temps en temps. Je pleure seul. Cela fait du bien. Quand les gens m’aiment c’est plutôt là que les larmes viennent. Pas quand on me blesse.


    Silvia Cattori : Avec vos spectacles vous avez de nombreuses occasions de pleurer ? Il y a beaucoup d’amour dans le public.


    Dieudonné : Oui, c’est vrai. Quand les gens sont sincères cela me touche.



     

     

    (*) Marc-Édouard Nabe a rendu compte de cette affaire en février 2004. Voici un extrait tiré de son ouvrage J’enfonce le clou, Chapitre 9, page 81 :


    « L’affaire a tourbillonné si haut qu’on a vraiment cru qu’il méritait la corde. Pour avoir fait quoi ? Un sketch chez Marc-Olivier Fogiel en hommage à son ami Jamel Debbouze. Dieu-donné, méconnaissable, sous une cagoule de nationaliste corse et un treillis militaire de Tchétchène, la voix transformée, lisait un tract censé ironiquement mettre en garde la France contre le dangereux perturbateur maghrébin Debbouze. Son person­nage portait aussi un chapeau de rabbin et des papillotes. Il représentait un intégriste israélien qui voyait dans la présence de Jamel sur le plateau de télévision « un acte antisémite » (sic !), un terroriste menaçant qui disait s’être récemment converti au fondamentalisme sioniste et qui finissait par encourager les jeunes gens dans les cités à « rejoindre l’axe du Bien, l’axe américano-sioniste ». Textuel. Je dis textuel car ce sketch, peu l’ont vu, tout le monde en a parlé et personne n’en a lu le texte. Le texte du sketch ! Sur le coup, Jamel et les autres invités et même Fogiel et sa cointervieweuse étaient écroulés de rire comme si, de toute façon, ça ne pouvait pas ne pas être drôle puisque c’était signé par un humoriste. Heureusement, le sketch n’était pas drôle, il était juste fait (...) pour imaginer ce qu’un colon israélien totalement fanatique pourrait lancer comme discours belliqueux sur les plateaux de télévision si on l’invi­tait. »


    Silvia Cattori

     

    http://www.silviacattori.net/article5224.html

     

     

    .

    quenelle-mode-d-emploi.jpg

     

     

    ..

     

    Les médias traditionnels et les politiques commencent la nouvelle année avec une résolution partagée pour 2014 : Museler définitivement un comédien franco-africain qui devient trop populaire auprès des jeunes gens.
    2 janvier 2014

    Diana_Johnstone_texte.jpg                                                                   Diana Johnstone

     

    Entre Noël et la Saint-Sylvestre, ce n’est personne d’autre que le Président de la République, François Hollande qui, lors d’une visite en Arabie Saoudite pour de (très grosses) affaires commerciales, a déclaré que son gouvernement devait trouver un moyen d’interdire des spectacles de l’humoriste Dieudonné M’Bala M ‘ Bala, ainsi qu’a appelé à le faire le ministre français de l’Intérieur, Manuel Valls.

    Le leader du parti conservateur d’opposition, l’UMP Jean-François Copé, a fait immédiatement chorus en apportant un « soutien total » à la réduction au silence de l’incontrôlable comédien.

    Au milieu de ce choeur médiatique unanime, l’hebdomadaire Le Nouvel Observateur a écrit en éditorial que Dieudonné est « déjà mort, » lessivé, fini. La rédaction débattait ouvertement de la meilleure tactique entre essayer de le faire emprisonner pour « incitation à la haine raciale », l’annulation de ses spectacles sur la base de potentielles « menaces de trouble à l’ordre public, » ou l’exercice de pressions en menaçant les communes de diminuer le montant des subventions pour la culture si elles l’autorisent à se produire. L’objectif de Manuel Valls, le patron de la police nationale, est clair, mais le pouvoir tâtonne quant à la méthode.

    Le cliché méprisant qui est constamment répété est que « Dieudonné ne fait plus rire personne. »

    En réalité, c’est le contraire qui est vrai. Et c’est là le problème. Dans sa récente tournée dans les villes françaises, des vidéos montrent de grandes salles archi combles pliées de rire devant leur humoriste préféré. Il a popularisé un geste simple qu’il appelle la « quenelle. » Ce geste est imité par des jeunes gens dans toute la France. Elle veut dire tout simplement et à l’évidence : on en a marre.

    Pour inventer un prétexte pour détruire Dieudonné, la principale organisation juive, le CRIF (Conseil Représentatif des Institutions Juives de France, équivalent français de l’AIPAC) et la LICRA (Ligue internationale contre le racisme et l’antisémitisme), qui jouit de privilèges particuliers dans le droit français (la journaliste parle du droit de se porter partie civile, NdT) ont sorti une histoire extravagante pour qualifier Dieudonné et ceux qui le suivent de « nazis. » La quenelle n’est selon toute évidence qu’un geste grossier signifiant à peu près « dans ton cul » avec une main placée en haut de l’autre bras pointé vers le bas pour préciser la longueur de la quenelle.

    Mais pour le CRIF et la LICRA, la quenelle est « un salut nazi à l’envers ». (On n’est jamais assez « vigilant » quand on cherche un Hitler caché) Comme quelqu’un l’a remarqué, un « salut nazi à l’envers » peut tout aussi bien être considéré anti-nazi. Si encore le geste a quelque chose à voir avec Heil Hitler. Ce qui n’est manifestement pas le cas.

    Mais le monde des médias reprend cette affirmation, en signalant tout du moins que « certains considèrent la quenelle comme un salut nazi à l’envers. » Peu importe si ceux qui pratiquent ce geste n’ont aucun doute sur ce qu’il veut dire : N…e le système !

    Mais jusqu’à quel point le CRIF et la LICRA sont-ils « le système » ?


    La France a un grand besoin de rire


    L’industrie française est en train de disparaître, avec des usines qui ferment les une s après les autres. L’imposition des citoyens à faibles revenus est à la hausse, pour sauver les banques et l’euro. La désillusion vis-à-vis de l’Union européenne est de plus en plus forte. Les règles de l’UE empêchent toute action sérieuse pour améliorer l’état de l’économie française. Pendant ce temps, les politiciens de gauche et de droite continuent leurs discours creux, émaillés de clichés sur les « droits de l’homme » – en grande partie comme prétexte pour aller à la guerre au Moyen-Orient ou pour des diatribes contre la Chine et la Russie. Le pourcentage d’opinions positives sur le président Hollande a dégringolé à 15%. Pourtant les gens votent, avec pour résultat les mêmes politiques, décidées par l’UE.

    Pourquoi alors la classe dirigeante concentre-t-elle sa vindicte sur « l’humoriste le plus talentueux de sa génération" (ainsi que le reconnaissent ses confrères, même quand ils le dénoncent) ?

    La réponse en bref est probablement que la popularité montante de Dieudonné auprès de la jeunesse illustre un accroissement de l’écart entre générations. Dieudonné fait rire aux dépends de l’ensemble de l’establishment politique. Ce qui a eu pour conséquences un torrent d’injures et de démarches pour interdire ses spectacles, le ruiner financièrement et même le faire aller en prison. Les attaques verbales fournissent le contexte propice à des agressions physiques contre lui. Il y a quelques jours, son assistant Jacky Sigaux a été agressé physiquement en pleine journée par plusieurs hommes masqués devant la mairie du 19ème arrondissement – juste en face du parc des Buttes Chaumont. Il a déposé plainte.

    Mais quelle protection peut-on espérer de la part d’un gouvernement dont le ministre de l’intérieur, Manuel Valls – en charge de la police – a promis de trouver les moyens de faire taire Dieudonné ?

    Cette affaire est importante mais il est pratiquement certain qu’elle ne sera pas traitée correctement dans les médias hors de France – exactement comme elle n’est pas traitée correctement dans la presse française qui est la source de presque tout ce qui est rapporté à l’étranger. Les problèmes liés à la traduction, une part de malentendus et de contrevérités ajoutent à la confusion.


    Pourquoi le haïssent-ils ?


    Dieudonné M’Bala M’Bala est né dans la banlieue parisienne il y a 48 ans Sa mère était une blanche originaire de Bretagne, son père était un Africain originaire du Cameroun. Ce qui devrait faire de lui l’enfant-modèle du « multiculturalisme » que l’idéologie dominante de la gauche affirme promouvoir. Et durant la première partie de sa carrière, en duo avec son ami juif Elie Semoun, il était exactement ça : il faisait campagne contre le racisme, concentrant ses attaques sur le Front National allant même jusqu’à se présenter aux élections municipales contre une candidate du Front National à Dreux, une cité dortoir à environ 90 kilomètres à l’ouest de Paris où il réside. Comme les meilleurs humoristes, Dieudonné a toujours ciblé les événements de l’actualité, avec un engagement et une dignité peu courants dans la profession. Sa carrière était florissante, il jouait dans des films, était invité à la télévision et travaillait désormais en solo. Très bon observateur, il excelle dans des imitations assez subtiles de divers types de personnalités et groupes ethniques, des Africains aux Chinois.

    Il y a dix ans, le 1er décembre 2003, en tant qu’invité dans une émission de télévision traitant d’actualité intitulée « On ne peut pas plaire à tout le monde, » un nom tout à fait approprié, Dieudonné était arrivé sur le plateau sommairement déguisé en « converti au sionisme extrémiste », suggérant aux autres de « rejoindre l’axe du bien isaélo-américain. ». Cette mise en cause relativement modérée de « l’axe du mal » de George W. Bush semblait complètement dans l’air du temps. Ce sketch se terminait par un bref salut « Isra-heil ». On était loin du Dieudonné des débuts mais l’humoriste populaire avait été néanmoins salué avec enthousiasme par les autres comédiens tandis que le public présent sur le plateau lui avait fait une standing ovation. C’était dans la première année de l’attaque américaine contre l’Irak à laquelle la France avait refusé de s’associer, ce qui avait amené Washington à rebaptiser ce qu’on appelle là-bas « french fries » (belges en réalité) en « freedom fries » .

    Puis les protestations ont commencé à arriver, concernant particulièrement le geste final vu comme posant une équivalence entre Israël et l’Allemagne nazie.

    « Antisémitisme ! » criait-on même si la cible du sketch était Israël (et les Etats Unis et leurs alliés au Moyen Orient). Les appels se multipliaient pour interdire ses spectacles, le poursuivre en justice, détruire sa carrière. Dieudonné a essayé d’expliquer que son sketch ne visait pas les Juifs en tant que tels mais, à la différence d’autres avant lui, il n’a pas présenté d’excuses pour une offense qu’il considère ne pas avoir commise.Pourquoi n’y-a-t-il pas eu de protestations de la part des Africains dont il s’est moqué ? Ou des Musulmans, Ou des Chinois ? Pourquoi une seule communauté a-t-elle réagi avec autant de rage ?

    A commencé alors une décennie d’escalade. La LICRA entama une longue série d’actions en justice contre lui (« incitation à la haine raciale »), les perdant au début mais ne relâchant pas la pression. Au lieu de céder, après chaque attaque Dieudonné a poussé plus avant sa critique du « sionisme », Dans le même temps, Dieudonné était graduellement exclu des studios de télévision et traité comme un paria par les médias grand public. C’est seulement la profusion récente sur internet d’images montrant de jeunes gens en train de faire le geste de la quenelle qui a poussé l’establishment à conclure qu’une attaque frontale serait plus efficace que d’essayer de l’ignorer.


    L’arrière-plan idéologique


    Pour essayer de comprendre la signification de l’affaire Dieudonné, il est nécessaire d’appréhender le contexte idéologique. Pour des raisons trop complexes pour qu’on les présente ici, la gauche française – la gauche dont la préoccupation principale était autrefois le bien-être des travailleurs, l’égalité sociale, l’opposition aux guerres d’agression, la liberté d’expression – n’existe pratiquement plus. La droite a gagné la bataille décisive de l’économie avec le triomphe de politiques qui favorisent la stabilité monétaire et les intérêts du capital dfinancier international (le « néolibéralisme »). Comme prix de consolation, la gauche jouit d’une certaine prééminence idéologique basée sur l’anti-racisme, l’anti-nationalisme et l’engagement en faveur de l’Union Européenne – et même de l’hypothétique « Europe sociale » qui s’éloigne à grands pas pour rejoindre le cimetière des rêves disparus. En fait, cette idéologie coïncide parfaitement avec une mondialisation fondée sur les exigences du capitalisme financier international.

    En l’absence de toute véritable gauche sociale et économique, la France a sombré dans une sorte de « politique de l’identité » qui fait à la fois l’éloge du multiculturalisme et réagit avec véhémence contre le « communautarisme », c’est-à-dire l’affirmation de n’importe quel particularisme jugé indésirable. Mais certains particularismes ethniques sont encore moins les bienvenus que d’autres. Le voile islamique a été d’abord interdit dans les écoles, et les demandes pour le faire interdire dans l’espace public se font de plus en plus pressantes. Le niqab et la burqa, quoique rares, ont été interdits par une loi. Des controverses éclatent sur la nourriture halal dans les cantines, les prières sur la voie publique, tandis que des caricatures raillent régulièrement l’Islam. Quoi qu’on puisse penser de tout ça, la lutte contre le communautarisme peut être vue par certains comme dirigée contre une communauté en particulier. Dans le même temps, les dirigeants politiques français ont pris la tête de ceux qui appellent à la guerre dans des pays musulmans comme la Libye et la Syrie tout en affichant leur dévotion pour Israël.

    En même temps, une autre communauté fait l’objet d’une sollicitude de tous les instants. Ces vingt dernières années, alors que la pratique religieuse et l’engagement politique ont considérablement décliné, l’holocauste, appelé Shoah en France, est devenu progressivement une sorte de religion d’Etat. Les écoles commémorent la Shoah chaque année, elle domine de plus en plus dans une conscience historique en recul sous les autres aspects tout comme nombre d’approches en sciences humaines. En particulier, de tous les événements de la longue histoire de France, le seul protégé par une loi est la Shoah. La loi dite Gayssot prohibe tout questionnement sur l’histoire de la Shoah, une interférence absolument sans précédent avec la liberté d’expression. En outre, certaines associations comme la LICRA, se sont vues accorder le privilège de pouvoir poursuivre des individus en justice sur la base de « l’incitation à la haine raciale » (interprétée de manière très large et inégale) avec la possibilité d’encaisser des dommages et intérêts au nom de la « communauté insultée ». En pratique, ces lois servent surtout à poursuivre « l’antisémitisme » présumé et le « révisionnisme » par rapport à la Shoah. Même si elles sont souvent rejetées par les tribunaux, de telles actions en justice participent du harcèlement et de l’intimidation. La France est un des rares pays où le mouvement BDS (Boycott, Désinvestissement, Sanctions) contre la colonisation israélienne peut aussi être attaqué devant les tribunaux pour « incitation à la haine raciale. »

    Organisation violente, la Ligue de Défense Juive (LDJ), illégale aux Etats Unis et même en Israël, est connue pour avoir saccagé des librairies ou frappé des individus isolés, parfois âgés. Quand les agresseurs sont identifiés, la fuite en Israël est une bonne porte de sortie. Les victimes de la LDJ n’inspirent jamais dans l’opinion publique quoi que ce soit de comparable à l’indignation publique massive quand un citoyen juif est victime d’une agression gratuite. Par ailleurs, les politiciens se rendent au dîner annuel du CRIF avec le même zèle que ceux des Etats Unis pour aller au dîner de l’AIPAC -pas pour financer leurs campagnes électorales mais pour prouver la bienveillance de leurs sentiments.

    La France possède la plus importante communauté juive d’Europe occidentale, une population qui a en grande majorité échappé à la déportation pendant l’occupation allemande au cours de laquelle les immigrés juifs avaient été expulsés vers les camps de concentration. En plus d’une communauté juive établie depuis très longtemps, il y a beaucoup de nouveaux venus originaires d’Afrique du Nord. Tout cela contribue à une population aux succès très dynamiques, très présente dans les professions les plus visibles et les plus populaires (le journalisme, le show business ainsi que la science et la médecine entre autres).

    De tous les partis politiques français, le Parti Socialiste (en particulier via le Parti Travailliste de Shimon Peres qui est membre de l’Internationale Socialiste) est celui qui a les liens historiques les plus étroits avec Israël. Dans les années 1950, quand la France combattait le mouvement de libération nationale algérien, le gouvernement français (via Peres) avait contribué au projet israélien de production d’armes atomiques. Aujourd’hui, ce n’est pas le Parti Travailliste qui gouverne Israël mais l’extrême droite. La récente visite amicale faite par Hollande à Benjamin Netanyahou a montré que la dérive droitière de la vie politique en Israël n’a absolument pas tendu les relations – qui semblent plus étroites que jamais.

    Il n’empêche que la communauté juive est très petite en comparaison du grand nombre d’immigrés arabes venus d’Afrique du Nord ou des immigrés noirs originaires des anciennes colonies françaises en Afrique. Il y a quelques années, Pascal Boniface, un intellectuel de renom membre du PS, avait prudemment averti les dirigeants du parti que leur biais en faveur de la communauté juive pourrait finir par causer des problèmes électoraux. Cet avertissement qui figurait dans un document d’analyse politique avait provoqué un tollé qui lui avait presque coûté sa carrière.

    Mais le fait demeure : il n’est guère difficile pour les français d’origine arabe ou africaine d’avoir le sentiment que le « communautarisme » qui a vraiment de l’influence est le communautarisme juif.


    Les usages politiques de l’holocauste


    Norman Finkelstein a montré il y a quelques temps que l’holocauste peut être exploité à des fins pour le moins dénuées de noblesse : comme extorquer des fonds à des banques suisses. La situation en France est cependant très différente. Il ne fait guère de doute que les rappels constants de la Shoah fonctionnent comme une sorte de protection pour Israël contre l’hostilité que génère le traitement infligé aux palestiniens. Mais la religion de l’holocauste a un autre impact politique plus profond qui n’a pas de relation directe avec le destin des Juifs.

    Plus que toute autre chose, Auschwitz a été interprété en tant que symbole de ce à quoi mène le nationalisme. La référence à Auschwitz a servi à donner mauvaise conscience à l’Europe, et notamment aux Français si on tient compte du fait que leur rôle relativement marginal dans cette affaire [Auschwitz] avait été une conséquence de la défaite militaire et de l’occupation du pays par l’Allemagne nazie. Bernard-Henri Lévy, l’écrivain dont l’influence s’est accrue dans des proportions grotesques ces dernières années (il a poussé la président Sarkozy à la guerre contre la Libye), avait commencé sa carrière en soutenant que le « fascisme » est l’authentique « idéologie française ». Culpabilité, culpabilité, culpabilité. En faisant d’Auschwitz l’événement le plus significatif de l’histoire contemporaine, un certain nombre d’écrivains et de personnages publics justifient par défaut le pouvoir croissant de l’Union Européenne en tant que remplacement indispensable des nations européennes intrinsèquement « mauvaises. » Plus jamais Auschwitz ! Dissoudre les Etats nations dans une bureaucratie technocratique libérée de l’influence émotionnelle de citoyens qui pourraient ne pas voter correctement. Vous vous sentez français ? Ou allemand ? Vous devirez en éprouver de la culpabilité – à cause d’Auschwitz.

    Les Européens sont de moins en moins enthousiastes devant l’UE car elle ruine leurs économies et leur retire tout contrôle démocratique sur elles. Ils peuvent voter pour le mariage gay, mais pas pour la moindre mesure keynésienne et encore moins socialiste. La culpabilité pour le passé est néanmoins supposée maintenir leur fidélité à l’égard du rêve européen. Les fans de Dieudonné, si on en juge par les photos, semblent être en majorité des hommes jeunes, âgés entre 20 et 30 ans. Ils sont nés deux bonnes générations après la seconde guerre mondiale. Ils ont passé leurs vies à entendre parler de la Shoah. Plus de 300 écoles parisiennes arborent une plaque commémorant le sort funeste d’enfants juifs déportés dans les camps de concentration nazis. Quel peut bien être l’effet de tout ça ? Pour beaucoup de ceux qui sont nés longtemps après ces terribles événements, il semble que tout le monde est supposé se sentir coupable – si ce n’est pas pour ce qu’ils n’ont pas fait, alors c’est pour ce qu’ils auraient été supposés avoir fait s’ils en avaient eu la possibilité [s’ils avaient vécu à l’époque, NdT].

    Quand Dieudonné a transformé Chaud Cacao, une vielle chanson « tropicale » un peu raciste, en Shoah Ananas, le refrain a été repris en masse par les fans de Dieudonné. J’ose croire qu’ils ne se moquent pas de la véritable Shoah mais plutôt de ceux qui leur rappellent tout le temps des événements qui sont supposés les faire se sentir coupables, insignifiants et impuissants. Une bonne partie de cette génération en a assez d’entendre parler de la période 1939 – 1945 alors que son propre avenir est sombre.


    Personne ne sait quand s’arrêter


    Dimanche dernier, Nicolas Anelka, un footballeur très connu d’origine afro-belge [la famille d’Anelka est en fait originaire des Antilles, NdT] qui évolue en Angleterre a fait une quenelle après avoir marqué un but – en signe de solidarité avec son ami Dieudonné M’Bala M’Bala. Suite à ce geste simple et à la base insignifiant, le tumulte a atteint de nouveaux sommets.

    A l’Assemblée Nationale française, Meyer Habib représente les « Français de l’étranger » – dont 4 000 Israéliens d’origine française [plus de 78 000 inscrits sur les registres électoraux en réalité, NdT]. Lundi dernier, il a twitté « La quenelle d’Anelka est intolérable ! Je vais déposer une proposition de loi pour punir ce nouveau salut nazi pratiqué par les antisémites. »

    La France a adopté des lois pour « punir l’antisémitisme ». Le résultat est à l’opposé. De telles dispositions tendent simplement à confirmer la vieille idée selon laquelle « les juifs dirigent le pays » et participent à la montée de l’antisémitisme. Quand de jeunes français voient un Franco-israélien essayer de transformer en délit un simple geste, quand la communauté juive se mobilise pour interdire leur humoriste préféré, cela ne peut que faire monter l’antisémitisme et même encore plus rapidement.

    Il reste que dans cette escalade le rapport de forces est très inégal. Un humoriste n’a pour armes que des mots et des fans qui pourraient bien se disperser quand la situation va se corser. De l’autre côté se trouvent l’idéologie dominante et le pouvoir de l’Etat.

    Dans ce genre de conflit, la paix civile dépend de la sagesse et de la capacité de ceux qui ont le plus de pouvoir à faire montre de retenue. S’ils n’agissent pas en ce sens, alors cela pourrait être un jeu sans vainqueurs.


    Diana Johnstone


    Counter Punch (USA), 1er janvier 2014
    Traduit de l’anglais par Djazaïri

    Source :
    http://mounadil.wordpress.com/2014/01/02/la-campagne-contre-dieudonne-vue-par-diana-johnstone-pour-le-magazine-americain-counter-punch/

    Article en anglais :
    http://www.counterpunch.org/2014/01/01/the-bete-noire-of-the-french-establishment/

    Publié par : http://www.silviacattori.net

     

    .

    .

    "Salut Nazi Inversé": folie, amalgame, illogisme et mensonge....par Allain Jules

    "Salut Nazi Inversé": folie, amalgame, illogisme et mensonge....par Allain Jules  
    .
    IRIB-Alors que des quenelogues autoproclamés se relaient ...
    ...jour et nuit dans toute la presse mainstream, personne de ces derniers n’a vraiment jamais posé la question à Dieudonné, père de la quenelle, surfant sur le matraquage, pour lui demander comment est née la quenelle. Cette presse aux ordres indique qu’elle est née en 2005. Mais alors, pourquoi il a fallu attendre 2013 pour dénoncer ce geste, tranformé en "salut nazi inversé", qui se pratiquait depuis 8 ans ? Simplement parce qu’une pleureuse mythomane, du fond de son officine de haine, est monté au créneau parce que deux chasseurs alpins l’avaient effectué devant une synagogue. Une récupération malsaine. C’était l’occasion rêvée pour détruire un homme qu’on détestait viscéralement, en l’occurrence, l’humoriste Dieudonné Mbala Mbala. L’emballement médiatico-politique allait faire le reste, à travers le monde entier même, mais, le mensonge a toujours une vie très éphémère. Pas besoin de déconstruire une arnaque mal ficelée en mettant 10 photos, les Français ont compris. 

    Paresse intellectuelle ou besoin de nuire ?

    quenelle-oise.jpg

     

    Quenelles effectuées de la main gauche et de la main droite,
    ce qui n’est pas le cas du salut fasciste

    Toute la presse, sans exclusive, allait s’en donner à coeur joie, sans enquête, s’appuyant essentiellement sur un obscur blog, mettant de surcroît son lien hypertexte où, il répertorie les quenelles effectuées dans des endroits judaïques. Hélas, juste 75 photos déclinées en objets "antisémites", sans une réelle dimension ni envergure. Or, aujourd’hui, il y a plus de 10 000 photos de quenelles exécutées. Dans cette désinformation, la palme d’or revient au Huffingtonpost qui publiait un article intitulé: "Pour Dieudonné, la quenelle n’est pas un geste antisémite. Sur Internet, des photos prouvent le contraire", renvoyant indubitablement vers la "source-preuve" QUENELLES (clic), lui aussi, comme les autres, vers ce blog qui a probablement vu ses fréquentations augmenter de façon exponentielle pour une falsification ridicule. Il suffit de lire les légendes accompagnant les photos pour s’en convaincre, c’est une opération astucieuse de propagandastaffel de masse, comme le faisaient si bien les…nazis…

    Dans cet exercice, il ne s’agit point de paresse intellectuelle mais simplement d’un besoin de triturer le trait à outrance, de nuire, d’accuser, en apportant des "preuves" aux antipodes de la vérité, donc matérielles ou factuelles. Tout ceci, sorties de derrière les fagots et sans consistance. Enfin, des preuves qui n’en sont pas. Les soi-disant médias "sérieux" font ainsi preuve de mauvaise foi et surtout de falsification crasse en mentant par omission, puisque la quasi-totalité refusent de montrer autre chose que les photos de ce blog, dont on voit bien qu’il y a certaines qui ne sont pas réelles, puant le montage, comme celle de cet enfant grimé en Hitler et effectuant le geste de la quenelle. Plus c’est gros plus ça passe ? Cette fois-ci, visiblement, non. Les Français se sont réhabilités et ont pris conscience de leur environnement et savent désormais qu’ils sont dangereusement manipulés. Aujourd’hui, c’est bien pire, un tout petit groupuscule veut faire croire par tous les moyens imaginables et inimaginables, qu’il a raison, en violant outrageusement la République…

    Naissance d’une "minoritocratie" ou la dictature d’une minorité.


    Quand, on tente d’imposer ses vues, en faisant d’un exemple une généralité, c’est au pays des aveugles que ça peut passer. Le site cité plus haut recense 75 photos. Au départ, on se dit que ce sont des abrutis qui se photographient mais, finalement, quand on voit photo de la liste antisioniste de Dieudonné ou Jean-Marie Le Pen, et quelques  abrutis, en effet, on se dit tout de suite que l’ensemble est cousu de fil blanc. Mais, faisons simple en parlant de 100 photos compromettantes pour être gentil. Le site de Dieudonné comptait (avant d’être piraté par un défenseur des libertés autoproclamé…) plus de 9000 photos de quenelle. Pourquoi en choisir juste quelques unes, et trapper la majorité plutôt bonne enfant, comme lors de ce mariage (photo en UNE). Le problème est que toutes ces photos ne proviennent même pas du site de l’humoriste. Justement, c’est là que réside la falsification mais, hélas pour eux, en mettant en balance ces photos et celles triées sur le volet par leurs soins, la vérité est sans appel. Il ne suffit pas de crier plus fort ou d’être relayer dans les médias dominants pour avoir raison. Quel foutage de gueule que de ressortir la photo de la liste antisioniste !

    Donc, si l’on considère cette sélection de photos comme une "preuve" (ce qu’elle n’est absolument pas mais plutôt un raisonnement fallacieux et par l’absurde, également utilisé par les antisémites pour accréditer leurs thèses), elle prouve que, seulement 1,1% (chiffre corrigé pour ne pas faire offense aux menteurs) des photos de quenelles sont racistes. Car, on pourrait également relativiser ce pourcentage par le constat que le site regroupe sous la même étiquette "antisémite" ce qui relève de l’antisémitisme mais également de l’

    anti-sionisme et de la dénonciation d’Israël. Cet amalgame est voulu et entretenu artificiellement mais, les personnes intelligentes savent faire le distinguo. Donc, 1,1%, c’est un peu plus de 22 fois moins que le taux de racisme national, évalué à 22,7%. Alors, 75 "antisémites" selon eux, c’est pour nous aussi, 75 de trop et personne ici ne les défend mais simplement ça ne constitue pas une preuve de quoi que ce soit et ne reflète qu’une voltige mensongère, des visées chimériques. Pourquoi tant de haine ?

    Pourquoi ne s’occupe-t-il pas du salut fasciste mais de la quenelle ?


    Dieudonné

    En France, le salut fasciste n’est pas interdit (à l’inverse des uniformes ou insignes nazis, art. R 645-1 du Code pénal), mais peut être considéré comme une incitation à la haine raciale ( de qui, sachant que dans les camps il y avaient des noirs, des communistes, des tziganes etc) ou une apologie d’une organisation criminelle, suivant le contexte ; ce qui constitue là une infraction répréhensible. Alors, quand on entend toutes ces éructations obscènes, on se demande bien pourquoi ils ne s’occupent pas du début, c’est à dire du salut nazi, en faisant une loi. On apprend en outre que, une horde de barbares, jouant les voltigeurs de la paix, diffusant la haine sur Internet et accusant les autres, ont affrété plusieurs cars, pour aller manifester contre Dieudonné à Nantes, le 17 janvier prochain. Qui les manipulent, si ce n’est le Gouvernement, qui est finalement juge et partie car, il faut bien envoyer des gens sur place pour contenir cette bande d’aigris et de jaloux. Pourquoi ne commencent-ils pas à s’occuper du racisme anti-noir en Israël ? Il est interdit d’interdire et un effet boomerang se produira.

    Mais, la nouvelle faute de goût de la Licra consiste encore à parler de "salut nazi" en lieu et place du salut fasciste, pour faire du sensationnel et marquer les esprits négativement. Passons. Ce salut fasciste, contrairement à la "quenelle" est exécuté par le bras et la main droite tendus. Ce qui n’est nullement le cas de la quenelle de Dieudonné, qui s’effectue aussi bien de la main droite que de la main gauche. Ce qui prouve bien que le geste de la quenelle ne prend pas son inspiration de ce salut fasciste. Donc, quand on voit des personnes tomber dans le panneau, notamment les hommes politiques et les journalistes, on se demande bien s’ils sont dépourvus d’intelligence. En réalité, ils sont très intelligents, savent qu’ils participent à une vaste tambouille mensongère mais, prennent simplement le peuple pour des nigauds. Malheureusement pour eux, l’humoriste Dieudonné a cassé cette doxa. En son âme et conscience, chacun sait faire le distinguo entre le bon grain de l’ivraie, et, sur ce coup-ci, ils ont perdu et vont donc multiplier les provocations.


    La quenelle, un nouveau prétexte pour ruiner l’humoriste ?


    dieuquenelle.jpg

     

    Dieudonné effectuant une quenelle gauche ? Non, remerciant son public

    Si l’on s’arrête un instant, pour essayer de comprendre comment la machine s’est emballée ces derniers jours, on tombe sur une conclusion simple: tout était coordoonnée. Le hacker, les médias, les journalistes et les politiques, tous unis contre un seul homme. Quand un hacker, c’est à dire une personne qui réalise des choses répréhensibles est salué et fêté dans les médias, il y a anguille sous roche. Ce n’est pas le cas d’Edward Snowden, qui dénonce ce que les Etats-Unis font aux autres en mal. Or, dans le cas de Dieudonné, personne n’a dénoncé la délation, la forfaiture et le reste.

    Est-ce que tout ça c’est parce que la popularité de la quenelle, qui serait devenue une marque déposée inquiète ceux qui veulent en découdre depuis 10 ans avec l’artiste ? Sans doute. C’est bien la preuve que l’affaire de la quenelle est un montage grossier.


     

    Dieudonné et Tony Parker
    Tony Parker et Dieudonné font une "quenelle'

    votre commentaire
  •  

      .

     

     

    http://www.lepartidegauche.fr/actualites/communique/pour-un-referendum-sur-le-grand-marche-transatlantique-23337

     

    Grand-marche-transatlantique_page_01

     

     

     

    Gaz de schiste, chômage, Monsanto, précarité : En 2015, ce sera le paradis en Europe

     

    Transatlantique, ce mot fait rêver. On imagine le paquebot France fendant les vagues sans même ciller, brave icône d'un temps révolu... Aujourd'hui, ce qui est transatlantique, c'est le marché. Un marché qui ne fait rêver que quelques-uns au détriment du plus grand nombre...

    Depuis des années, des négociations sont en cours pour élaborer ce qui sera le plus grand transfert de souveraineté de tous les temps. Les élections piège à cons hurlaient les jeunes gens de 1968. Ils avaient le tord d'avoir eu raison trop tôt...

    Objectif 2015 !
    L'Europe et les USA négocient, dans une transparence très relative, le pacte transatlantique. Officiellement, il s'agit de s'affranchir des barrières douanières entre les deux rives de l'océan atlantique pour permettre le renouveau du commerce.

    Mais officieusement, ce qui se déroule en coulisse est nettement moins reluisant...

    La commission européenne est dotée d'un mandat (les mandants sont les chefs d'Etat de l'UE qui eux, sont nos mandataires, par le biais des élections) qui comporte la mise en place d’une nouvelle instance juridique internationale devant laquelle "un État pourra attaquer un autre État, mais aussi et surtout devant laquelle un investisseur pourra directement attaquer un État, en particulier quand ce dernier aura mis en place des mesures pouvant réduire les profits de cet investisseur".

    De ce fait, les entreprises et les États seraient alors mis sur un pied d’égalité et le capital juridiquement hissé au même niveau que la souveraineté démocratique. Rien que ça...

    Ce programme est directement inspiré des délibérations des participants aux réunions du Groupe de Bilderberg. (1)

    Quelles seront les incidences sur nos vies ?
    Vous avez voté pour un candidat qui vous a promis de "changer la vie maintenant" ? Vous avez perdu. Car derrière les promesses de campagne, le candidat sait parfaitement que son programme économique sera celui que le pacte transatlantique imposera. Et dans le détail, cela n'augure rien de bon.

    1. La France s'oppose à l'exploitation du Gaz de schiste ?
    Peu importe, les entreprises désireuses de creuser et de "fracturer" tranquillement pourront porter plainte devant un tribunal chargé de régler ces "insupportables entraves" à la libre entreprise.

    2. Pas de Monsanto et pas d'OGM ?
    Le même tribunal aidera cette entreprise charitable à imposer sa vision de l'avenir dans nos assiettes françaises et européennes.

    3. Lutter pour sauvegarder nos droits sociaux ?
    Au nom de la compétitivité, la pression qui s’exerce sur les droits sociaux et les salaires sera la règle. Et malheur au syndicat qui osera se dresser contre ce nivellement par le bas. La délocalisation qui est déjà une règle deviendra une loi.

    Bien entendu, il faut rajouter l’uniformisation des normes sanitaires, sociales, environnementales, culturelles, etc. cela afin de favoriser les échanges et les investissements transatlantiques.

    En d'autres termes, l’ambition générale affichée du pacte transatlantique, telle que définie par le mandat reçu par la commission européenne, est d’accroître la soumission des institutions démocratiques de l’UE et de ses États membres (idem outre-Atlantique) aux lois du marché et aux entreprises multinationales.

    On ne peut que constater, comme de nombreux autres opposants à ce pacte transatlantique, que "c’est dans notre dos, dans le secret, contre les parlements, les républiques, les peuples que va se négocier à haute dose et à haut niveau, l’ensemble de ces tractations très dangereuses pour l'idée même que l'on se fait de la démocratie..."

    En savoir plus
    (1) Connaissez-vous le Groupe de Bilderberg ? Lettrasso du 28-06-2011

     

     

    Très peu de médias relaient cette information.

     

    Voici des portes d'entrées vers d'autres explications :


    - Ils disent non au grand marché transatlantique Trois députés européens qui s’étaient positionnés pour la suspension immédiate des négociations sur le traité de libre-échange avec les États-Unis donnent leurs raisons.

    - Marché transatlantique : les ONG donnent de la voix

    - Traité transatlantique, un typhon qui menace les européens

    - Pour être tout à fait objectif, voici le point de vue d'un défenseur du tout marché

     

     


     Attention : cet article est en COPIE PARTIELLE AUTORISEE sur votre site internet. Tout autre utilisation en dehors de ce cadre fera l´objet de poursuites immédiates.
    Voici le tag Internet à sélectionner, à copier et à coller SANS TRANSFORMATION dans la page où vous allez utiliser notre actualité :

     

    Gaz de schiste, chômage, Monsanto, précarité : en 2015, ce sera le paradis en Europe
    Transatlantique, ce mot fait rêver. On imagine le paquebot France fendant les vagues sans même ciller, brave icône d'un temps révolu... Aujourd'hui, ce qui est transatlantique, c'est le marché. Un marché qui ne fait [... / ...]
    <a href="http://www.loi1901.com/intranet/a_news/index_news.php?Id=2117" target="_blank">Lire la suite sur Loi1901.com</a>

     

      Vous pouvez aussi opter pour la mise en place de notre fil d'info associatif sur votre site en cliquant sur cette image ou bien faire suivre cet article sur et / ou

     

     

     

     

     

      Cet espace associatif libre et gratuit créé en mars 2000, permet à chaque association de disposer sur le net :
     d'un Site web complet,
     d'un Agendasso,
     d'une Gestion des membres,
     de ses Appels à projets,
     de ses Lotos associatifs,
     d'un Annuaire
     etc...,
    Partenariat ++
     Services dédiés aux associations.

     

    Les 10 dernières brèves

    .
    .

    Le Grand Marché Transatlantique expliqué par Lior Chamla

    Conférence citoyenne de Lior Chamla auteur du blog de la théorie du tout qui décrypte le Grand Marché Transatlantique c’est à dire la construction d’un marché commun entre les Etats-Unis et l’Union Européenne.



    Dessin humoristique avec Obama, Merkel et Hollande sur le marché transatlantique

     

     

    Depuis 1990 s’est engagé entre USA et UE une valse qui doit mener vers un marché unique entre les deux entités prévu pour l’année 2015. Le blog de la Théorie du tout a décrypté un certain nombre de documents officiels émanant de différentes organisations gouvernementales ou non gouvernementales. Déclarations officielles des deux entités, résolutions du parlement européen sur le sujet, mais aussi des descriptions idéologique du mouvement transatlantique.

     

     

     

     

     

    .

    http://article-50.eu/lior-chamla-le-grand-marche-transatlantique/

     

    .

     

    Rejeter tout le projet de marché transatlantique

    7295563-bridge-between-europe-and-usa-3d.

     

     

    .

    Les négociations, pour ce qui est baptisé le « partenariat transatlantique sur le commerce et l’investissement » (TTIP), c’est-à-dire un traité de libre échange entre l’Europe et les Etats-Unis sont engagées. Elles ont été acceptées par les gouvernements des pays européens. Si ce grand marché se réalisait, il aurait de lourdes conséquences sur nos vies, sur notre nourriture, sur l’existence ou non de services publics, sur l’industrie et l’agriculture, donc sur l’emploi et sur les rémunérations du travail.


    Il s’agit d’ouvrir en grand le marché libre entre les Etats-Unis et l’Union européenne. Ce projet a pour objectif de supprimer tous les droits de douane, d’abaisser les normes sanitaires et environnementales. Bref, c’est un nouveau pas vers la concurrence commerciale totalement débridée que réclament les grandes sociétés multinationales et les marchés financiers. Au cœur de la crise qu’ils ont eux-mêmes créée, ils veulent pouvoir se déployer sans entrave afin d’améliorer encore leur taux de profit, au détriment de la vie humaine et de l’environnement. Les puissances capitalistes cherchent à répondre ainsi à l’austérité que créé leur politique pour accentuer les conditions de l’exploitation du travail salarié. Dans une spirale sans fin, ceci réduira toujours plus les débouchés. Les multinationales nord-américaines et européennes vont accentuer leur guerre économique en menant la guerre sociale contre le monde du travail, de la création et la nature, tout en affaiblissant encore les structures publiques des Etats et les services publics, comme ceux de l’énergie, de la santé, des transports. L’autre enjeu pour l’impérialisme nord-américain est de contrer l’émergence des pays d’Amérique latine et de l’Asie, notamment l’Inde et la Chine. On voit ici à quel point ce qui se prépare est dangereux. Très dangereux !


    A l’initiative des créateurs et cinéastes, soutenus activement par le gouvernement français et le parlement européen, la culture et les services audiovisuels sont pour l’instant exclus de ce grand marchandage. Nous nous en réjouissons. C’est la preuve qu’avec l’action combinée de forces sociales et intellectuelles et du gouvernement on peut faire bouger les choses et se faire entendre, y compris au sein du Conseil européen. Nous en appelons toutefois à la vigilance car, l’accord obtenu en fin de semaine dernière, peut encore être remis en cause. En effet, c’est la Commission de Bruxelles qui va négocier au nom de tous les européens. Et on sait que M. Barroso, dont le mandat arrive à échéance à l’automne prochain, pousse les feux de ce « libre échangisme » intégral, au service des gouvernements de droite britannique et allemand.


    Ce n’est pas seulement l’exception culturelle qu’il faudrait garantir, mais aussi une exception agricole, alimentaire, sanitaire, environnementale, industrielle… Bref, au delà de celle qui s’est opérée pour la culture, une mobilisation beaucoup plus large et populaire s’impose, sur tout le continent, en lien avec les travailleurs nord-américains, pour qu’échoue tout l’échafaudage de ce nouveau grand marchandage capitaliste.


    Dés lors que l’objectif est de supprimer tous les droits de douanes en ouvrant encore plus les frontières aux importations nord-américaines qui auront été favorisées par des manipulations du dollar, cela affaiblirait et détruirait de nouveaux pans de notre agriculture et de notre industrie. La liberté d’installation de services privés, en concurrence avec nos services publics, aboutira à l’implantation sur nos territoires de cliniques, d’écoles privées ou d’assurances, au détriment de nos systèmes de santé, d’éducation et de protection sociale. Tous les secteurs sont en effet concernés par cette discussion : l’agriculture, le textile, l’aéronautique, l’automobile, l’eau, l’énergie, la distribution, les contrats publics…, soit la quasi-totalité de l’économie. Loin d’être conçu pour favoriser des échanges qui améliorent le sort des populations et la préservation de la planète, ce grand marchandage, en abaissant les normes sanitaires et environnementales, permettra aux Etats-Unis d’exporter sans limite leur viande de bœuf aux hormones ou leur poulet traité au chlore, leurs produits OGM, alors qu’il reste interdit d’en produire en Europe. Les dirigeants nord-américains viennent même d’exiger que des procédures spéciales permettent désormais aux grandes entreprises d’attaquer les Etats quand les règles qu’ils se donnent sont contraires à leurs propres vues. C’est le service total au grand capital, avec une nouvelle étape de remise en cause du rôle des assemblées élues, des gouvernements et de toute vie politique et démocratique.

    S’il triomphait, inutile de discuter à perte de vue sur la fin de l’évasion fiscale et la fermeture des paradis fiscaux.


    La victoire sur l’exception culturelle est un point d’appui sérieux pour contrecarrer l’idée même du marché transatlantique tel qu’il est conçu par les oligarques qui dominent le monde, à laquelle les peuples peuvent substituer une exigence planétaire de coopération solidaire et de co-développement. La partie est loin d’être jouée. L’action unie avait permis, il y a quelques années  de mettre en échec « l’accord multilatéral sur les investissements » (AMI). Cette fois encore l’unité  des travailleurs, des créateurs, des jeunes, européens et américains peut être plus forte que la volonté des multinationales. Le combat unitaire s’engage…

     

    Patrick Le Hyaric

     

    http://patrick-le-hyaric.fr/rejeter-tout-le-projet-de-marche-transatlantique/

     

     

    • COMPTE-RENDU DE SESSION AU PARLEMENT EUROPÉEN (6-9 juin 2011)

                   Patrick Le Hyaric


    votre commentaire
  •  

     

     

    FBI warns that Anonymous Hackers has been hacking US Government for almost a year

     

     

    Quelque chose de grave

    se prépare ?

     

     

    .
    .

     


    votre commentaire
  •   .

    11-9-imposture.jpg

    .

    Israël et le 11-Septembre : le grand tabou

     

     

     

    .

     

    Palestine occupée : La guerre invisible

     

     

     

     

     

    palestiniens-TB-pic.php.jpg.

     

    .


    votre commentaire
  •  

     

     

    Guerre au napalm comme au Vietnam :

    guerre napalm

     


    :

    Superbe vidéo

     

    Guerres américaines partout,

    et jamais un dirigeant américain à La Haye ?


     

     

     

     


    votre commentaire
  • Les médias traditionnels et les politiques commencent la nouvelle année avec une résolution partagée pour 2014 : museler définitivement un comédien franco-africain qui devient trop populaire auprès des jeunes gens.
    2 janvier 2014

                                                                       Diana Johnstone

    Entre Noël et la Saint-Sylvestre, ce n’est personne d’autre que le Président de la République, François Hollande qui, lors d’une visite en Arabie Saoudite pour de (très grosses) affaires commerciales, a déclaré que son gouvernement devait trouver un moyen d’interdire des spectacles de l’humoriste Dieudonné M’Bala M ‘ Bala, ainsi qu’a appelé à le faire le ministre français de l’Intérieur, Manuel Valls.

    Le leader du parti conservateur d’opposition, l’UMP Jean-François Copé, a fait immédiatement chorus en apportant un « soutien total » à la réduction au silence de l’incontrôlable comédien.

    Au milieu de ce choeur médiatique unanime, l’hebdomadaire Le Nouvel Observateur a écrit en éditorial que Dieudonné est « déjà mort, » lessivé, fini. La rédaction débattait ouvertement de la meilleure tactique entre essayer de le faire emprisonner pour « incitation à la haine raciale », l’annulation de ses spectacles sur la base de potentielles « menaces de trouble à l’ordre public, » ou l’exercice de pressions en menaçant les communes de diminuer le montant des subventions pour la culture si elles l’autorisent à se produire. L’objectif de Manuel Valls, le patron de la police nationale, est clair, mais le pouvoir tâtonne quant à la méthode.

    Le cliché méprisant qui est constamment répété est que « Dieudonné ne fait plus rire personne. »

    En réalité, c’est le contraire qui est vrai. Et c’est là le problème. Dans sa récente tournée dans les villes françaises, des vidéos montrent de grandes salles archi combles pliées de rire devant leur humoriste préféré. Il a popularisé un geste simple qu’il appelle la « quenelle. » Ce geste est imité par des jeunes gens dans toute la France. Elle veut dire tout simplement et à l’évidence : on en a marre.

    Pour inventer un prétexte pour détruire Dieudonné, la principale organisation juive, le CRIF (Conseil Représentatif des Institutions Juives de France, équivalent français de l’AIPAC) et la LICRA (Ligue internationale contre le racisme et l’antisémitisme), qui jouit de privilèges particuliers dans le droit français (la journaliste parle du droit de se porter partie civile, NdT) ont sorti une histoire extravagante pour qualifier Dieudonné et ceux qui le suivent de « nazis. » La quenelle n’est selon toute évidence qu’un geste grossier signifiant à peu près « dans ton cul » avec une main placée en haut de l’autre bras pointé vers le bas pour préciser la longueur de la quenelle.

    Mais pour le CRIF et la LICRA, la quenelle est « un salut nazi à l’envers ». (On n’est jamais assez « vigilant » quand on cherche un Hitler caché) Comme quelqu’un l’a remarqué, un « salut nazi à l’envers » peut tout aussi bien être considéré anti-nazi. Si encore le geste a quelque chose à voir avec Heil Hitler. Ce qui n’est manifestement pas le cas.

    Mais le monde des médias reprend cette affirmation, en signalant tout du moins que « certains considèrent la quenelle comme un salut nazi à l’envers. » Peu importe si ceux qui pratiquent ce geste n’ont aucun doute sur ce qu’il veut dire : N…e le système !

    Mais jusqu’à quel point le CRIF et la LICRA sont-ils « le système » ?

    La France a un grand besoin de rire

    L’industrie française est en train de disparaître, avec des usines qui ferment les une s après les autres. L’imposition des citoyens à faibles revenus est à la hausse, pour sauver les banques et l’euro. La désillusion vis-à-vis de l’Union européenne est de plus en plus forte. Les règles de l’UE empêchent toute action sérieuse pour améliorer l’état de l’économie française. Pendant ce temps, les politiciens de gauche et de droite continuent leurs discours creux, émaillés de clichés sur les « droits de l’homme » – en grande partie comme prétexte pour aller à la guerre au Moyen-Orient ou pour des diatribes contre la Chine et la Russie. Le pourcentage d’opinions positives sur le président Hollande a dégringolé à 15%. Pourtant les gens votent, avec pour résultat les mêmes politiques, décidées par l’UE.

    Pourquoi alors la classe dirigeante concentre-t-elle sa vindicte sur « l’humoriste le plus talentueux de sa génération" (ainsi que le reconnaissent ses confrères, même quand ils le dénoncent) ?

    La réponse en bref est probablement que la popularité montante de Dieudonné auprès de la jeunesse illustre un accroissement de l’écart entre générations. Dieudonné fait rire aux dépends de l’ensemble de l’establishment politique. Ce qui a eu pour conséquences un torrent d’injures et de démarches pour interdire ses spectacles, le ruiner financièrement et même le faire aller en prison. Les attaques verbales fournissent le contexte propice à des agressions physiques contre lui. Il y a quelques jours, son assistant Jacky Sigaux a été agressé physiquement en pleine journée par plusieurs hommes masqués devant la mairie du 19ème arrondissement – juste en face du parc des Buttes Chaumont. Il a déposé plainte.

    Mais quelle protection peut-on espérer de la part d’un gouvernement dont le ministre de l’intérieur, Manuel Valls – en charge de la police – a promis de trouver les moyens de faire taire Dieudonné ?

    Cette affaire est importante mais il est pratiquement certain qu’elle ne sera pas traitée correctement dans les médias hors de France – exactement comme elle n’est pas traitée correctement dans la presse française qui est la source de presque tout ce qui est rapporté à l’étranger. Les problèmes liés à la traduction, une part de malentendus et de contrevérités ajoutent à la confusion.

    Pourquoi le haïssent-ils ?

    Dieudonné M’Bala M’Bala est né dans la banlieue parisienne il y a 48 ans Sa mère était une blanche originaire de Bretagne, son père était un Africain originaire du Cameroun. Ce qui devrait faire de lui l’enfant-modèle du « multiculturalisme » que l’idéologie dominante de la gauche affirme promouvoir. Et durant la première partie de sa carrière, en duo avec son ami juif Elie Semoun, il était exactement ça : il faisait campagne contre le racisme, concentrant ses attaques sur le Front National allant même jusqu’à se présenter aux élections municipales contre une candidate du Front National à Dreux, une cité dortoir à environ 90 kilomètres à l’ouest de Paris où il réside. Comme les meilleurs humoristes, Dieudonné a toujours ciblé les événements de l’actualité, avec un engagement et une dignité peu courants dans la profession. Sa carrière était florissante, il jouait dans des films, était invité à la télévision et travaillait désormais en solo. Très bon observateur, il excelle dans des imitations assez subtiles de divers types de personnalités et groupes ethniques, des Africains aux Chinois.

    Il y a dix ans, le 1er décembre 2003, en tant qu’invité dans une émission de télévision traitant d’actualité intitulée « On ne peut pas plaire à tout le monde, » un nom tout à fait approprié, Dieudonné était arrivé sur le plateau sommairement déguisé en « converti au sionisme extrémiste », suggérant aux autres de « rejoindre l’axe du bien isaélo-américain. ». Cette mise en cause relativement modérée de « l’axe du mal » de George W. Bush semblait complètement dans l’air du temps. Ce sketch se terminait par un bref salut « Isra-heil ». On était loin du Dieudonné des débuts mais l’humoriste populaire avait été néanmoins salué avec enthousiasme par les autres comédiens tandis que le public présent sur le plateau lui avait fait une standing ovation. C’était dans la première année de l’attaque américaine contre l’Irak à laquelle la France avait refusé de s’associer, ce qui avait amené Washington à rebaptiser ce qu’on appelle là-bas « french fries » (belges en réalité) en « freedom fries » .

    Puis les protestations ont commencé à arriver, concernant particulièrement le geste final vu comme posant une équivalence entre Israël et l’Allemagne nazie.

    « Antisémitisme ! » criait-on même si la cible du sketch était Israël (et les Etats Unis et leurs alliés au Moyen Orient). Les appels se multipliaient pour interdire ses spectacles, le poursuivre en justice, détruire sa carrière. Dieudonné a essayé d’expliquer que son sketch ne visait pas les Juifs en tant que tels mais, à la différence d’autres avant lui, il n’a pas présenté d’excuses pour une offense qu’il considère ne pas avoir commise.Pourquoi n’y-a-t-il pas eu de protestations de la part des Africains dont il s’est moqué ? Ou des Musulmans, Ou des Chinois ? Pourquoi une seule communauté a-t-elle réagi avec autant de rage ?

    A commencé alors une décennie d’escalade. La LICRA entama une longue série d’actions en justice contre lui (« incitation à la haine raciale »), les perdant au début mais ne relâchant pas la pression. Au lieu de céder, après chaque attaque Dieudonné a poussé plus avant sa critique du « sionisme », Dans le même temps, Dieudonné était graduellement exclu des studios de télévision et traité comme un paria par les médias grand public. C’est seulement la profusion récente sur internet d’images montrant de jeunes gens en train de faire le geste de la quenelle qui a poussé l’establishment à conclure qu’une attaque frontale serait plus efficace que d’essayer de l’ignorer.

    L’arrière-plan idéologique

    Pour essayer de comprendre la signification de l’affaire Dieudonné, il est nécessaire d’appréhender le contexte idéologique. Pour des raisons trop complexes pour qu’on les présente ici, la gauche française – la gauche dont la préoccupation principale était autrefois le bien-être des travailleurs, l’égalité sociale, l’opposition aux guerres d’agression, la liberté d’expression – n’existe pratiquement plus. La droite a gagné la bataille décisive de l’économie avec le triomphe de politiques qui favorisent la stabilité monétaire et les intérêts du capital dfinancier international (le « néolibéralisme »). Comme prix de consolation, la gauche jouit d’une certaine prééminence idéologique basée sur l’anti-racisme, l’anti-nationalisme et l’engagement en faveur de l’Union Européenne – et même de l’hypothétique « Europe sociale » qui s’éloigne à grands pas pour rejoindre le cimetière des rêves disparus. En fait, cette idéologie coïncide parfaitement avec une mondialisation fondée sur les exigences du capitalisme financier international.

    En l’absence de toute véritable gauche sociale et économique, la France a sombré dans une sorte de « politique de l’identité » qui fait à la fois l’éloge du multiculturalisme et réagit avec véhémence contre le « communautarisme », c’est-à-dire l’affirmation de n’importe quel particularisme jugé indésirable. Mais certains particularismes ethniques sont encore moins les bienvenus que d’autres. Le voile islamique a été d’abord interdit dans les écoles, et les demandes pour le faire interdire dans l’espace public se font de plus en plus pressantes. Le niqab et la burqa, quoique rares, ont été interdits par une loi. Des controverses éclatent sur la nourriture halal dans les cantines, les prières sur la voie publique, tandis que des caricatures raillent régulièrement l’Islam. Quoi qu’on puisse penser de tout ça, la lutte contre le communautarisme peut être vue par certains comme dirigée contre une communauté en particulier. Dans le même temps, les dirigeants politiques français ont pris la tête de ceux qui appellent à la guerre dans des pays musulmans comme la Libye et la Syrie tout en affichant leur dévotion pour Israël.

    En même temps, une autre communauté fait l’objet d’une sollicitude de tous les instants. Ces vingt dernières années, alors que la pratique religieuse et l’engagement politique ont considérablement décliné, l’holocauste, appelé Shoah en France, est devenu progressivement une sorte de religion d’Etat. Les écoles commémorent la Shoah chaque année, elle domine de plus en plus dans une conscience historique en recul sous les autres aspects tout comme nombre d’approches en sciences humaines. En particulier, de tous les événements de la longue histoire de France, le seul protégé par une loi est la Shoah. La loi dite Gayssot prohibe tout questionnement sur l’histoire de la Shoah, une interférence absolument sans précédent avec la liberté d’expression. En outre, certaines associations comme la LICRA, se sont vues accorder le privilège de pouvoir poursuivre des individus en justice sur la base de « l’incitation à la haine raciale » (interprétée de manière très large et inégale) avec la possibilité d’encaisser des dommages et intérêts au nom de la « communauté insultée ». En pratique, ces lois servent surtout à poursuivre « l’antisémitisme » présumé et le « révisionnisme » par rapport à la Shoah. Même si elles sont souvent rejetées par les tribunaux, de telles actions en justice participent du harcèlement et de l’intimidation. La France est un des rares pays où le mouvement BDS (Boycott, Désinvestissement, Sanctions) contre la colonisation israélienne peut aussi être attaqué devant les tribunaux pour « incitation à la haine raciale. »

    Organisation violente, la Ligue de Défense Juive (LDJ), illégale aux Etats Unis et même en Israël, est connue pour avoir saccagé des librairies ou frappé des individus isolés, parfois âgés. Quand les agresseurs sont identifiés, la fuite en Israël est une bonne porte de sortie. Les victimes de la LDJ n’inspirent jamais dans l’opinion publique quoi que ce soit de comparable à l’indignation publique massive quand un citoyen juif est victime d’une agression gratuite. Par ailleurs, les politiciens se rendent au dîner annuel du CRIF avec le même zèle que ceux des Etats Unis pour aller au dîner de l’AIPAC -pas pour financer leurs campagnes électorales mais pour prouver la bienveillance de leurs sentiments.

    La France possède la plus importante communauté juive d’Europe occidentale, une population qui a en grande majorité échappé à la déportation pendant l’occupation allemande au cours de laquelle les immigrés juifs avaient été expulsés vers les camps de concentration. En plus d’une communauté juive établie depuis très longtemps, il y a beaucoup de nouveaux venus originaires d’Afrique du Nord. Tout cela contribue à une population aux succès très dynamiques, très présente dans les professions les plus visibles et les plus populaires (le journalisme, le show business ainsi que la science et la médecine entre autres).

    De tous les partis politiques français, le Parti Socialiste (en particulier via le Parti Travailliste de Shimon Peres qui est membre de l’Internationale Socialiste) est celui qui a les liens historiques les plus étroits avec Israël. Dans les années 1950, quand la France combattait le mouvement de libération nationale algérien, le gouvernement français (via Peres) avait contribué au projet israélien de production d’armes atomiques. Aujourd’hui, ce n’est pas le Parti Travailliste qui gouverne Israël mais l’extrême droite. La récente visite amicale faite par Hollande à Benjamin Netanyahou a montré que la dérive droitière de la vie politique en Israël n’a absolument pas tendu les relations – qui semblent plus étroites que jamais.

    Il n’empêche que la communauté juive est très petite en comparaison du grand nombre d’immigrés arabes venus d’Afrique du Nord ou des immigrés noirs originaires des anciennes colonies françaises en Afrique. Il y a quelques années, Pascal Boniface, un intellectuel de renom membre du PS, avait prudemment averti les dirigeants du parti que leur biais en faveur de la communauté juive pourrait finir par causer des problèmes électoraux. Cet avertissement qui figurait dans un document d’analyse politique avait provoqué un tollé qui lui avait presque coûté sa carrière.

    Mais le fait demeure : il n’est guère difficile pour les français d’origine arabe ou africaine d’avoir le sentiment que le « communautarisme » qui a vraiment de l’influence est le communautarisme juif.

    Les usages politiques de l’holocauste

    Norman Finkelstein a montré il y a quelques temps que l’holocauste peut être exploité à des fins pour le moins dénuées de noblesse : comme extorquer des fonds à des banques suisses. La situation en France est cependant très différente. Il ne fait guère de doute que les rappels constants de la Shoah fonctionnent comme une sorte de protection pour Israël contre l’hostilité que génère le traitement infligé aux palestiniens. Mais la religion de l’holocauste a un autre impact politique plus profond qui n’a pas de relation directe avec le destin des Juifs.

    Plus que toute autre chose, Auschwitz a été interprété en tant que symbole de ce à quoi mène le nationalisme. La référence à Auschwitz a servi à donner mauvaise conscience à l’Europe, et notamment aux Français si on tient compte du fait que leur rôle relativement marginal dans cette affaire [Auschwitz] avait été une conséquence de la défaite militaire et de l’occupation du pays par l’Allemagne nazie. Bernard-Henri Lévy, l’écrivain dont l’influence s’est accrue dans des proportions grotesques ces dernières années (il a poussé la président Sarkozy à la guerre contre la Libye), avait commencé sa carrière en soutenant que le « fascisme » est l’authentique « idéologie française ». Culpabilité, culpabilité, culpabilité. En faisant d’Auschwitz l’événement le plus significatif de l’histoire contemporaine, un certain nombre d’écrivains et de personnages publics justifient par défaut le pouvoir croissant de l’Union Européenne en tant que remplacement indispensable des nations européennes intrinsèquement « mauvaises. » Plus jamais Auschwitz ! Dissoudre les Etats nations dans une bureaucratie technocratique libérée de l’influence émotionnelle de citoyens qui pourraient ne pas voter correctement. Vous vous sentez français ? Ou allemand ? Vous devirez en éprouver de la culpabilité – à cause d’Auschwitz.

    Les Européens sont de moins en moins enthousiastes devant l’UE car elle ruine leurs économies et leur retire tout contrôle démocratique sur elles. Ils peuvent voter pour le mariage gay, mais pas pour la moindre mesure keynésienne et encore moins socialiste. La culpabilité pour le passé est néanmoins supposée maintenir leur fidélité à l’égard du rêve européen. Les fans de Dieudonné, si on en juge par les photos, semblent être en majorité des hommes jeunes, âgés entre 20 et 30 ans. Ils sont nés deux bonnes générations après la seconde guerre mondiale. Ils ont passé leurs vies à entendre parler de la Shoah. Plus de 300 écoles parisiennes arborent une plaque commémorant le sort funeste d’enfants juifs déportés dans les camps de concentration nazis. Quel peut bien être l’effet de tout ça ? Pour beaucoup de ceux qui sont nés longtemps après ces terribles événements, il semble que tout le monde est supposé se sentir coupable – si ce n’est pas pour ce qu’ils n’ont pas fait, alors c’est pour ce qu’ils auraient été supposés avoir fait s’ils en avaient eu la possibilité [s’ils avaient vécu à l’époque, NdT].

    Quand Dieudonné a transformé Chaud Cacao, une vielle chanson « tropicale » un peu raciste, en Shoah Ananas, le refrain a été repris en masse par les fans de Dieudonné. J’ose croire qu’ils ne se moquent pas de la véritable Shoah mais plutôt de ceux qui leur rappellent tout le temps des événements qui sont supposés les faire se sentir coupables, insignifiants et impuissants. Une bonne partie de cette génération en a assez d’entendre parler de la période 1939 – 1945 alors que son propre avenir est sombre.

    Personne ne sait quand s’arrêter

    Dimanche dernier, Nicolas Anelka, un footballeur très connu d’origine afro-belge [la famille d’Anelka est en fait originaire des Antilles, NdT] qui évolue en Angleterre a fait une quenelle après avoir marqué un but – en signe de solidarité avec son ami Dieudonné M’Bala M’Bala. Suite à ce geste simple et à la base insignifiant, le tumulte a atteint de nouveaux sommets.

    A l’Assemblée Nationale française, Meyer Habib représente les « Français de l’étranger » – dont 4 000 Israéliens d’origine française [plus de 78 000 inscrits sur les registres électoraux en réalité, NdT]. Lundi dernier, il a twitté « La quenelle d’Anelka est intolérable ! Je vais déposer une proposition de loi pour punir ce nouveau salut nazi pratiqué par les antisémites. »

    La France a adopté des lois pour « punir l’antisémitisme ». Le résultat est à l’opposé. De telles dispositions tendent simplement à confirmer la vieille idée selon laquelle « les juifs dirigent le pays » et participent à la montée de l’antisémitisme. Quand de jeunes français voient un Franco-israélien essayer de transformer en délit un simple geste, quand la communauté juive se mobilise pour interdire leur humoriste préféré, cela ne peut que faire monter l’antisémitisme et même encore plus rapidement.

    Il reste que dans cette escalade le rapport de forces est très inégal. Un humoriste n’a pour armes que des mots et des fans qui pourraient bien se disperser quand la situation va se corser. De l’autre côté se trouvent l’idéologie dominante et le pouvoir de l’Etat.

    Dans ce genre de conflit, la paix civile dépend de la sagesse et de la capacité de ceux qui ont le plus de pouvoir à faire montre de retenue. S’ils n’agissent pas en ce sens, alors cela pourrait être un jeu sans vainqueurs.

    Diana Johnstone
    Counter Punch (USA), 1er janvier 2014
    Traduit de l’anglais par Djazaïri


    votre commentaire
  • quenelle-guide-pour-nuls.jpg
    Propos recueillis par Silvia Cattori en mai 2005
     
    Qui veut la peau de Dieudonné ?

    Quand en mai 2005 nous avions rencontré Dieudonné, au plus fort de la tempête qui s’abattait sur lui, il avait, depuis décembre 2003, subi 18 procès … et avait été relaxé 17 fois. Ce qui montrait au minimum que les procès qu’on lui intentait relevaient alors du harcèlement. Nous avions eu en face de nous un homme sensible, heurté par les accusations portées contre lui - suite à un simple sketch - très affecté par la haine de ceux qui appelaient à boycotter ses spectacles, mais qui restait néanmoins tel que lui même très cohérent et pondéré, comme le montre l’entretien reproduit ici. Depuis lors huit années se sont écoulées au cours desquelles les attaques contre lui n’ont jamais cessé et nous posons la question : Dieudonné, n’a-t-il pas été la victime d’un système cruel et sans pitié ? Un homme, qui atteint dans sa dignité, humilié et poussé à bout par ceux qui ont juré sa perte, s’est nourri de ce qu’il a enduré jusqu’à l’excès ? [S.C]

     




    Dieudonné


    Dieudonne_Qui_veut_la_peau_texte.jpg

    Alors que la défense des citoyens devrait être au cœur de la politique, il n’en est rien ; l’État, les élus, participent de la campagne d’intolérance qui frappe actuellement Dieudonné (*). Or, quand tous les pouvoirs se transforment en procureurs en cédant aux pressions d’organisations tribales, ce sont les fondements d’une société démocratique qui sont ébranlés.

    Les affirmations de Proche-Orient Info - un site spécialisé dans la défense des intérêts israéliens - attribuant à Dieudonné des propos qu’il n’a pas tenus, auraient dû être considérées avec précaution par la classe politique. Or celle-ci a cédé aux pressions d’officines qui font constamment peser sur les journalistes, les politiques, les intellectuels, l’accusation du prétendu « antisémitisme ». Dire d’une personne qu’elle est « antisémite », « néo-nazie », « fasciste », « négationniste » - accusations sans fondement dans la grande majorité des cas - est un procédé totalitaire. Ainsi estampillés, lésés financièrement et moralement, même innocentés par les tribunaux, les accusés n’en demeureront pas moins salis, marginalisés, exclus pour le restant de leurs jours.4

     



     

    Silvia Cattori : Dieudonné, depuis notre première rencontre, en novembre 2004 [1], vous êtes l’objet d’attaques. Déjà dix sept procès...


    Dieudonné : Dix huit.

     

    Silvia Cattori : Dix huit tribunaux en une année c’est beaucoup !?


    Dieudonné : Bien sûr, c’est énorme ! On préférerait passer son temps à autre chose. Mais il suffit de penser à Mandela, à Martin Luther King, à Tjibaou, pour se dire, voilà, il y a des causes difficiles. Je ne pense pas que je verrai de mon vivant le résultat de tous les efforts consentis pour parvenir à l’égalité des droits. J’y participe à mon humble niveau. Il n’y a rien de désespérant si on projette son action sur plusieurs générations. On se dit, bon, ça avance un petit peu. Quant aux faits que l’on me reproche, j’ai été relaxé dix sept fois.


    Silvia Cattori : Sur quelle base vous accuse-t-on ?


    Dieudonné : On m’accuse d’avoir offensé la religion juive. Or ce n’est pas du tout un fait religieux que j’ai caricaturé lors de mon sketch en décembre 2003. J’ai caricaturé un fait politique.

    Il y a une telle violence en face, une telle haine ! Une telle férocité ! On m’a harcelé, frappé physiquement. À un moment donné on s’habitue à tout. Puis cela vous donne de l’énergie. On arrive à transformer cette énergie négative en positif, à se servir de toute cette folie, pour rentrer en soi et créer. Si j’ai écrit autant de spectacles en si peu de temps c’est sans doute en partie à cause de toute cette pression qui a pesé sur mes épaules. A un moment donné je dois passer à la phase de l’expression.


    Silvia Cattori : Qui vous accuse plus précisément ?


    Dieudonné : Des représentants du CRIF (Conseil représentatif des institutions juives de France), de l’UEJF (Union des étudiants juifs de France), ... et les journalistes qui travaillent dans la même optique qu’eux. Tout ce que vous dites est passé au crible, pour vérifier s’il y a un mot qui permettrait de porter plainte contre vous.


    Silvia Cattori : Une plainte a été déposée également en Suisse suite aux propos que vous aviez tenus, en février 2004, sur le plateau de la Télévision Suisse Romande…


    Dieudonné : C’est un certain Isaac Cohen qui allègue, entre autre, que j’aurais « accusé l’État juif d’avoir collaboré à un programme d’extermination raciale en Afrique du Sud ». Mais le tribunal de Genève, en Suisse, a rejeté cette plainte.


    Silvia Cattori : Quand, à Alger, vous avez parlé de « pornographie mémorielle » n’avez-vous pas dérapé ?


    Dieudonné : Je crois qu’il n’y a rien d’extravaguant à dire que l’instrumentalisation politique de la souffrance est obscène. Sur le fond je trouve que c’est une bonne formulation. On doit pouvoir parler de pornographie mémorielle quand il y a des abus. Ces termes ne sont pas de moi. S’ils provoquent des réactions contrastées, ouvrons le débat. Parlons de ce qui pose problème. Ne détournons pas les faits.


    Silvia Cattori : Vous sentez-vous l’objet d’une cabale ?


    Dieudonné : Complètement. On m’a prêté des propos que je n’ai pas tenus. On a dit « Dieudonné a dit que la Shoah est une pornographie mémorielle ». Je n’ai jamais dit cela. Je n’ai jamais associé la Shoah à cette phrase. Ce à quoi je me référerais, n’avait évidemment rien à voir avec le passé nazi. C’est insensé de vouloir me prêter des idées qui sont si éloignées de moi.


    Silvia Cattori : Quel intérêt avait le site Proche-Orient info à diffuser une information falsifiée ? Miser sur son effet médiatique tapageur pour transformer l’humoriste en scandale de la République et vous faire taire ?


    Dieudonné : Je crois que c’était un projet de solution finale en ce qui concerne mon existence médiatique. Ils ne peuvent pas me faire taire. Je ne crains rien. Je subis ce chantage pour m’être opposé au lobby sioniste. Ils ont voulu me frapper professionnellement et financièrement. Nous avons porté plainte contre le site Proche Orient info. Je n’ai rien à me reprocher. Quand je regarde mes enfants je me sens bien avec moi. Vous me direz que c’est facile à dire puisque je peux les nourrir.


    Silvia Cattori : Pensez-vous pouvoir sortir gagnant ?


    Dieudonné : J’irai jusqu’au bout de mon parcours d’humoriste. Si je dois m’arrêter à 40 ou 41 ans, ça aura déjà été un temps de pur plaisir. J’ai toujours fais mon métier sincèrement. Si je devais me plier ce ne serait plus le même travail. Faire rire de manière bêtement mécanique, non. J’aime qu’il y ait une réflexion dans l’humour. Sinon je ne m’y retrouve pas. Je crois que je continuerai tant que cela sera possible. J’adore la scène. Mais, s’il le faut, je suis capable de faire autre chose. Si je dois m’autocensurer, renoncer à ma liberté de pensée pour continuer d’exister comme humoriste, cela ne m’intéresse pas.


    Silvia Cattori : Vous paraissez serein, malgré tout. Mais êtes-vous conscient du danger. Que vous êtes pris dans une guerre ?


    Dieudonné : Oui c’est une guerre.


    Silvia Cattori : Ceux qui la mènent, veulent la gagner. Et ils y mettront les moyens.


    Dieudonné : Oui, je sais.


    Silvia Cattori : Comment supportez-vous le fait de savoir que ce sont principalement des journalistes appartenant au lobby pro-israélien, comme Elisabeth Schemla (elle a créé Proche Orient info) et des intellectuels comme BHL, qui sont le plus engagés contre vous ?


    Dieudonné : Je suis vraiment pour eux le diable. Ils ont déclenché une guerre nucléaire contre un moucheron. Un moustique qui peut piquer, mais bon, qui ne tue pas. Ils me font des procès, ils peuvent aller jusqu’à me frapper, ils peuvent me tuer financièrement. Là, ils sont au maximum de ce qu’ils peuvent faire. Pour faire plus, ils doivent passer à quelque chose qui n’est plus légal. Par chance je n’ai quasiment pas de besoins. J’ai un théâtre. Il tourne. Ce qui me donne cette légèreté artisanale qui fait qu’on peut rebondir.


    Silvia Cattori : Dans votre spectacle « 1905 » vous dites « tôt ou tard ils vont me dégommer ». Vous le pensez sérieusement ?


    Dieudonné : Je me dis qu’effectivement, face à toute cette haine, il peut y avoir un ou deux déséquilibrés qui...


    Silvia Cattori : N’avez-vous pas peur de ce qui peut arriver si vous continuez de leur tenir tête ?


    Dieudonné : Non, je n’ai pas peur ; je ne vis pas dans la peur. On m’a déjà frappé, je sais ce que cela signifie. S’ils m’attaquent avec un couteau, cela peut être dangereux. Je m’attends au pire en toute sérénité. La peur est un sentiment qui est en chacun de nous. Il faut lui laisser une petite place. Mais pas la première place. Ce qu’il y a de plus difficile à assumer dans cette guerre, c’est que face à la haine on se trouve constamment pris dans le tourbillon de la défense. Je n’ai jamais répondu aux attaques. Sauf devant les tribunaux ; et sur scène où je puis faire rire de ce vécu.


    Silvia Cattori : Vous avez de l’audace. Car vous parlez de vicissitudes qui ne sont pas visibles aux yeux de tous et font partie du non dit, mais qui deviennent immédiatement palpables dans vos spectacles. Et déclenchent le rire...


    Dieudonné : Je crois que c’est le rôle de l’humoriste. Je n’ai pas de regret par rapport à mon travail. Je l’ai fait honnêtement et sincèrement. Yo soy un hombre sincero. (rire)


    Silvia Cattori : Au travers de cette mise au pilori vous avez enfreint un tabou, ouvert un champ qui dépasse le cadre de la France ; vous avez réussi à rassemblez ceux que des association prétendues « antiracistes », instrumentalisées par le PS, ont elles paradoxalement divisé : beur, black, blanc...la couleur disparaît ; et le sentiment que dans la lutte contre l’injustice, « on est tous des nègres » a fini par prévaloir ? Aussi, le débat autour du film sur l’esclavage et la colonisation, sur lequel vous travaillez, n’a-t-il pas voulu éveiller les consciences de ceux et celles qui sont sensibles à une mémoire coloniale mal assumée ? Autrement dit, n’est-ce pas la voix de l’universalisme laïc que l’on étouffe et que votre dernier spectacle met en débat ?


    Dieudonné : Oui. Cette description me ressemble bien. Ma mère est blanche, mon père est noir. Je n’ai pas de religion. Je suis prédisposé peut être à l’universel de manière naturelle. Cela n’a pas été un problème pour moi d’envisager la fusion avec le reste de l’univers. Je conçois que, pour certains, c’est difficile de quitter le nid douillet du communautarisme. Ca fait peur. Mais c’est la préhistoire de l’humanité, le communautarisme. C’est Néandertal et Cromagnon. Mais voilà, on a peut être une autre destinée que l’affrontement communautariste cyclique.


    Silvia Cattori : A côté des aspects pénibles, n’y a-t-il pas eu des bonnes et belles surprises ?


    Dieudonné : Ah ! Oui, il y a eu des choses formidables. Une chaîne de solidarité, d’amour même, que je ne pouvais même pas imaginer. C’est un bonheur de voir des familles entières qui disent vouloir me protéger.


    Silvia Cattori : Vos spectacles ouvrent-ils en quelque sorte des portes en donnant la clé pour comprendre dans quelles turpitudes le monde politico-médiatique évolue en France ?


    Dieudonné : Oui. C’est important de comprendre à quel point il y a de l’agressivité et de la haine chez ceux qui veulent dominer. De comprendre que le pouvoir rend fou. Et que le pouvoir de l’argent, le pouvoir du monde de la nuit et du spectacle n’est pas quelque chose de brillant.


    Silvia Cattori : Ce monde de la nuit ne vous manque-t-il pas ?


    Dieudonné : Non, non. Ce n’est pas mon univers. Je n’ai jamais habité Paris. J’ai fait trois ou quatre sorties, peut être un peu plus. Non ce monde de la nuit et du spectacle médiatique ne m’attire pas.


    Silvia Cattori : Si je comprends bien, vous aimez vous mettre sur le fil à la façon d’un Don Quichotte...


    Dieudonné : Oui, on commence à m’en parler. La liberté est aussi une histoire de mots, de dialectique. L’autodérision est bénéfique quand le doute s’installe. Un artiste doit pouvoir s’exprimer sans peur. Il y a un public face à lui qui s’interroge, qui a également besoin de cette liberté. Le rire est là pour le libérer de ce qui lui pèse. Je parle de ce rire sincère, qui peut déranger le pouvoir, mais qui est salutaire. Un artiste ne doit pas tricher, ne doit pas s’autocensurer. Si je devais faire de la politique je saurais m’adapter. Mais là je fais mon métier d’humoriste. Le rire a besoin de liberté.


    Silvia Cattori : Vous transmettez par l’humour une critique que les forces progressistes semblent curieusement incapables d’assumer ?


    Dieudonné : L’idée qu’un clown, qu’un humoriste de couleur, puisse ébranler ce pouvoir si écrasant qu’est le sionisme, un pouvoir qui a déjà généré tant d’injustices, n’est pas pour me déplaire.


    Silvia Cattori : La partie n’est pas jouée. Pour l’instant n’est-ce pas vous qui êtes sur le gril ?


    Dieudonné : Ma nature étant ce qu’elle est, je ne peux pas me compromettre, collaborer.


    Silvia Cattori : Qu’entendez-vous par « collaborer » ?


    Dieudonné : Jouer les amuseurs d’État. Les amuseurs asservis au pouvoir.


    Silvia Cattori : Du temps où vous vous étiez la coqueluche des plateaux télévisés ne l’avez-vous pas fait ?


    Dieudonné : Non, j’ai travaillé honnêtement. J’ai fait ce chemin en toute naïveté.

    Silvia Cattori : En toute naïveté ?


    Dieudonné : Oui, en toute naïveté. Par mon parcours j’ai découvert... j’ai vu des choses, tout cela s’est recoupé et voilà, je suis dans la situation que vous savez. Et je ne m’en plain pas. Je crois que je peux continuer quoi qu’il arrive.


    Silvia Cattori : Ces avanies ne vous ont-elles pas révélé une capacité à endurer, à rebondir... ?


    Dieudonné : Ma nature, encore une fois, ce n’est pas de résister, de rendre les coups. Quand je m’investis pour une idée, je le vis comme une libération. Cette expérience me libère des chaînes, des leurres, et l’agressivité de ceux qui veulent me faire taire n’y changera rien. Cela peut paraître étrange. On me frappe. Dans un premier temps j’ai envie de rendre les coups. Mais je ne les rends pas. On me frappe encore et là je ne sens quasiment plus rien. C’est comme si cela ne me concernait plus. Je me sens un peu spectateur et j’ai un peu pitié de ceux qui m’en veulent. En France il y a un aveuglement autour de l’accusation d’antisémitisme.


    Silvia Cattori : C’est une belle posture, mais on ne fait pas une carrière avec ça !


    Dieudonné : Quelle carrière devrais-je faire ? Celle de qui ?


    Silvia Cattori : Celle que peuvent faire les autres humoristes, comme Elie Semoun et Jamel Debbouze...


    Dieudonné : Je ne voudrais pas. Je les trouve formidables. Mais je n’ai pas le courage de me compromettre jusque là. Je n’ai pas cette force.


    Silvia Cattori : Parce qu’il faut se compromettre ?


    Dieudonné : Oui.


    Silvia Cattori : Quand vous voyez ou vous sentez que les choses qui ne sont pas nettes cela vous attriste ?


    Dieudonné : Je ne suis pas de nature triste. Mon entourage vous dirait que je ne suis pas triste. Mais je peux souffrir, être attristé, comme tout le monde.

     

     

    Silvia Cattori : Pleurez-vous parfois ?


    Dieudonné : Oh ! Je pleure comme tout le monde. Je pleure de temps en temps. Je pleure seul. Cela fait du bien. Quand les gens m’aiment c’est plutôt là que les larmes viennent. Pas quand on me blesse.


    Silvia Cattori : Avec vos spectacles vous avez de nombreuses occasions de pleurer ? Il y a beaucoup d’amour dans le public.


    Dieudonné : Oui, c’est vrai. Quand les gens sont sincères cela me touche.



     

     

    (*) Marc-Édouard Nabe a rendu compte de cette affaire en février 2004. Voici un extrait tiré de son ouvrage J’enfonce le clou, Chapitre 9, page 81 :


    « L’affaire a tourbillonné si haut qu’on a vraiment cru qu’il méritait la corde. Pour avoir fait quoi ? Un sketch chez Marc-Olivier Fogiel en hommage à son ami Jamel Debbouze. Dieu-donné, méconnaissable, sous une cagoule de nationaliste corse et un treillis militaire de Tchétchène, la voix transformée, lisait un tract censé ironiquement mettre en garde la France contre le dangereux perturbateur maghrébin Debbouze. Son person­nage portait aussi un chapeau de rabbin et des papillotes. Il représentait un intégriste israélien qui voyait dans la présence de Jamel sur le plateau de télévision « un acte antisémite » (sic !), un terroriste menaçant qui disait s’être récemment converti au fondamentalisme sioniste et qui finissait par encourager les jeunes gens dans les cités à « rejoindre l’axe du Bien, l’axe américano-sioniste ». Textuel. Je dis textuel car ce sketch, peu l’ont vu, tout le monde en a parlé et personne n’en a lu le texte. Le texte du sketch ! Sur le coup, Jamel et les autres invités et même Fogiel et sa cointervieweuse étaient écroulés de rire comme si, de toute façon, ça ne pouvait pas ne pas être drôle puisque c’était signé par un humoriste. Heureusement, le sketch n’était pas drôle, il était juste fait (...) pour imaginer ce qu’un colon israélien totalement fanatique pourrait lancer comme discours belliqueux sur les plateaux de télévision si on l’invi­tait. »


    Silvia Cattori

     

    http://www.silviacattori.net/article5224.html

     

     

    .

    quenelle-mode-d-emploi.jpg

     

     

    ..

     

    Les médias traditionnels et les politiques commencent la nouvelle année avec une résolution partagée pour 2014 : Museler définitivement un comédien franco-africain qui devient trop populaire auprès des jeunes gens.
    2 janvier 2014

    Diana_Johnstone_texte.jpg                                                                   Diana Johnstone

     

    Entre Noël et la Saint-Sylvestre, ce n’est personne d’autre que le Président de la République, François Hollande qui, lors d’une visite en Arabie Saoudite pour de (très grosses) affaires commerciales, a déclaré que son gouvernement devait trouver un moyen d’interdire des spectacles de l’humoriste Dieudonné M’Bala M ‘ Bala, ainsi qu’a appelé à le faire le ministre français de l’Intérieur, Manuel Valls.

    Le leader du parti conservateur d’opposition, l’UMP Jean-François Copé, a fait immédiatement chorus en apportant un « soutien total » à la réduction au silence de l’incontrôlable comédien.

    Au milieu de ce choeur médiatique unanime, l’hebdomadaire Le Nouvel Observateur a écrit en éditorial que Dieudonné est « déjà mort, » lessivé, fini. La rédaction débattait ouvertement de la meilleure tactique entre essayer de le faire emprisonner pour « incitation à la haine raciale », l’annulation de ses spectacles sur la base de potentielles « menaces de trouble à l’ordre public, » ou l’exercice de pressions en menaçant les communes de diminuer le montant des subventions pour la culture si elles l’autorisent à se produire. L’objectif de Manuel Valls, le patron de la police nationale, est clair, mais le pouvoir tâtonne quant à la méthode.

    Le cliché méprisant qui est constamment répété est que « Dieudonné ne fait plus rire personne. »

    En réalité, c’est le contraire qui est vrai. Et c’est là le problème. Dans sa récente tournée dans les villes françaises, des vidéos montrent de grandes salles archi combles pliées de rire devant leur humoriste préféré. Il a popularisé un geste simple qu’il appelle la « quenelle. » Ce geste est imité par des jeunes gens dans toute la France. Elle veut dire tout simplement et à l’évidence : on en a marre.

    Pour inventer un prétexte pour détruire Dieudonné, la principale organisation juive, le CRIF (Conseil Représentatif des Institutions Juives de France, équivalent français de l’AIPAC) et la LICRA (Ligue internationale contre le racisme et l’antisémitisme), qui jouit de privilèges particuliers dans le droit français (la journaliste parle du droit de se porter partie civile, NdT) ont sorti une histoire extravagante pour qualifier Dieudonné et ceux qui le suivent de « nazis. » La quenelle n’est selon toute évidence qu’un geste grossier signifiant à peu près « dans ton cul » avec une main placée en haut de l’autre bras pointé vers le bas pour préciser la longueur de la quenelle.

    Mais pour le CRIF et la LICRA, la quenelle est « un salut nazi à l’envers ». (On n’est jamais assez « vigilant » quand on cherche un Hitler caché) Comme quelqu’un l’a remarqué, un « salut nazi à l’envers » peut tout aussi bien être considéré anti-nazi. Si encore le geste a quelque chose à voir avec Heil Hitler. Ce qui n’est manifestement pas le cas.

    Mais le monde des médias reprend cette affirmation, en signalant tout du moins que « certains considèrent la quenelle comme un salut nazi à l’envers. » Peu importe si ceux qui pratiquent ce geste n’ont aucun doute sur ce qu’il veut dire : N…e le système !

    Mais jusqu’à quel point le CRIF et la LICRA sont-ils « le système » ?


    La France a un grand besoin de rire


    L’industrie française est en train de disparaître, avec des usines qui ferment les une s après les autres. L’imposition des citoyens à faibles revenus est à la hausse, pour sauver les banques et l’euro. La désillusion vis-à-vis de l’Union européenne est de plus en plus forte. Les règles de l’UE empêchent toute action sérieuse pour améliorer l’état de l’économie française. Pendant ce temps, les politiciens de gauche et de droite continuent leurs discours creux, émaillés de clichés sur les « droits de l’homme » – en grande partie comme prétexte pour aller à la guerre au Moyen-Orient ou pour des diatribes contre la Chine et la Russie. Le pourcentage d’opinions positives sur le président Hollande a dégringolé à 15%. Pourtant les gens votent, avec pour résultat les mêmes politiques, décidées par l’UE.

    Pourquoi alors la classe dirigeante concentre-t-elle sa vindicte sur « l’humoriste le plus talentueux de sa génération" (ainsi que le reconnaissent ses confrères, même quand ils le dénoncent) ?

    La réponse en bref est probablement que la popularité montante de Dieudonné auprès de la jeunesse illustre un accroissement de l’écart entre générations. Dieudonné fait rire aux dépends de l’ensemble de l’establishment politique. Ce qui a eu pour conséquences un torrent d’injures et de démarches pour interdire ses spectacles, le ruiner financièrement et même le faire aller en prison. Les attaques verbales fournissent le contexte propice à des agressions physiques contre lui. Il y a quelques jours, son assistant Jacky Sigaux a été agressé physiquement en pleine journée par plusieurs hommes masqués devant la mairie du 19ème arrondissement – juste en face du parc des Buttes Chaumont. Il a déposé plainte.

    Mais quelle protection peut-on espérer de la part d’un gouvernement dont le ministre de l’intérieur, Manuel Valls – en charge de la police – a promis de trouver les moyens de faire taire Dieudonné ?

    Cette affaire est importante mais il est pratiquement certain qu’elle ne sera pas traitée correctement dans les médias hors de France – exactement comme elle n’est pas traitée correctement dans la presse française qui est la source de presque tout ce qui est rapporté à l’étranger. Les problèmes liés à la traduction, une part de malentendus et de contrevérités ajoutent à la confusion.


    Pourquoi le haïssent-ils ?


    Dieudonné M’Bala M’Bala est né dans la banlieue parisienne il y a 48 ans Sa mère était une blanche originaire de Bretagne, son père était un Africain originaire du Cameroun. Ce qui devrait faire de lui l’enfant-modèle du « multiculturalisme » que l’idéologie dominante de la gauche affirme promouvoir. Et durant la première partie de sa carrière, en duo avec son ami juif Elie Semoun, il était exactement ça : il faisait campagne contre le racisme, concentrant ses attaques sur le Front National allant même jusqu’à se présenter aux élections municipales contre une candidate du Front National à Dreux, une cité dortoir à environ 90 kilomètres à l’ouest de Paris où il réside. Comme les meilleurs humoristes, Dieudonné a toujours ciblé les événements de l’actualité, avec un engagement et une dignité peu courants dans la profession. Sa carrière était florissante, il jouait dans des films, était invité à la télévision et travaillait désormais en solo. Très bon observateur, il excelle dans des imitations assez subtiles de divers types de personnalités et groupes ethniques, des Africains aux Chinois.

    Il y a dix ans, le 1er décembre 2003, en tant qu’invité dans une émission de télévision traitant d’actualité intitulée « On ne peut pas plaire à tout le monde, » un nom tout à fait approprié, Dieudonné était arrivé sur le plateau sommairement déguisé en « converti au sionisme extrémiste », suggérant aux autres de « rejoindre l’axe du bien isaélo-américain. ». Cette mise en cause relativement modérée de « l’axe du mal » de George W. Bush semblait complètement dans l’air du temps. Ce sketch se terminait par un bref salut « Isra-heil ». On était loin du Dieudonné des débuts mais l’humoriste populaire avait été néanmoins salué avec enthousiasme par les autres comédiens tandis que le public présent sur le plateau lui avait fait une standing ovation. C’était dans la première année de l’attaque américaine contre l’Irak à laquelle la France avait refusé de s’associer, ce qui avait amené Washington à rebaptiser ce qu’on appelle là-bas « french fries » (belges en réalité) en « freedom fries » .

    Puis les protestations ont commencé à arriver, concernant particulièrement le geste final vu comme posant une équivalence entre Israël et l’Allemagne nazie.

    « Antisémitisme ! » criait-on même si la cible du sketch était Israël (et les Etats Unis et leurs alliés au Moyen Orient). Les appels se multipliaient pour interdire ses spectacles, le poursuivre en justice, détruire sa carrière. Dieudonné a essayé d’expliquer que son sketch ne visait pas les Juifs en tant que tels mais, à la différence d’autres avant lui, il n’a pas présenté d’excuses pour une offense qu’il considère ne pas avoir commise.Pourquoi n’y-a-t-il pas eu de protestations de la part des Africains dont il s’est moqué ? Ou des Musulmans, Ou des Chinois ? Pourquoi une seule communauté a-t-elle réagi avec autant de rage ?

    A commencé alors une décennie d’escalade. La LICRA entama une longue série d’actions en justice contre lui (« incitation à la haine raciale »), les perdant au début mais ne relâchant pas la pression. Au lieu de céder, après chaque attaque Dieudonné a poussé plus avant sa critique du « sionisme », Dans le même temps, Dieudonné était graduellement exclu des studios de télévision et traité comme un paria par les médias grand public. C’est seulement la profusion récente sur internet d’images montrant de jeunes gens en train de faire le geste de la quenelle qui a poussé l’establishment à conclure qu’une attaque frontale serait plus efficace que d’essayer de l’ignorer.


    L’arrière-plan idéologique


    Pour essayer de comprendre la signification de l’affaire Dieudonné, il est nécessaire d’appréhender le contexte idéologique. Pour des raisons trop complexes pour qu’on les présente ici, la gauche française – la gauche dont la préoccupation principale était autrefois le bien-être des travailleurs, l’égalité sociale, l’opposition aux guerres d’agression, la liberté d’expression – n’existe pratiquement plus. La droite a gagné la bataille décisive de l’économie avec le triomphe de politiques qui favorisent la stabilité monétaire et les intérêts du capital dfinancier international (le « néolibéralisme »). Comme prix de consolation, la gauche jouit d’une certaine prééminence idéologique basée sur l’anti-racisme, l’anti-nationalisme et l’engagement en faveur de l’Union Européenne – et même de l’hypothétique « Europe sociale » qui s’éloigne à grands pas pour rejoindre le cimetière des rêves disparus. En fait, cette idéologie coïncide parfaitement avec une mondialisation fondée sur les exigences du capitalisme financier international.

    En l’absence de toute véritable gauche sociale et économique, la France a sombré dans une sorte de « politique de l’identité » qui fait à la fois l’éloge du multiculturalisme et réagit avec véhémence contre le « communautarisme », c’est-à-dire l’affirmation de n’importe quel particularisme jugé indésirable. Mais certains particularismes ethniques sont encore moins les bienvenus que d’autres. Le voile islamique a été d’abord interdit dans les écoles, et les demandes pour le faire interdire dans l’espace public se font de plus en plus pressantes. Le niqab et la burqa, quoique rares, ont été interdits par une loi. Des controverses éclatent sur la nourriture halal dans les cantines, les prières sur la voie publique, tandis que des caricatures raillent régulièrement l’Islam. Quoi qu’on puisse penser de tout ça, la lutte contre le communautarisme peut être vue par certains comme dirigée contre une communauté en particulier. Dans le même temps, les dirigeants politiques français ont pris la tête de ceux qui appellent à la guerre dans des pays musulmans comme la Libye et la Syrie tout en affichant leur dévotion pour Israël.

    En même temps, une autre communauté fait l’objet d’une sollicitude de tous les instants. Ces vingt dernières années, alors que la pratique religieuse et l’engagement politique ont considérablement décliné, l’holocauste, appelé Shoah en France, est devenu progressivement une sorte de religion d’Etat. Les écoles commémorent la Shoah chaque année, elle domine de plus en plus dans une conscience historique en recul sous les autres aspects tout comme nombre d’approches en sciences humaines. En particulier, de tous les événements de la longue histoire de France, le seul protégé par une loi est la Shoah. La loi dite Gayssot prohibe tout questionnement sur l’histoire de la Shoah, une interférence absolument sans précédent avec la liberté d’expression. En outre, certaines associations comme la LICRA, se sont vues accorder le privilège de pouvoir poursuivre des individus en justice sur la base de « l’incitation à la haine raciale » (interprétée de manière très large et inégale) avec la possibilité d’encaisser des dommages et intérêts au nom de la « communauté insultée ». En pratique, ces lois servent surtout à poursuivre « l’antisémitisme » présumé et le « révisionnisme » par rapport à la Shoah. Même si elles sont souvent rejetées par les tribunaux, de telles actions en justice participent du harcèlement et de l’intimidation. La France est un des rares pays où le mouvement BDS (Boycott, Désinvestissement, Sanctions) contre la colonisation israélienne peut aussi être attaqué devant les tribunaux pour « incitation à la haine raciale. »

    Organisation violente, la Ligue de Défense Juive (LDJ), illégale aux Etats Unis et même en Israël, est connue pour avoir saccagé des librairies ou frappé des individus isolés, parfois âgés. Quand les agresseurs sont identifiés, la fuite en Israël est une bonne porte de sortie. Les victimes de la LDJ n’inspirent jamais dans l’opinion publique quoi que ce soit de comparable à l’indignation publique massive quand un citoyen juif est victime d’une agression gratuite. Par ailleurs, les politiciens se rendent au dîner annuel du CRIF avec le même zèle que ceux des Etats Unis pour aller au dîner de l’AIPAC -pas pour financer leurs campagnes électorales mais pour prouver la bienveillance de leurs sentiments.

    La France possède la plus importante communauté juive d’Europe occidentale, une population qui a en grande majorité échappé à la déportation pendant l’occupation allemande au cours de laquelle les immigrés juifs avaient été expulsés vers les camps de concentration. En plus d’une communauté juive établie depuis très longtemps, il y a beaucoup de nouveaux venus originaires d’Afrique du Nord. Tout cela contribue à une population aux succès très dynamiques, très présente dans les professions les plus visibles et les plus populaires (le journalisme, le show business ainsi que la science et la médecine entre autres).

    De tous les partis politiques français, le Parti Socialiste (en particulier via le Parti Travailliste de Shimon Peres qui est membre de l’Internationale Socialiste) est celui qui a les liens historiques les plus étroits avec Israël. Dans les années 1950, quand la France combattait le mouvement de libération nationale algérien, le gouvernement français (via Peres) avait contribué au projet israélien de production d’armes atomiques. Aujourd’hui, ce n’est pas le Parti Travailliste qui gouverne Israël mais l’extrême droite. La récente visite amicale faite par Hollande à Benjamin Netanyahou a montré que la dérive droitière de la vie politique en Israël n’a absolument pas tendu les relations – qui semblent plus étroites que jamais.

    Il n’empêche que la communauté juive est très petite en comparaison du grand nombre d’immigrés arabes venus d’Afrique du Nord ou des immigrés noirs originaires des anciennes colonies françaises en Afrique. Il y a quelques années, Pascal Boniface, un intellectuel de renom membre du PS, avait prudemment averti les dirigeants du parti que leur biais en faveur de la communauté juive pourrait finir par causer des problèmes électoraux. Cet avertissement qui figurait dans un document d’analyse politique avait provoqué un tollé qui lui avait presque coûté sa carrière.

    Mais le fait demeure : il n’est guère difficile pour les français d’origine arabe ou africaine d’avoir le sentiment que le « communautarisme » qui a vraiment de l’influence est le communautarisme juif.


    Les usages politiques de l’holocauste


    Norman Finkelstein a montré il y a quelques temps que l’holocauste peut être exploité à des fins pour le moins dénuées de noblesse : comme extorquer des fonds à des banques suisses. La situation en France est cependant très différente. Il ne fait guère de doute que les rappels constants de la Shoah fonctionnent comme une sorte de protection pour Israël contre l’hostilité que génère le traitement infligé aux palestiniens. Mais la religion de l’holocauste a un autre impact politique plus profond qui n’a pas de relation directe avec le destin des Juifs.

    Plus que toute autre chose, Auschwitz a été interprété en tant que symbole de ce à quoi mène le nationalisme. La référence à Auschwitz a servi à donner mauvaise conscience à l’Europe, et notamment aux Français si on tient compte du fait que leur rôle relativement marginal dans cette affaire [Auschwitz] avait été une conséquence de la défaite militaire et de l’occupation du pays par l’Allemagne nazie. Bernard-Henri Lévy, l’écrivain dont l’influence s’est accrue dans des proportions grotesques ces dernières années (il a poussé la président Sarkozy à la guerre contre la Libye), avait commencé sa carrière en soutenant que le « fascisme » est l’authentique « idéologie française ». Culpabilité, culpabilité, culpabilité. En faisant d’Auschwitz l’événement le plus significatif de l’histoire contemporaine, un certain nombre d’écrivains et de personnages publics justifient par défaut le pouvoir croissant de l’Union Européenne en tant que remplacement indispensable des nations européennes intrinsèquement « mauvaises. » Plus jamais Auschwitz ! Dissoudre les Etats nations dans une bureaucratie technocratique libérée de l’influence émotionnelle de citoyens qui pourraient ne pas voter correctement. Vous vous sentez français ? Ou allemand ? Vous devirez en éprouver de la culpabilité – à cause d’Auschwitz.

    Les Européens sont de moins en moins enthousiastes devant l’UE car elle ruine leurs économies et leur retire tout contrôle démocratique sur elles. Ils peuvent voter pour le mariage gay, mais pas pour la moindre mesure keynésienne et encore moins socialiste. La culpabilité pour le passé est néanmoins supposée maintenir leur fidélité à l’égard du rêve européen. Les fans de Dieudonné, si on en juge par les photos, semblent être en majorité des hommes jeunes, âgés entre 20 et 30 ans. Ils sont nés deux bonnes générations après la seconde guerre mondiale. Ils ont passé leurs vies à entendre parler de la Shoah. Plus de 300 écoles parisiennes arborent une plaque commémorant le sort funeste d’enfants juifs déportés dans les camps de concentration nazis. Quel peut bien être l’effet de tout ça ? Pour beaucoup de ceux qui sont nés longtemps après ces terribles événements, il semble que tout le monde est supposé se sentir coupable – si ce n’est pas pour ce qu’ils n’ont pas fait, alors c’est pour ce qu’ils auraient été supposés avoir fait s’ils en avaient eu la possibilité [s’ils avaient vécu à l’époque, NdT].

    Quand Dieudonné a transformé Chaud Cacao, une vielle chanson « tropicale » un peu raciste, en Shoah Ananas, le refrain a été repris en masse par les fans de Dieudonné. J’ose croire qu’ils ne se moquent pas de la véritable Shoah mais plutôt de ceux qui leur rappellent tout le temps des événements qui sont supposés les faire se sentir coupables, insignifiants et impuissants. Une bonne partie de cette génération en a assez d’entendre parler de la période 1939 – 1945 alors que son propre avenir est sombre.


    Personne ne sait quand s’arrêter


    Dimanche dernier, Nicolas Anelka, un footballeur très connu d’origine afro-belge [la famille d’Anelka est en fait originaire des Antilles, NdT] qui évolue en Angleterre a fait une quenelle après avoir marqué un but – en signe de solidarité avec son ami Dieudonné M’Bala M’Bala. Suite à ce geste simple et à la base insignifiant, le tumulte a atteint de nouveaux sommets.

    A l’Assemblée Nationale française, Meyer Habib représente les « Français de l’étranger » – dont 4 000 Israéliens d’origine française [plus de 78 000 inscrits sur les registres électoraux en réalité, NdT]. Lundi dernier, il a twitté « La quenelle d’Anelka est intolérable ! Je vais déposer une proposition de loi pour punir ce nouveau salut nazi pratiqué par les antisémites. »

    La France a adopté des lois pour « punir l’antisémitisme ». Le résultat est à l’opposé. De telles dispositions tendent simplement à confirmer la vieille idée selon laquelle « les juifs dirigent le pays » et participent à la montée de l’antisémitisme. Quand de jeunes français voient un Franco-israélien essayer de transformer en délit un simple geste, quand la communauté juive se mobilise pour interdire leur humoriste préféré, cela ne peut que faire monter l’antisémitisme et même encore plus rapidement.

    Il reste que dans cette escalade le rapport de forces est très inégal. Un humoriste n’a pour armes que des mots et des fans qui pourraient bien se disperser quand la situation va se corser. De l’autre côté se trouvent l’idéologie dominante et le pouvoir de l’Etat.

    Dans ce genre de conflit, la paix civile dépend de la sagesse et de la capacité de ceux qui ont le plus de pouvoir à faire montre de retenue. S’ils n’agissent pas en ce sens, alors cela pourrait être un jeu sans vainqueurs.


    Diana Johnstone


    Counter Punch (USA), 1er janvier 2014
    Traduit de l’anglais par Djazaïri

    Source :
    http://mounadil.wordpress.com/2014/01/02/la-campagne-contre-dieudonne-vue-par-diana-johnstone-pour-le-magazine-americain-counter-punch/

    Article en anglais :
    http://www.counterpunch.org/2014/01/01/the-bete-noire-of-the-french-establishment/

    Publié par : http://www.silviacattori.net


     

    Dieudonné et Tony Parker
    Tony Parker et Dieudonné font une "quenelle'

    votre commentaire
  •  

    http://www.tribunejuive.info/

     

    juifs-antisionistes

     

     

     


    votre commentaire
  •  

    Dimanche 10 novembre 2013

     

    Jamais l'Iran n'a appelé à rayer Israël de la carte, c'est un mensonge israélien - lié à une faute de traduction -  pour justifier la guerre contre l'Iran (qui n'a jamais attaqué personne). L'entité sioniste veut être le seul Etat fort de la région, et à cet effet elle cherche à éliminer tous ceux qui lui font ombrage, Irak, Syrie, Iran... d'autant qu'ils sont indépendants et anti-sionistes (note d'eva)

     

     

     

    Le Point.fr - Publié le  26/04/12 à 12h11

    Iran : Ahmadinejad n'a jamais appelé à "rayer Israël de la carte"

    Le ministre israélien du Renseignement admet que le président iranien n'a pas appelé à la destruction de l'État hébreu.

    Le président iranien a été victime d'une erreur de traduction lors de son discours du 25 octobre 2005.

    Le président iranien a été victime d'une erreur de traduction lors de son discours du 25 octobre 2005. Behrouz Mehri / AFP

     

    Par Armin Arefi


     

     

    Le vent est-il en train de tourner sur l'Iran ? Présenté comme inévitable il y a encore quelques semaines, le risque de frappes israéliennes - et même d'une guerre régionale - semble inexorablement s'éloigner. Le revirement date de mercredi, jour qui a vu deux responsables israéliens en exercice - le ministre de la Défense Ehud Barak et le chef d'état-major Benny Gantz - annoncer publiquement que la République islamique n'a pas décidé de se doter de la bombe atomique. Une information en réalité connue depuis plusieurs années des divers services de renseignement américains, mais aussi israéliens.


    Ainsi, selon un haut responsable israélien, s'exprimant à l'AFP sous le couvert de l'anonymat, "le général Gantz ne fait que répéter tout haut et publiquement ce que les dirigeants militaires, y compris son prédécesseur, le général Gaby Ashkenazi, n'ont cessé de dire aux politiques ces dernières années". Des propos, cette fois publics, qui tranchent avec les traditionnelles déclarations des dirigeants israéliens affirmant que le compte à rebours est lancé avant qu'Ahmadinejad, qui a "appelé à rayer Israël de la carte", n'envoie sur l'État israélien ses bombes atomiques, justifiant ainsi le recours à des attaques préventives.


    Attiser les soupçons

     

    Or un autre événement, survenu au début d'avril, suggérait déjà un fléchissement de la position israélienne sur l'Iran. Ainsi, dans une interview à Al Jazeera, reprise par le New York Times, Dan Meridor, ministre israélien du Renseignement et de l'Énergie atomique, a admis que le président iranien Mahmoud Ahmadinejad n'avait jamais prononcé la phrase "Israël doit être rayé de la carte". Il a toutefois ajouté : "Mahmoud Ahmadinejad et l'ayatollah Khamenei ont répété à plusieurs reprises qu'Israël était une créature artificielle, et qu'elle ne survivrait pas". Pourtant, c'est bien la première citation erronée qui a été reprise en boucle par les médias du monde entier, attisant d'autant plus les soupçons autour du programme nucléaire iranien.

     

    La polémique a éclaté le 25 octobre 2005. À l'époque, le président iranien participe à une conférence intitulée "Le monde sans le sionisme". Mahmoud Ahmadinejad prend la parole : "Beaucoup de déçus dans la lutte entre le monde islamique et les infidèles ont essayé de rejeter la responsabilité en annonçant qu'il n'est pas possible d'avoir un monde sans les États-Unis et le sionisme. Mais vous savez que ce sont un but et un slogan réalisables." Pour étayer ses propos, le président se réfère à la chute, dans l'histoire récente, de plusieurs régimes que personne ne voyait sombrer.


    Erreur de traduction

     

    Il cite ainsi l'ayatollah Khomeiny, le fondateur de la République islamique : "Lorsque notre cher imam (Khomeiny) a annoncé que le régime (du Shah) devait être supprimé, beaucoup de ceux qui prétendaient être politiquement bien informés ont déclaré que ce n'était pas possible." Il évoque ensuite la chute de l'Union soviétique : "Qui pouvait penser qu'un jour, nous pourrions être témoins de l'effondrement de l'empire de l'Est (Union soviétique) ?" Il répète ensuite de nouveau les propos de Khomeiny, parlant de Saddam Hussein : "L'Imam a annoncé que Saddam devait s'en aller puis a ajouté qu'il s'affaiblirait plus vite que personne ne l'imagine."


    Puis il évoque enfin Israël, et annonce, en persan : "L'Imam (Khomeiny) a annoncé que le régime occupant Jérusalem devait disparaître de la page du temps." Nulle part, dans tout le discours d'Ahmadinejad, ne sont prononcés en persan les termes "rayer", "carte", ou "destruction d'Israël". Pourtant, la traduction du discours en anglais proposera bien "Israël doit être rayé de la carte". Et la surprise est d'autant plus grande que c'est l'Irna (Islamic Republic News Agency), soit l'agence de presse officielle de la République islamique, qui en est l'auteur.


    Conférence sur la réalité de l'Holocauste

     

    Face à l'émoi suscité en Occident, le ministre iranien des Affaires étrangères de l'époque, Manouchehr Mottaki, tentera bien d'éteindre l'incendie, en précisant en février 2006, lors d'une visite au Parlement européen : "Personne ne peut supprimer un pays d'une carte. Il y a un malentendu en Europe sur ce que notre président a annoncé", avant d'ajouter : "Il (le président) parle du régime, car nous ne reconnaissons pas légalement ce régime."

     

    L'erreur de traduction sera finalement relevée quelques moins plus tard par plusieurs spécialistes du Moyen-Orient, dont l'éditorialiste du Guardian Jonathan Steele, sans provoquer la moindre réaction internationale. Il faut dire que, étonnamment, Mahmoud Ahmadinejad ne corrigera jamais par la suite les journalistes étrangers lui demandant pourquoi il voulait "rayer Israël de la carte". Pire, il qualifiera la Shoah de "mythe" et organisera même en décembre 2006 une conférence sur "la réalité de l'Holocauste". Des propos terribles qu'il a, cette fois, bel et bien prononcés.

     

    REGARDEZ. Le ministre israélien du Renseignement admet qu'Ahmadinejad n'a jamais appelé à "rayer Israël de la carte"(4:20) :

     

    http://mobile.lepoint.fr/monde/iran-ahmadinejad-n-a-jamais-appele-a-rayer-israel-de-la-carte-26-04-2012-1455392_24.php

     

     

     

    Iran_versus_USA_attaques_d_autres_pays-99b0d-copie-1.jpg


    votre commentaire

  • votre commentaire